1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-27 | Readers 190 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Shahîd Motaharî et la liberté de pensée


Shahîd Motaharî et la liberté de pensée

 Shahîd Motaharî appelait à la liberté de pensée. Il était conscient que c’était choisir un chemin difficile, plein d’embûches. Mais il le voulait.

Cela impliquait qu’il acceptait les remarques et les critiques des autres dans le domaine des sciences islamiques. Même !, il voyait en cela une façon d’élever la bannière de l’Islam et de diffuser les vérités.

Il disait : « Je ne suis pas du tout gêné par l’apparition de gens qui doutent dans la société et qui essaient, par leur propos et leurs livres, de détourner les gens de l’Islam. Au contraire, cela me rend heureux car la manifestation, l’extériorisation, la publication de leurs avis différents aux miens sont la cause d’une plus grande diffusion de l’Islam. Le danger vient quand personne ne leur répond ni ne dissipe leurs confusions. »

Après la victoire de la Révolution islamique en Iran, shahid Motaharî était pour que soient exposées les idées opposées à l’Islam, les recherches philosophiques et dogmatiques. Il encourageait les étudiants à se préparer à cela et à s’armer de l’arme la meilleure et la plus adéquate : l’enseignement, le livre, la plume.

« Il faut que l’homme soit libre dans sa pensée, dans sa façon de mettre en évidence et dans son jugement. Car en cela réside l’assurance du maintien de la Révolution islamique et de sa marche dans la voie juste. » disait-il.

« Nous avions l’espoir que notre éveil (islamique) allait apporter des pensées nouvelles sur le marché de la connaissance. Aussi, l’étudiant en sciences islamiques doit-il se préparer de lui-même à cela, et d’une préparation des dizaines de fois supérieures à ce qu’elle était auparavant ! »

« Nous avons besoin de vivifier la pensée religieuse islamique, nous avons besoin d’une renaissance de la pensée ! Il est nécessaire de réformer la pensée religieuse car notre vision en ce qui concerne la religion est erronée ! »

« Si les savants ne se précipitent pas à prendre en main cette affaire, ils recevront un coup terrible de la part des réformistes qui, eux, ne veulent pas de l’Islam. » Car le peuple a soif et demain plus qu’aujourd’hui.

in Ramaz Najâh al-Ustâdh al-Motaharî  de ‘Alî Nour Abadî, pp73-75 & 84

www.lumieres-spirituelles.net     No19  - Dhû al-Hujjah  1431 – Nov.-Déc. 2010


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)