1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-27 | Readers 491 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

(2) L’amour naturel (de la fitra) pour le bien-être


Par la [grâce du] Nom de Dieu le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux

{Certes, nous sommes à Dieu et c’est vers Lui que nous retournons.} 

Les preuves tirées de la nature primordiale (Fitra)

(2) L’amour naturel (de la fitra) pour le bien-être

Chacun d’entre nous (croyant ou pas) peut constater en son for intérieur un penchant, une inclinaison, un amour pour le bien-être, l’aise, le confort. Et cela est visible dans toutes les sortes de civilisations, sédentaires ou nomades, auprès de tous les peuples du monde entier, à travers tous les temps. Si on s’interroge sur l’origine de tous les penchants, les motivations qui poussent les gens à agir, qui amènent les gens à supporter efforts et épreuves durant toute leur vie, on trouverait une réponse commune à tous, de la langue de la nature primordiale (fitra), qui est qu’ils recherchent le bien-être, le confort.

Le but ultime de tous les désirs est d’atteindre le bien-être absolu, le repos absolu, exempt de tout effort, de toute peine, de toute douleur. Et ce désir est présent en tout le monde.

Si l’être humain voit cet objectif recherché, aimé présent en quelque chose, il s’accroche à cette chose dans laquelle il pense trouver ce qu’il aime et désire. Et ce désir est pour un bien-être absolu qui n’est présent en ce monde que de façon partielle et limitée. Il n’est pas possible, en ce monde, d’atteindre le bien-être sans qu’il ne soit mélangé à des sortes de mal, de fatigue, de douleurs. La douleur, l’effort, la fatigue, la tristesse, les soucis sont des particularités de ce monde.

Il en déduit que ce qu’il aime et recherche n’est pas présent en ce monde. Et cet amour ne peut rester sans l’aimé effectif présent. En même temps, cet amour dans sa nature primordiale est présent chez l’ensemble des êtres humains.

Il est donc nécessaire qu’il y ait là-bas un autre monde dans la demeure de la Réalisation et de l’Existence, où le bien-être est exempt de tout mélange de fatigue, d’effort et de peine. Et ce bien-être absolu exempt de tout effort, de toute douleur, de toute tristesse, de toute fatigue n’existe que dans l’Au-delà, qui est la Demeure des Bienfaits de Dieu, le Monde de la Noblesse de l’Essence divine.

De même, on peut voir présent en chacun d’entre nous, dans les âmes de l’humanité, un penchant naturel pour la liberté absolue et l’accomplissement de sa volonté. En même temps, ce monde (ad-dunia) où nous nous trouvons, est rempli de concurrences, de gênes qui limitent les désirs des gens vers la liberté. Il est clair que la réalisation de la liberté absolue et de l’accomplissement absolu de sa volonté n’est pas possible en ce monde.

C’est pourquoi il est nécessaire qu’il y ait un monde de l’existence où la volonté de chacun peut être accomplie sans être gênée, bridée par celle des autres. Dans un tel monde, l’être humain ferait ce qu’il veut, et déciderait ce qu’il veut selon son désir naturel présent en lui-même.

Un tel monde est celui derrière le monde de la nature (monde méta-physique) et plus précisément le Paradis des gens de l’Obéissance (à Dieu).

Ainsi, deux ailes ont été posées dans l’âme de l’être humain selon la « Fitra » divine qui ne se change pas : l’aile de l’amour pour le bien-être et l’aile de l’amour pour la liberté. Avec ces deux ailes, l’être humain s’envole vers le monde immatériel (Malakût) le plus élevé vers la proximité de Dieu.

 (Arba‘ûn Hadîthann de l’imâm al-Khomeynî, H.11 pp229-230 et « Al-Ma‘âd  fî nazhar al-Imâm al-Khomeynî»  p39-43)

www.lumieres-spirituelles.net     No56  - Moharram 1435 – Nov. Décembre  2013


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)