1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-27 | Readers 246 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Pourquoi l’attaque du centre commercial de Nairobi


Pourquoi l’attaque du centre commercial de Nairobi

au Kenya le 21 septembre 2013 ???

Il y a un peu plus d’un mois, la capitale du Kenya fut ensanglantée par une terrible attaque revendiquée sur twitter par un groupe d’hommes armés, proches des Islamistes somaliens (les « chebâb »), contre un centre commercial de luxe appartenant à des « Israéliens », surtout fréquenté par les couches moyennes du pays, des personnalités intellectuelles et scientifiques locales et de nombreux expatriés (dont des

Indiens), provoquant la mort de 67 personnes et la disparition de 23 autres.

Certes, ce n’est pas la première attaque de ce genre, mais la rapidité avec laquelle les médias se sont emparé de l’affaire et ont mobilisé l’opinion publique internationale pendant près de cinq jours, les images du siège tournant en boucles comme pour frapper l’imagination des gens et les terroriser devant de nouvelles « atrocités islamistes fondamentaux antisémites », attirent l’attention.

De nombreuses interrogations ont surgi sur son déroulement, sur les capacités des auteurs présumés, leurs mobiles, leur nombre (quatre, dix, vingt ?) et leur identité, sur les victimes (toutes chrétiennes et aucune «israélienne»), sur l’annonce faite à grand bruit de l’intervention d’un commando d’élite « israélien » puis du FBI alors que leur présence n’apparait nulle part et qu’elle n’a pas empêché le maintien du siège par l’armée et la police kényanes pendant quatre jours ni l’effondrement d’une bonne partie des bâtiments.

A défaut de pouvoir y répondre, nous pouvons jeter un coup d’œil sur la situation qui prévalait au Kenya au moment de l’attaque et les dernières évolutions qu’a connues ce pays.

Le Kenya

-580 367 Km2

-Limité par le Sud-Soudan au NW, l’Ethiopie au NE, la Somalie à E, l’Océan Indien au S, la Tanzanie au SW et l’Ouganda à W.

-~45 M d’habitants majoritairement chrétiens (82,5%), ~ 11% de Musulmans surtout dans le sud du pays

-Ancienne colonie anglaise (1895-1963)

-Intervention de l’armée kényane en Somalie en 2011, officiellement pour « protéger la partie nord de son territoire

de la contagion terroriste », poussée par les Etats-Unis..

Le Kenya, situé à l’est de l’Afrique, est un allié majeur des américano-sionistes.

ŸL’entité sioniste a établi des accords privilégiés avec ce pays dès son indépendance en 1963 (base de surveillance pour la collecte d’informations sur ce qui se passe en Afrique, formation de centaines de militaires et de policiers au Kenya ou en Palestine occupée, coopération sécuritaire (avec possibilité d’intervention directe de l’entité sioniste dans le pays), agricole, militaire (le Kenya est un grand client des industries militaires israéliennes), économique (le Kenya lui offrant une ouverture sur les marchés du continent noir), politique (notamment par rapport au Sud du Soudan et à la Somalie).

ŸMalgré un attentat revendiqué par la Qaïda, tuant 220 personnes et blessant plus de 5500 autres, le 7 août 1998, les Etats Unis ont maintenu des relations privilégiées avec ce pays tant sur les plans politique, militaire qu’économique et financier, le Kenya ayant une position stratégique essentielle pour le contrôle des sources d’énergie et des voies d’approvisionnement dans cette partie orientale de l’Afrique, pour le développement des investissements occidentaux en Afrique ainsi que pour les possibilités d’intervention directe dans la région.

ŸLes britanniques ont maintenu des camps d’entrainement militaires.

ŸLe Kenya est en passe de devenir :

êun terminal pétrolier au nord du Kenyan, où le pétrole du Sud-Soudan (région devenue autonome sous le patronage américano-sioniste) doit aboutir grâce à un pipe-line ;

êun pays producteur de pétrole avec la découverte de ressources pétrolières dans le Jublan au nord ouest ;

êun pays agricole avec la découverte d’une énorme source d’eau douce souterraine dans la région du Turkana au Nord-Ouest du Kenya.

ŸAussi est-il voué à avoir un avenir éclatant, dans le giron des puissances américano-sionistes qui le considèrent comme leur tête de pont pour leurs ingérences dans cette partie de l’Afrique.

Mais la situation n’est pas aussi rose qu’il ne le parait pour les intérêts américano-sionistes.

