1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-27 | Readers 326 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

La ville sainte de Jérusalem (al-Quds) en danger !


La ville sainte de Jérusalem  (al-Quds) en danger !

Cette année 2010 sera-t-elle décisive pour son avenir ?

 

En 1948, les sionistes occupèrent la partie occidentale de la sainte ville d’al-Quds et en 1967, sa partie orientale. En 1980, la Knesset, le parlement de l’entité sioniste, la déclara comme sa capitale, en dépit du refus de la communauté internationale. Depuis, après la mainmise complète sur sa partie occidentale, des plans et des mesures sont appliqués pour l’appropriation de la partie orientale de façon irréversible, empêchant de fait toute possibilité de négociation sur le statut de cette ville.

Les échecs essuyés au Liban et à Gaza, les pressions internationales en vue d’entamer des négociations notamment sur le statut de la ville, la nature de la société sioniste avec la radicalisation d’une frange de sa population, la rivalité entre les divers partis sont sans doute autant de facteurs qui ont favorisé la décision de l’entité sioniste de passer à la seconde phase de la « judaïsation » de la ville : la réalisation du projet mythique de la construction du « troisième temple » en place de la mosquée d’al-Aqsâ qui devrait marquer l’unification de la ville juive, « capitale éternelle d’un Etat juif ». Cela se traduit sur le terrain par :

I/L’accélération de la « Judaïsation » de la ville d’al-Quds    

qui s’est traduite par la mise en route de plusieurs  projets :

-la construction de nouvelles synagogues dans la vieille ville d’al-Quds

Après l’inauguration, le 16 mars dernier, de la synagogue « Hourva » (la « ruine » ou « Kharâb ») à quelques mètres de la Mosquée d’al-Aqsa, présentée par la propagande sioniste comme le signe précurseur de la construction du « troisième temple » sur les ruines de la Mosquée d'Al-Aqsâ, la construction d’autres synagogues est prévue, comme celles de la « la Sainte Lumière » dans le quartier Sheikh Jarrah et de  « la fierté d’Israël » à l’Est de la mosquée d’al-Aqsâ.

-la « judaïsation » de tous les noms des sites et des quartiers de la vieille ville d’al-Quds

-la construction d’un parc archéologique (la « Cité de David ») dans le quartier arabe de Silwan au sud-est, sous et autour de la mosquée d’al-Aqsa entraînant la destruction des maisons palestiniennes et l’excavation de plusieurs tunnels sous la mosquée d’al-Aqsâ, déstabilisant ses fondations.

-la modification de l’entrée principale nord de la vieille ville en donnant un caractère « hérodien » à la porte d’al-‘Amoud et en construisant une cour publique et une route allant vers le sud. Ces travaux ivont entraîner la fermeture de cette porte et par suite le départ forcé des Palestiniens vivant et travaillant dans cette zone, nerf vital de l’économie de l’ancienne ville.

-l’appropriation d’une partie de la mosquée d’al-Aqsa et des places situées au sud-ouest de la mosquée (le « Palais de ‘Omar ou des Omeyyades ») pour les réserver aux juifs, soit pour en faire un lieu de culte soit en un parc touristique et une boîte de nuit. Déjà, les travaux d’installation du pont métallique donnant sur la porte al-Maghariba ont repris ainsi que l’excavation du sous-sol de la mosquée, accompagnée de violations permanentes de son esplanade par les colons, des officiels et les policiers sionistes, des assauts et du bouclage répétés des lieux.

II/L’intensification de l’implantation de nouvelles unités résidentielles sionistes

Pour la rendre indivisible, la vieille ville d’al-Quds a été entourée d’une ceinture résidentielle sioniste. Avec aujourd’hui :

-le développement de cinquante mille nouvelles unités résidentielles à l’Est de Jérusalem avec voies ferroviaires, qui seront rattachées à la ville de Jérusalem au sein du « mur de séparation », en vue de loger plus de 160 000 nouveaux colons juifs.

