1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-25 | Readers 327 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Sourate al-Fâtiha I (3)


 

الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ(3)

ar-Rahmâni ar-Rahîmi,

le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux,

مَالِكِ يَوْمِ الدِّينِ(4)

Mâliki yawmi-d-dîni,

le Souverain du Jour du Jugement.

إيَّاكَ نَعْبُدُ وَ إِيَّاكَ نَسْتَعِينُ(5)

Iyyâka na‘budu wa iyyâka nasta‘înu.

C’est Toi que nous adorons/servons et c’est de Toi que nous recherchons l’aide.

 

الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ« ar-Rahmân » « ar-Rahîm »      

Rappel des deux Attributs cités précédemment. (Voir le numéro précédent pour la signification de ces deux Attributs.) Pourquoi ? Répétition ?

 

مَالِكِ يَوْمِ الدِّينِ « Mâliki yawmi-d-dîni » 

-« malaka » : indique à la fois la possession, la domination et la maîtrise (dans la création, la gestion et le maintien). Donc  « Mâlek » indique le Possesseur, le Détenteur, le Maître, le Souverain.

-« Dîn » connu par tous comme ayant le sens de « Religion », mais aussi de « Jugement ». 

 

إيَّاكَ نَعْبُدُ وَ إِيَّاكَ نَسْتَعِينُ  « Iyyâka na‘budu wa iyyâka nasta‘înu »

‘abada » : indique l’abaissement et l’asservissement devant un maître avec soumission et obéissance et par conséquent l’adoration.

-Pourquoi l’emploi du pluriel « nous » ?

-D’habitude dans la phrase verbale arabe, le verbe est en début de phrase. Ici « Iyyâka », qui est le complément d’objet du verbe, commence la phrase et se situe avant le verbe. Pourquoi ? Cela donne-t-il un sens supplémentaire ?

‘awn » aide, secours ; le verbe « isti’âna » en est une forme dérivée (la dixième (Xe) qui exprime l’idée de demander, de rechercher). Il a pour sens la demande ou plutôt la recherche de l’aide.

-Mêmes remarques par rapport au pluriel et la place de « iyyâka »

Reprenons..(en nous aidant de l’interprétation d’al-Basmalah de l’Imam Khomeiny(qs), de l’interprétation du Coran de Sayyed Tabâtabâ’i, Tafsîr al-Mîzân et de Le Coran Voilà le Livre de Yehia Alawî (Christian Bonaud)).

 

الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ« ar-Rahmân » « ar-Rahîm »      

Bien sûr, on ne peut voir là une répétition. Les deux Attributs ici se rapportent à Dieu cité précédemment, Le qualifient, comme « Seigneur des mondes ». Ils nous rappellent deux des Noms par lesquels Dieu se manifeste à nous, par lesquels le monde se dresse.

Et nous rappelons ici que s’accrocher au Nom (ar-Rahmân) c’est d’abord reconnaître le besoin de ce Nom pour découvrir l’aspect divin (des choses), la Miséricorde qui embrasse toute chose ; et s’accrocher au Nom (ar-Rahîm) c’est d’abord reconnaître le besoin de ce Nom pour atteindre la Miséricorde particulière qui est la félicité éternelle.

مَالِكِ يَوْمِ الدِّينِ « Mâliki yawmi-d-dîni » 

-« Mâlek » est un Attribut de Dieu, indiquant la possession, la domination et la maîtrise. S’accrocher à ce Nom, c’est avant tout reconnaître le besoin de Lui pour se libérer de tout ce qui n’est pas Lui, dans l’occupation de la soumission/adoration de Dieu dans Sa Seigneurie.

Le fait qu’un complément lui a été attribué nous rappelle que la réalité de notre ordre apparaîtra le Jour du Jugement, moment où nous ne pourrons plus rien faire et que l’Autorité et la Volonté reviendront à Dieu Tout-Puissant.

-« Dîn »  a pour référence un sens unique : la soumission, le fait de se plier totalement à un programme ou une décision déterminée. Cela revient au sens général de la Religion qui est la soumission, le fait de se plier totalement à la Volonté de Dieu.

« Yawm ad-dîni », selon l’unanimité des commentateurs, cette expression est synonyme de « Jour des Comptes » « yawm al-hisâb », le « Jour de la Rétribution » « yawm al-jazâ’ » ou le « Jour du Jugement ». Il rejoint également le sens général en tant que ce Jour est l’apparition de la réalité de la Religion et de la réalisation de la soumission/adoration à l’Autorité de Dieu, le Jour du dévoilement de la Vérité.

 

إيَّاكَ نَعْبُدُ وَ إِيَّاكَ نَسْتَعِينُ  « Iyyâka na‘budu wa iyyâka nasta‘înu »

-Après avoir été convaincu de l’Unicité de Dieu, il s’agit de passer aux actes : se soumettre uniquement à Dieu, n’adorer que Lui et ne demander l’aide qu’auprès de Lui. Mettre le complément d’objet direct avant le verbe indique cette restriction, cette exclusivité. On ne demande à personne d’autre, uniquement à Dieu et le résultat de cette restriction est l’Unicité au niveau des actes.

-l’emploi du pluriel dans les verbes « na‘budu » et « nasta‘înu » est pour indiquer que Dieu, dans la présentation de notre demande, s’adresse à l’ensemble des gens, à la société, ou à un groupe de gens (ou autres), non à des individus isolés. Dieu(qu’Il soit Exalté) dit dans Son noble Livre : {Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent. Je n’attends aucun don de leur part. Je ne désire pas qu’ils Me nourrissent. Dieu est le Dispensateur de tous les biens, Il est le Maître inébranlable de la force.} (56-58/LI) et {On leur avait seulement ordonné d’adorer Dieu en Lui rendant un culte pur.} (5/XCVIII)

-Ainsi Dieu nous rappelle de façon permanente Qui nous devons adorer, et à Qui nous devons demander l’aide, pour reconnaître notre soumission/assujettissement à Dieu et la réaliser au niveau des actes dans le cadre de la réalisation de l’Unicité divine.

www.lumieres-spirituelles.net     N°2  - Rajab 1430 – Juillet  2009


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)