1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-27 | Readers 378 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le Coran est la panacée


Le Coran est la panacée

Le Coran recèle un remède pour les plus grandes maladies

comme l’incroyance, l’hypocrisie, l’erreur et l’égarement.

Alors, utilisez-le pour solliciter Dieu et vous adresser à Lui en l’aimant

et non pour demander quelque chose aux créatures

Car il n’y a rien de semblable pour s’adresser à Dieu Très-Elevé.

du Prince des croyants(p) in Nahjah al-Balâgha, sermon n°169 (ou 177)

 

فَإِنَّ فِيهِ[الْقُرْآنِ]شِفَاءً مِنْ أَكْبَرِ الدَّاءِ وَ هُوَ الْكُفْرُ وَ النِّفَاقُ وَ الْغَيُّ وَ الضَّلَالُ

Fa-inna fîhi [al-Qurân] shifâ’unn min akbari-d-dâ’i

wa huwa al-kufru wa-n-nifâqu wa-l-ghayyu wa-d-dalâlu

C’est qu’il y a dans [le Coran] une guérison des plus grandes maladies

que sont l’incroyance, l’hypocrisie, l’erreur et l’égarement. 

Fa-inna  : « fa » particule de coordination + « inna » pour mettre en évidence, insister, confirmer

fîhi : «  » particule indiquant le lieu et « hi » pronom personnel suffixe renvoyant au Coran

shifâ’unn min : nom d’action du  verbe  « shafâ » (guérir) = guérison

akbar : de « kabîr » au superlatif = + grand

ad-dâ’i : du verbe « da’â » (être malade, souffrir) = maladie, douleur  

al-kufru : de « kafara » (repousser, éloigner, écarter, n’avoir aucune attention, et de ses effets, désavouer, recouvrir, cacher, dissimuler) =  selon l’Imam as-Sâdeq(p), il peut prendre 4 sens : le ‘refus de reconnaître’ ce que l’on sait (comme la Seigneurie divine), l’ingratitude, l’abandon de ce que Dieu a ordonné, le désaveu.

an-nifâq  : nom d’action de la 3ème forme dérivée de « nafaqa » (dépenser, faire circuler) = la dépense de façon limitée du fait de la contradiction entre les croyances affichées et les actes, l’hypocrisie.

al-ghayyu : de « ghawâ   » (se guider vers le mal et la corruption) = égarement, erreur, le fait de se laisser aller vers la corruption, le désordre

ad-dâlu  : de « dalla  » (l’absence de guidance, matérielle ou morale) =  l’égarement, (≠ la guidance)

فَاسْأَلُوا اللَّهَ بِهِ وَ تَوَجَّهُوا إِلَيْهِ بِحُبِّهِ

وَ لَا تَسْأَلُوا بِهِ خَلْقَهُ إِنَّهُ مَا تَوَجَّهَ الْعِبَادُ إِلَى اللَّهِ تَعَالَى بِمِثْلِهِ

Fa-s’alû Allâha bihi wa tawajjahû ilayhi bi-hubbihi

wa lâ tas’alû bihi khalqahu innahu mâ tawajjaha al-‘ibâdu ilâ-llâhi ta‘âlâ bi-mithlihi

Alors, demandez à Dieu par lui et adressez-vous à Lui en l’aimant ;

ne demandez pas aux créatures par lui,

car les serviteurs ne s’adressent à Dieu Très-Elevé avec rien de semblable 

Fa-as’alû  : verbe « sa’ala » (demander, interroger) à l’impératif, 3ème personne du pluriel introduit par la particule « fa » indiquant la succession et la conséquence

bihi : « bi » particule indiquant le moyen et « hi » pronom personnel suffixe renvoyant au Coran

tawajjahû ilayhi : la 5ème forme dérivée de « wajaha » (orienter, prendre comme orientation)  = s’orienter, s’adresser  + « ilâ » vers, à (indiquant la direction) et « hi » pronom personnel suffixe 3ème p. du s. renvoyant à Dieu

bi-hubbihi : « hubb » = amour et « hi » pronom personnel suffixe renvoyant au Coran

lkhalqahu : nom du verbe « khalaqa » (créer d’une façon particulière) = création, créatures et « hu » pronom personnel suffixe renvoyant à Dieu

innahu : tournure du style indirect pour rappeler quelque chose lié au sujet dont on parle (ici le Coran)

  : particule de négation

ta‘âlâ : nom de la 6ème forme dérivée de « ‘alâ » (l’élévation en soi (sans comparaison avec ce qui est plus bas)) = être très-élevé, bien au-dessus

bi-mithlihi  : de « mathala » (considérer comme totalement semblables deux choses en regard de certaines qualités) = ressemblance, image, semblable, comme, pareil

www.lumieres-spirituelles.net     No16  -  Ramadan 1431 –  Août-Sept.  2010

Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)