-l’implantation d’unités résidentielles sionistes au sein des quartiers arabes de Jérusalem Est

Ainsi, les Palestiniens des quartiers du Sud-Est et du nord de la mosquée d’al-Aqsâ (Silwan, al-Bustan, Rass al-‘Amoud, Thaour, Issawiya, Sheikh Jarrah) ont vu l’arrivée de riches entrepreneurs sionistes (tel le magnat juif américain Irving Moskowitz) avec des projets immobiliers d’appartements de luxe, de centres commerciaux et jardins, en lieu et place de leurs maisons et de leur hôtel.

-l’occupation par des milliers de colons sionistes des maisons palestiniennes au cœur même de la vieille ville de Jérusalem ; Les quartiers chrétiens ne sont pas épargnés.

Cette politique est accompagnée de provocations et d’agressions répétées des sionistes ultra-orthodoxes contre les biens et les personnes palestiniennes, sous la protection de la police israélienne.

III/Le développement d’une propagande sioniste intensive justifiant leur appropriation de la ville de Jérusalem et d’en faire le lieu d’habitation des seuls juifs

Diffusion de tracts se référant à de prétendus textes sacrés ; distribution de fascicules où le prétendu « temple de Salomon » est dessiné à la place des mosquées d’al-Aqsâ et du Rocher au cœur de l’esplanade ; diffusion d’un film montrant un avion larguant une bombe sur la mosquée d’al-Aqsâ sur laquelle sera construit le soi-disant temple de Salomon ; installation de fluorescents gigantesques sur le Mont des Oliviers en direction de la mosquée d’al-Aqsâ, pour donner l’impression que la mosquée fait partie du patrimoine juif, les photos prises étant utilisées dans leurs campagnes médiatiques ; sans parler de l’utilisation de l'archéologie pour légitimer leurs desseins et des déclarations répétées des responsables politiques sionistes.

 

Vers l’expulsion de tous les habitants palestiniens et la confiscation de toutes leurs terres ?

Accompagnant cette politique de « judaïsation » de la ville, de nombreuses mesures coercitives sont déployées à l’encontre des Palestiniens, allant des vexations, des contrôles, des confiscations des cartes de résidence,  des pressions, des harcèlements, des actes de vandalisme, à l’enlèvement, à l’expulsion, à la démolition de leurs maisons, à la confiscation de leurs terres. Les ‘awqafs’ chrétiens  ne sont pas épargnés par cette politique d’expropriation. D’autant que l’Eglise grecque-orthodoxe possède une partie des terres convoitées à l’heure actuelle par les autorités sionistes : celles où sont construits la Knesset et d’autres bâtiments officiels et la place de ‘Omar.  « Les Palestiniens de Jérusalem-Est, sont encerclés par le mur. Israël démolit leurs maisons, les expulse, refuse de leur donner des permis de construire, les exproprie de leurs terres, confisque leur carte d’identité [de résident de Jérusalem] à la moindre occasion. Cependant ils résistent. »

 

"Neturei Karta" (ou les défenseurs d'Al-Quds contre le sionisme), l’organisation judéo-américaine antisioniste dément les assertions selon lesquelles l'ouverture de la synagogue de la Hourva est une prophétie de la Thora, prélude à la construction du Mont du Temple et à la destruction de la mosquée d'al-Aqsâ. Elle accuse les « Israéliens »  de bâtir leur Etat sur une terre arabe occupée, et de cacher leurs convoitises politiques sous une couverture  religieuse.  

L'ancien Premier ministre israélien Olmert accusé de blanchiment d’argent, de corruption et d’abus de confiance à propos du projet du gigantesque complexe immobilier à Jérusalem occupée « Holyland » !

Il a touché un pot-de-vin de 700 000 euros contre l’octroi de son feu vert à ce projet lorsqu’il était maire de cette ville (1993-2003). On parle aussi de détournement de fonds américains exempts d’impôts pour subventionner ces colonies de peuplement.

A l’occasion du Jour d’al-Quds décrété pour le dernier vendredi du mois de Ramadan, il est du devoir de tout musulman de dénoncer ce vaste complot sioniste diabolique contre la ville sainte d’al-Quds, où tous les Messagers de Dieu ont prié.

www.lumieres-spirituelles.net     No16  -  Ramadan 1431 –  Août-Sept.  2010


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)