„Les compagnies pétrolières présentes au Sud-Soudan sont asiatiques (principalement chinoises) et non pas anglosaxones. Et le souci de ces pays asiatiques, japonais et chinois en tête, est de faire parvenir ces ressources jusqu’à leur pays le plus directement possible, sans passer par l’Ethiopie ni par le détroit de Bâb al-Mandeb soumis au contrôle des puissances américano-européo-sionistes.

Déjà le Japon et la Chine ont signé des contrats avec le Kenya pour la construction d’un oléoduc, des champs pétroliers du Sud-Soudan au gazoduc déjà présent au Kenya, en vue de relier South Edoret à Moumbasa (au bord de l’Océan Indien), ou au port de Lamu déjà construit par la Chine, direct vers le Pacifique.

„Les dernières élections présidentielles, le 4 avril 2013, n’ont pas amené au pouvoir le président espéré par les puissances occidentales, mais le peu aimé Uhuru Kenyatta. Son inculpation de « crime contre l’humanité »par la Cour Pénale Internationale n’a pas eu l’effet escompté, et sans doute, a même été vue comme une preuve de l’ingérence occidentale. Kenyatta, se méfiant de la nouvelle politique de colonisation des pays occidentaux, reprit à son compte la politique de rapprochement avec la Russie et la Chine et d’ouverture à d’autres pays comme l’Iran, entamée précédemment.

„Durant le mois d’août dernier, invité en Chine, il fut reçu avec les honneurs par les officiels chinois. De nombreux contrats furent signés en vue de développer les relations commerciales entre les deux pays, aux dépens de l’entité sioniste.

„Il a signifié son refus de donner aux compagnies sionistes l’accès aux mines de titanium et autres terres précieuses.

„Le Kenya a manifesté son désir d’avoir une centrale nucléaire civile pour affirmer son indépendance.

Aussi certaines personnes averties ont vu, dans cette attaque de ce centre commercial de luxe, une punition ou une mise en garde américano-sioniste contre l’Etat kenyan, contre le fait de trop « regarder du côté de la Russie et de la Chine ».

ŸLes puissances américano-sionistes craindraient-elles de perdre leur hégémonie sur cette région, face à l’éveil des peuples et aux rivalités russes et chinoises ?

ŸSi l’on regarde la stratégie qu’elles ont appliquée pour reprendre en mains cette partie de l’Afrique et la maintenir sous leur contrôle, on peut voir qu’elle a principalement consisté à déstabiliser, diviser les pays de la région, sur des bases confessionnelles ou ethniques, (comme au Soudan, dont la partie sud du pays, majoritairement chrétienne, riche en ressources pétrolières, a été séparée du nord), à créer des zones de non-Etat (comme en Somalie), à chercher à priver les pays mal aimés (comme l’Egypte et le Soudan) de leurs ressources qui en eau (avec ce grand projet de construction d’un barrage en Ethiopie devant détourner les eaux du Nil de l’Egypte), qui en pétrole.

ŸEt ce n’est un secret pour personne que ces groupes terroristes qui agissent sous les couleurs de l’Islam ont été formés et payés par les puissances américano-sionistes, via l’Arabie Saoudite ou le Qatar, pour effecteur les basses besognes sous faux drapeaux !

Alors, l’attaque contre le centre commercial de Nairobi ferait-elle partie de cette stratégie terroriste américano-sioniste ?

ŸSous le couvert de « luttes contre le terrorisme » ou « contre la piraterie », les Etats-Unis n’ont-ils pas envoyé, le 5 octobre 2013, sans prévenir les autorités locales, un commando en Libye pour enlever un membre de la Qaïda et un autre en Somalie, au sud de Mogadiscio, qui a cependant échoué ? Répondant aux protestations de ces deux pays, les Etats-Unis ont déclaré que ces opérations étaient « appropriées (ou « bénéfiques ») et légales » (!!).

Et n’ont-ils pas lancé à nouveau une nouvelle attaque de drone en Somalie le 28 octobre malgré les protestations du pays ?

ŸLes américano-sionistes chercheraient-ils à légaliser leur présence en tant que gendarmes de la région et à se donner le droit d’intervenir militairement quand ils le veulent et où ils le veulent ? Chercheraient-ils à imposer leur leadership en tant que « défenseurs de la lutte contre le terrorisme » (qu’ils alimentent par ailleurs), à un moment où les Etats-Unis connaissent de graves problèmes internes ?

www.lumieres-spirituelles.net     No56  - Moharram 1435 – Nov. Décembre  2013


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)