1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-25 | Readers 351 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le faux mélangé au vrai


Le faux mélangé au vrai

« Si le faux n’était pas mélangé au vrai, il n’échapperait pas à ceux qui recherchent la vérité.

Et si le vrai se dépouillait du vêtement du faux, la langue des entêtés en serait coupée.

Mais la confusion règne et elle n’est autre qu’un mélange entre d’un côté Satan qui rallie ses acolytes et de l’autre, ceux que de bonnes actions de Dieu ont devancés et qui sont sauvés. »

du Prince des croyants(p) in Nahjah al-Balâgha, sermon n°50  

 

 

فَلَوْ أَنَّ الْبَاطِلَ خَلَصَ مِنْ مِزَاجِ الْحَقِّ لَمْ يَخْفَ عَلَى الْمُرْتَادِينَ

Fa-law anna-l-bâtila khalasa min mizâji-l-haqqi lam yakhfa ‘alâ-l-murtâdîna

Si le faux n’était pas mélangé au vrai, il ne serait pas dissimulé à ceux qui recherchent [la vérité],

fa-law anna : (introduisant une phrase nominale) introduit une hypothèse 

al-bâtila : du verbe « batala » (avoir été fait en vain) = le vain, faux, vide de sens

khalasa : être pur, sans mélange, 

mizâji : de « mazaja » (mélanger, mêler l’un à l’autre) = mélange (le faux avec le vrai)

al-haqq : le droit, le vrai

lam : réponse de l’hypothèse introduite par la négation du passé

yakhfa ‘alâ : de « khafiya» au majzûm (sans voyelle à la fin du fait de « lam ») = se cacher, se dérober, être dissimulé

al-murtâdîna : agents de la 8ème forme dérivée de « râda » = ceux qui veulent, désirent, exigent, demandent, recherchent

وَلَوْ أَنَّ الْحَقَّ خَلَصَ مِنْ لَبْسِ الْبَاطِلِ انْقَطَعَتْ عَنْهُ أَلْسُنُ الْمُعَانِدِينَ

wa law anna-l-haqqa khalasa min labsi-l-bâtili, anqata‘at ‘anhu alsunu-l-mu‘ânidîna

Et si le vrai se dépouillait du vêtement du faux, la langue des entêtés en serait coupée

labsi : nom d’action de « labasa » (couvrir, rendre obscur, confus, embrouiller) = confusion, ambiguïté  (« labasa ‘alayhi al-amr » confondre, se tromper) = confusion

anqata‘at ‘anhu : la 7ème forme dérivée (qui indique le réfléchi-passif de la 1ère forme avec une insistance sur le passif) de « qata‘a » = se couper, se rompre

alsunu : pluriel de « lisânu » = langues

al-mu‘ânidîna : agents de la 3ème forme dérivée (« ânada ») de «‘anada » (s’écarter, être entêté)  = abandonner, résister à, s’entêter contre

وَلَكِنْ يُؤْخَذُ مِنْ هَذَا ضِغْثٌ وَ مِنْ هَذَا ضِغْثٌ فَيُمْزَجَانِ

Wa lakin yu’khadhu min hadhâ dighthunn wa min hadhâ dighthunn fa-yumzajâni

Mais il est pris d’un peu de cela et d’un peu de cela, alors les deux se mélangent

yu’khadhu : forme passive (majhûl) de « akhadha »

dighthunn : poignée d’herbes fraîches ou sèches

fa-yumzajâni : forme dérivée (la 4ème) de « mazaja  » = se mélanger, se mêler l’un à l’autre, à la forme duelle (une poignée du vrai et une du faux)

فَهُنَالِكَ يَسْتَوْلِي الشَّيْطَانُ عَلَى أَوْلِيَائِهِ وَ يَنْجُو الَّذِينَ سَبَقَتْ لَهُمْ مِنَ اللَّهِ الْحُسْنَى

Fa-hunâlika yastawlî ash-shaytânu ‘alâ awliyâ’ihi wa yanjû al-ladhîna sabaqat lahum mina-llâhi al-husnâ

Ainsi, il y a là le démon qui rallie ses acolytes, et sont sauvés ceux que de bonnes actions de Dieu ont devancés.

fa- : alors, pour exprimer la conséquence

hunâlika : particule indiquant le lieu = là-bas

yastawlî : Xè forme de « walâ » (être très proche, suivre) = chercher à s’arroger le pouvoir sur qqun, à rallier à lui

ash-shaytânu : le démon, le diable, Satan

awliyâ’ihi : ceux qui sont proches de lui, ses auxiliaires, ses acolytes

yanjû : de « najû »  = s’échapper, être sauvé, délivré

al-ladhîna : pronom relatif au pluriel = ceux qui/que

sabaqat lahum : de « sabaqa » = devancer  (pour eux)

al-husnâ : nom dérivé de « hasana » (être beau, bon) = tout ce qui est beau, bonne action, bienfait

www.lumieres-spirituelles.net     No6  Dhû al-Qa‘adeh – Novembre  2009


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)