1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-25 | Readers 229 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Yémen : Qu’est-ce qui se passe à Sa‘adat, au Nord ?


Qu’est-ce qui se passe à Sa‘adat, au Nord du Yémen ?

Depuis le mardi 11 août 2009, le gouvernement yéménite a lancé, pour la sixième fois depuis 2004, une vaste offensive militaire dans plusieurs districts de la province montagneuse et pauvre de Sa‘adat au nord du Yémen, employant tireurs d’élite, artilleries lourdes, hélicoptères, bombardiers, avions de combat Mig 29 et F5, contre les opposants houthistes (chiites-zaïdites), avec l’objectif déclaré de les éradiquer totalement et définitivement.

Les combats sont d’une extrême violence, les forces gouvernementales faisant face à une résistance farouche des  opposants Houthistes. Ces derniers accusent, par ailleurs, l’armée yéménite de faire usage de bombes au phosphore, de bénéficier de l’aide militaire saoudienne (armes retrouvées avec l’emblème du royaume saoudien, bombardements aériens d’avions provenant d’Arabie Saoudite) et même d’armer des tribus sunnites fondamentalistes voisines contre eux.

A nouveau, on compte des dizaines de milliers de civils (femmes et enfants) sur les routes, s’ajoutant aux quelques 150 000 des conflits précédents, des milliers de morts et de blessés, des centaines de maisons, mosquées et pompes d’eau détruites, des prisonniers de part et d’autres, des centaines de barrages sur les routes menant à Sa‘adat, des villes assiégées, des positions, des bureaux et des camps militaires occupés..

Alors, qu’est-ce qui se passe, dans le plus grand silence, à Sa‘adat au nord du Yémen ?

-Une dérive sécuritaire d’un régime faible soumis à de fortes pressions américaines ?

Le gouvernement yéménite de Ali Abdallah Saleh, confronté également au mouvement sécessionniste du sud, à l’implantation et la fusion des cellules de la Qa‘idah au Yémen avec celles saoudiennes, à la recrudescence des attentats et des enlèvements anti-occidentaux, au développement de la corruption, chercherait-il à en rejeter la responsabilité sur plus faibles, sur cette frange minoritaire étrangère à tout cela, et à satisfaire ainsi les exigences américaines ? Le général David Petraeus, chef de la Commanderie Centrale de Etats-Unis au Moyen-Orient, n’est-il pas venu au Yémen, fin juillet, pour voir avec le président Ali Abdullah Saleh comment « améliorer le combat contre le « terrorisme » » ? L’ambassade américaine à Sanaa n’a-t-elle pas envoyé sur place une équipe d’experts charger d’évaluer les besoins de l’armée yéménite pour venir à bout des houthistes ?

-Une rébellion cherchant à rétablir l’Emirat Zaydite, aboli en 1962 que le gouvernement yéménite chercherait à mater ? Pourquoi ne cherche-t-il pas privilégier le dialogue et les négociations ?

Le conflit armé commença en juin 2004 quand le gouvernement yéménite dépêcha des forces militaires à Saada, capitale de la province du même nom (limitrophe de l'Arabie saoudite), pour arrêter Sheikh Hussayn Badr ed-Din al-Houth, fondateur du parti al-Haqq et ancien député, connu pour ses positions anti-américaines et anti-israéliennes, ses dénonciations de la corruption du gouvernement et de son rapprochement avec les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite. Mais les habitants, en majorité des chiites zaïdites, et  les partisans d’al-Houth les en empêchèrent. Il s’en suivit un violent combat qui ne s’arrêta qu’à la mort de Hussayn, tué en septembre de la même année par l’armée. Depuis les Houthistes ont repris le flambeau, se revendiquant de leur leader martyr. Ils ne réclament pas l’indépendance, mais une certaine autonomie, des investissements gouvernementaux et des écoles zaydites dans la région. Ils dénoncent la corruption du gouvernement et son alignement sur les Etats-Unis ainsi que l’extension de l’influence saoudienne dans la région à travers les tribus sunnites et contre l’infiltration et l’implantation de la Qa‘ida dans le nord. Ils protestent contre la répression dont ils sont victimes et demandent le respect des accords de Doha. Ils nient avoir une quelconque relation avec le sud qui veut la sécession, ou avec ceux qui ont enlevé les étrangers.

-Une rivalité d’influences entre l’Arabie saoudite et l’Iran par parties interposées ?

Cependant, si l’Arabie Saoudite affiche ouvertement son soutien au gouvernement yéménite dans son initiative et lui apporte une aide politique, financière et militaire, l’Iran, quant à lui, appelle au dialogue et aux négociations entre les deux parties.

Présentation rapide historico-politique du Yémen

—Nord du Yémen :

Gouvernement zaydite jusqu’en 1962,  date d’un coup d’Etat militaire pro-égyptien (nassérien) qui instaurera la République Arabe du Yémen.

—Sud du Yémen :

occupation britannique en 1839, qui deviendra un protectorat en 1937 (le Protectorat d’Aden). Instauration de la République démocratique populaire du Yémen à son indépendance le 30 novembre 1967.

—Unification

des deux parties, le 22 mai 1990, pour former la République du Yémen, avec comme président  le chef du Yémen du Nord depuis 1978, Ali Abdullah Saleh, et pour capital Sanaa. Depuis 2001, alignement du gouvernement yéménite sur les Etats-Unis.

Qu’est-ce que le Zaïdisme ?

Les Zaydites se revendiquent de Zayd, fils de ‘Ali fils de Hussein fils de ‘Alî qui attendit l’autorisation de l’Imam, en l’occurrence de son neveu l’Imam as-Sadeq(p), pour se révolter contre le roi Hisham de la dynastie omeyyade et qui tomba martyr le 121/2H ou 740apJC à Kûfâ où son corps fut laissé crucifié pdt + de 4 ans (que Dieu lui fasse miséricorde). Bien que Zayd eût reconnu l’Imamat de son frère al-Bâqer(p) et de son neveu as-Sâdeq(p), certains de ses sympathisants shi’ites firent de lui le cinquième Imam après l’Imam as-Sajjâd(p), ne reconnurent pas les suivants(p) et créèrent la secte des Zaydites. Ils fondèrent leur croyance sur le principe de la révolte contre l’injustice, pour faire disparaître le gouvernement despote et instaurer un gouvernement juste. Aussi pour eux, l’Imam doit prendre les armes comme Zayd fils de ‘Alî(p) fils de Hussein(p) dont ils se revendiquent, et s’il ne le fait pas, il ne doit pas être considéré comme l’Imam ni être obéi. C’est dans ce cadre là qu’ils reconnaissent sur eux l’autorité du Guide suprême de la Révolution islamique en Iran, l’imam Khâmine’î.(1)

De nos jours, les Zaydites ne sont présents que dans le nord du Yémen, dans les régions montagneuses de Sa‘adat, implantés dans cette région suite à l’intervention d’un imam zaydite, al-Hâdî Yahya fils de Hussein, pour y arbitrer des conflits tribaux. Ces tribus se convertirent au Zaydisme et Hadi Yahyâ y fonda en 898 un « Emirat zaydite » qui durera jusqu’en 1962. Le mouvement « houthiste » fut fondé par Hussein

(1)cf les livres sur les Imams al-Bâqer(p), as-Sâdeq(p) , ar-Ridâ(p) aux Ed. BAA en langue française.

www.lumieres-spirituelles.net     No5  Shawwal – Octobre  2009


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)