1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-07 | Readers 318 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Des nuages grâce à la Fâtiha offerte à la mère de l’Imam al-Hujjah(qa) !


C’était au temps de l’occupation israélienne, quelque part dans les montagnes libanaises, par un jour d’été. Contrairement à l’habitude, les nuages boudaient les cimes de ces montagnes et on pouvait entendre le cri du soleil, tant il faisait chaud ! En plus d’apporter un peu de fraîcheur, ces nuages étaient une bénédiction pour le ravitaillement des combattants postés dans ces montagnes.

Et voilà qu’il venait à s’épuiser : plus d’eau, plus de pain, plus de gaz… Et tant que les nuages ne voilaient pas les cimes, le ravitaillement n’était pas possible, car le chemin était à découvert, à la merci des tirs et des bombardements des forces d’occupation israéliennes.

Je me rendis durant la nuit au quartier général des responsables situé plus bas. En guise de solution on m’exhorta à la patience et à m’en remettre à Dieu. L’un d’eux me dit qu’il avait entendu d’un sheikh que Dieu exauce une demande précédée par une Fatiha récitée et offerte à la mère de l’Imam al-Mahdî(qa),  Nargis(p).

Je retournai à l’intérieur des montagnes, regardant désespérément le ciel . « Comment retrouver les compagnons les mains vides.. » Je m’assis sur le dernier promontoire à l’abri  des regards des occupants israéliens, attendant la nuit. J’appelai une dernière fois les responsables. Je leur demandai de réciter, au moins pour eux,  la Fatiha et de la dédier à la mère de l’Imam(qa) comme ils me l’avaient conseillé. On me répondit que c’était à moi de le faire. « Mais qui suis-je pour que Dieu m’exauce ?! Eux étaient nos chefs, nos exemples.. » Ils me répondirent que nous, à l’intérieur du front, étions plus méritants, que nous avions plus de chance d’être exaucés. « Dieu ne dit-Il pas qu’Il exauce le nécessiteux s’il Le sollicite ! »

Je me tournai vers Dieu, désespéré, et commençai à me plaindre à Lui avec mes mots, exprimant mon impuissance, implorant Son Aide, tout en  reconnaissant que je ne méritai pas Ses Faveurs, Lui demandant d’avoir pitié de mes camarades, « peut-être que l’un d’entre eux méritait de rejoindre l’Imam al-Hujjah(qa) », Lui demandant par le Droit de l’Imam al-Hujjah(qa) de nous sauver. Je me rappelai alors ce qu’on m’avait dit et me mis à réciter la Fatiha avec l’intention de l’offrir à la mère de l’Imam al-Mahdî(qa).

Je n’avais pas fini de la réciter qu’un vent se souleva, le ciel devint noir, une grosse tempête s’annonçait. Je regardais avec étonnement, des larmes coulaient sur mes joues sans que je ne puisse les retenir. Les camarades commençaient à m’appeler, car ils n’avaient rien pour se protéger contre la pluie et le froid. Je leur disais de prendre patience, d’invoquer Dieu et de Le remercier.. Je ne pouvais leur expliquer ce qui était en train de se passer tant c’était extraordinaire ! Je n’avais pas les mots pour dire les sentiments qui me traversaient, ni ne savais exprimer l’émotion qui m’envahissait. En bas, dès qu’ils sentirent le vent se lever et virent les nuages arriver, ils démarrèrent les véhicules qu’ils avaient préparées avec le ravitaillement.

Tout d’un coup, je vis se former un long nuage : il s’allongea comme un serpent, s’installa sur le gros pic occupé par les soldats israéliens et l’entoura, privant ces derniers de toute visibilité. Le vent se calma. Trois minutes plus tard, je vis débouler les véhicules de ravitaillement. Vite déchargés, ils  repartirent tout aussitôt et disparurent à l’horizon. Trois minutes plus tard, le temps qu’il fallait aux véhicules pour atteindre la route sûre, les nuages disparurent et le soleil reprit sa place imposant, tyrannique dans le ciel métallique...


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)