1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-27 | Readers 380 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Les quatre piliers de l’incroyance (2)


Les quatre piliers de l’incroyance (2)

«Celui dont les querelles avec ignorance sont nombreuses, [voit] son aveuglement persister loin de la Vérité ; celui qui dévie [de la vérité], considère le bien un mal et le mal un bien et il s’enivre de l’enivrement de l’égarement ; et celui qui s’obstine dans le désaccord dont les voies lui sont pleines d’embuches, l’ordre difficile et l’issue étroite.»

                     du Prince des croyants(p),  Nahj-al-Balâgha, Hikam 31  p656

وَمَنْ كَثُرَ نِزَاعُهُ بِالْجَهْلِ دَامَ عَمَاهُ عَنِ الْحَقِّ،

Wa  man kathura nizâ‘uhu bi-l-jahli, dâma ‘amâhu ‘ani-l-haqqi ;

2)celui dont les querelles avec ignorance sont nombreuses, [voit] son aveuglement persister loin de la Vérité ;

kathura  : verbe «kathura  » = être nombreux, être en grand nombre, le sujet étant «nizâ‘u-hu » 

nizâ‘u-hu : conflit, antagonisme, contestation, querelle + « hu » adjectif possessif 3e p.m. sing.

bi-l-jahli : l’ignorance, introduite par la préposition « bi » pour indiquer comment il se dispute avec les autres : avec ignorance.

dâma :  verbe « dâma  » = durer, continuer d’exister, persister en permanence

‘amâ-hu :‘amâ : nom d’action du verbe «‘amâ » (être aveugle)  + « hu »  = sa cécité, son aveuglement

‘ani-l-haqqi : la particule «‘an »  indique l’éloignement, l’écartement de la Vérité.

 

 وَمَنْ زَاغَ سَاءَتْ عِنْدَهُ الْحَسَنَةُ وَحَسُنَتْ عِنْدَهُ السَّيِّئَةُ وَسَكِرَ سُكْرَ الضَّلاَلَةِ،

Wa man zâgha, sâ’at ‘indahu al-hasanatu wa hasunat ‘indahu as-sayyi’atu wa sakira sukra-d-dalâlati ;

3)celui qui dévie [de la vérité], considère le bien un mal et le mal un bien et il s’enivre de l’enivrement de l’égarement ;

zâgha : = pencher, être incliné, dévier, s’écarter, s’éloigner (de la ligne droite, de la vérité)

sâ’at : verbe « sâ’a » à la 3e p.f.sing. au passé = faire du mal, traiter, être mauvais

as-sayyi’atu : nom du verbe = mal, mauvaise action, méfait.

sakira : verbe indiquant une modification du cours naturel = endiguer, d’où enivrer, fermer, étouffer.

sukra : endiguement, puis ivresse, fermeture

ad-dalâlati : de « dalla  » =  l’absence de guidance, matérielle ou morale, l’erreur, l’égarement.

 وَمَنْ شَاقَّ وَعُرَتْ عَلَيْهِ طُرُقُهُ وَأَعْضَلَ عَلَيْهِ أَمْرُهُ وَضَاقَ مَخْرَجُهُ.

Wa man shâqqa wa‘urat ‘alayhi turuquhu wa a‘dala ‘alayhi amruhu wa dâqa makhrajuhu.          .

4)et celui qui s’obstine dans le désaccord dont les voies lui sont pleines d’embuches, l’ordre difficile et l’issue étroite.

shâqqa : 3e forme dérivée du verbe « shaqqa » (fendre, pourfendre, déchirer) = être en désaccord avec, se brouiller avec, s’opposer à, faire scission

wa‘urat ‘alayhi : du verbe « wa‘ara » ou « wa‘ura » = être inégal, raboteux, rude, difficile à résoudre, avec des embuches, le sujet étant « turuqu-hu » 

turuqu-hu : pluriel de « tarîq » + + « hu » adjectif possessif 3e p.m. sing. = ses chemins, ses voies

a‘dala ‘alayhi : 4e forme dérivée du verbe « ‘adala ‘alâ » (être difficile à, empêcher, mettre dans l’embarras) = être difficile, insurmontable pour qqun, rendre impuissant.

amru-hu : « amr »  + « hu » adjectif possessif 3e p.m. sing. = son ordre, son affaire, sa chose

dâqa : verbe « dâqa » =  devenir à l’étroit avec, se rétrécir, être restreint, à l’étroit, limité

makhraju-hu : nom tiré du verbe « kharaja » (sortir, quitter) indiquant le lieu ou le temps de la sortie + « hu » = son issue.

Voici les trois autres piliers sur lesquels l’incroyance repose, le premier étant  le fait de chercher à approfondir [dans les conjectures]. Ils mènent tous aux difficultés, à l’impasse et à la gène, à l’égarement et en dernier à la perdition sans retour.

www.lumieres-spirituelles.net     No57  - Safar  1435 – Déc.-Janvier  2014


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)