1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-25 | Readers 487 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

L’eau de la mosquée d’Ispahan chauffée avec une bougie


L’eau de la mosquée d’Ispahan chauffée avec une bougie !

Un grand savant religieux shi’ite du XVIe siècle, connu sous le nom de Sheikh Bahâ’î, laissa des vestiges (certains malheureusement détruits par les forces coloniales britanniques) à Ispahan, montrant que le savoir a d’autres voies que celles empruntées par les savants occidentaux, pour faciliter les vie des gens, tout en protégeant la terre de la pollution et de la corruption.

Sheikh Bahâ’î, de son vrai nom Mohammed fils de Hussein fils de Abd as-Samed al-Hârithî (953h-12 Shawwal 1030h), voyagea pendant trente ans dans les grandes villes du Moyen-Orient (Médine, La Mecque, Shâm, Halep) après avoir étudié les sciences religieuses au Liban (dont il était originaire) et en Iran. Il compléta ainsi son savoir dans les domaines des mathématiques, de la philosophie (la sagesse) et du Coran. A la fin, il s’installa à Ispahan.

Vous avez certainement entendu parler de l’utilisation de l’énergie solaire pour chauffer l’eau d’une maison, mais avez-vous jamais entendu parler de l’utilisation d’une seule bougie pour chauffer l’eau  de toute une mosquée ?

C’est ce qu’avait mis en place sheikh Bahâ’î dans la mosquée d’Ispahan : une bougie allumée, ne fondant pas, ne s’éteignant pas, chauffant l’eau de la mosquée vingt quatre heures sur vingt quatre, tous les jours de l’année.

Cette bougie resta dans cet état jusqu’à l’arrivée des forces coloniales britanniques. Intriguées par ce phénomène, les forces d’occupation firent venir des savants de chez eux  pour comprendre ce qui se passait et en découvrir le secret.

Ils virent une grande armoire dans laquelle coulait de l’eau et au-dessous une petite bougie noire de quelques centimètres allumée qui attira leur attention. Ils l’examinèrent, la tournèrent dans tous les sens, mais ne découvrirent rien. Ils observèrent l’armoire, essayèrent de la démonter, en démolirent les parois : toujours rien. A la fin, ils éteignirent la bougie, l’emmenèrent avec eux pour l’étudier dans leurs laboratoires. Toujours rien. Ils ne découvrirent aucun des secrets de la bougie ni même de sa composition.

Finalement, ils détruisirent l’armoire, toute l’installation sans pouvoir la reconstruire, éteignirent la bougie sans pouvoir la rallumer.

Voilà une des inventions de Sheikh al-Bahâ’î. Il y en a bien d’autres comme l’alimentation en eau de la ville et des jardins et villages avoisinants sans utiliser le moindre moteur, l’enregistrement de la musique dans une salle de musique sans utiliser le moindre magnétophone, l’appel à la prière fait dans un lieu précis de la mosquée qui pouvait être entendu dans toute la ville sans utiliser de haut-parleur et bien d’autres merveilles encore.

www.lumieres-spirituelles.net     No5  Shawwal – Octobre  2009


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)