1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-27 | Readers 293 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Grande victoire historique du nucléaire iranien


Grande victoire historique du nucléaire iranien !

A l’aube du 24 novembre 2013, un accord intérimaire sur le nucléaire iranien(1) entre les 5+1+1(2) et l’Iran a vu le jour.

„La signature même d’un accord est en soi une grande victoire diplomatique iranienne. Jusqu’à alors, la politique des grandes puissances avec la République Islamique d’Iran n’était que pressions, menaces, sanctions, agressions militaires, assassinats et ingérences intérieures.

„Et le grand acquis irréversible de cet accord est la reconnaissance des droits nucléaires (civils) du peuple iranien, dont celui de l’enrichissement, malgré l’acharnement des grandes puissances à les nier. C’est pourquoi l’entité sioniste le qualifia de « mauvais » et d’« erreur historique », bridant ses velléités de frappe.

„La foi, la ténacité et la détermination du peuple iranien avec sa sage direction auront payé et servent d’exemple au monde entier.

Les clauses de l’accord intérimaire du 24-11-13

Il est demandé à la partie iranienne :

sd’arrêter l’enrichissement de l’uranium au-delà de 5% (alors que le seuil limite autorisé est de 20 % pour les isotopes médicaux). Le droit à l’enrichissement (jusqu’à 5 %) est ainsi reconnu de facto à l’Iran, les puissances arrogantes ayant dû renoncer à ce qu’il ait lieu à l’extérieur ;

sde geler la construction du réacteur à eau lourde d’Arak (pour extraire du plutonium), à partir de combustible usagé ou non et d’arrêter toute production de combustible (pour ce réacteur) ;

sde neutraliser les stocks existants d’uranium enrichi à 20%, en les diluant sur place et non à l’étranger ;

sde ne pas produire de nouvelles centrifugeuses pendant 6 mois avec cependant la possibilité de remplacer celles existantes ;

sde permettre aux inspecteurs de l’AIEA l’accès aux installations nucléaires, notamment Natanz et Fordow (le site de Parchin n’étant pas cité), aux usines de fabrication de centrifugeuses et aux mines d’uranium.

 

En échange les Etats-Unis et l’Europe doivent :

ssuspendre les sanctions sur l’or et les métaux précieux, sur le secteur automobile et les exportations pétrochimiques ;

sainsi que sur les réparations et inspections pour certaines compagnies aériennes iraniennes en Iran ;

sverser 400 millions d’euros pour financer les études d’étudiants iraniens à l’étranger ;

saider aux liens humanitaires existants (pour l’achat de nourriture ou de matériel médical) entre l’Iran et le reste du monde, sans pour autant en créer de nouveaux ;

sdébloquer 4,2 Mds de dollars issus de sanctions sur les ventes de pétrole iranien ;

sne pas décider de nouvelles sanctions durant ces 6 mois.

Mais ne sont pas concernés par cet accord, notamment le blocage des réserves de change iraniennes, les sanctions contre une vingtaine de banques iraniennes, celles contre les programmes militaires ou encore celles imposées par le Conseil de sécurité de l’ONU, toutes les sanctions commerciales et financières américaines. Mais le système des sanctions aura été ébranlé.

 

1-Pourquoi l’Iran n’aurait-il pas droit à un programme nucléaire chez lui, à l’instar de l’entité  sioniste, du Pakistan et de l’Inde, pour ne parler que des pays de la région ? D’autant que ces pays – dont on ne peut pas dire qu’ils excellent en paix, stabilité et sécurité – ont de plus la bombe atomique !

ŸLe péché de l’Iran serait-il d’avoir adhéré au Traité de Non-Prolifération des armes nucléaires TNP, alors que ces trois pays cités ne l’ont pas fait et donc échappent à tout contrôle ?

ŸOu, à en croire les accusations proférées à son encontre, l’Iran aurait-il cherché à acquérir le nucléaire militaire en violation d’une des clauses du TNP ? Or les dénis de la République islamique hostile à l’arme nucléaire sont clairs et les rapports d’inspection des agences nucléaires le corroborent.(1)

ŸEn fait, le nucléaire iranien (dont le programme avait été lancé dans les années 50 au temps du Shah, avec l’aide des Etats-Unis puis celle de la France) ne posait pas problème jusqu’en 1979. Serait-ce la victoire de la Révolution islamique en Iran et son maintien au pouvoir qui poseraient problème ?

ŸL’accusation de vouloir détenir l’arme nucléaire serait-elle devenue un prétexte pour renforcer les sanctions tout à fait illégales contre l’Iran et son peuple (jusqu’à toucher les exportations pétrolières et les activités bancaires) et un moyen pour se donner une apparence de légitimité ? Jusqu’à quand durera cette supercherie ?

 

2-Pourquoi la signature d’un accord maintenant ? Sans entrer dans les détails des conjonctures circonstancielles (renouvellement du mandat d’Obama et élection de sheikh Hassan Rohani), les Etats Unis se seraient-ils rendus compte que le blocus économique, les agressions militaires via l’Irak, les menaces, les ingérences intérieures pendant plus de trente ans n’ont pu changer la volonté et la détermination du peuple iranien et de sa direction ? Qu’est-ce qui a changé depuis le début des tractations sur le nucléaire, il y a plus de dix ans ?

lSur le plan intérieur, l’Iran est politiquement plus fort et plus uni que jamais. Ses capacités nucléaires se sont confirmées, malgré le blocus et l’assassinat de ses savants.

lSur le plan régional, il est devenu une puissance politique, diplomatique, économique, militaire, jouant un rôle axial en Syrie, alors que les Etats Unis sont dans une position de retrait (abandon du projet d’agresser la Syrie et retraite en cours d’Afghanistan après celle d’Irak).

lSur le plan international, les Etats-Unis avec leurs satellites ne peuvent plus prétendre à l’hégémonie. L’émergence d’autres pays (cf. le B.R.I.C.S.) offre d’autres possibilités aux pays soumis à leur blocus.

lAussi, les Etats Unis se sont-ils résignés à un accord avec l’Iran, avec le moins de perte possible, car ils veulent l’intégrer dans leur politique de domination de la région et l’utiliser le cas échéant contre les extrémistes takfiris ou Talibans. Le « prête-non » français du 8-11-13 et les gesticulations sionistes (notamment l’attentat contre l’ambassade d’Iran au Liban(3)), ne servaient qu’à se donner du temps pour d’ultimes tentatives afin d’obtenir davantage de l’Iran et de neutraliser leurs propres alliés.

Oui ! Le  rapport des forces a changé ! De l’aveu même d’un membre de la délégation américaine : « Nous voulions vraiment un accord imposant la fin de l’enrichissement. Le problème est que nous n’avons pas réussi à l’obtenir. » C’est qu’ « il n’est plus possible de détruire complètement la capacité nucléaire de l’Iran ni par les bombes ni par les accords ».

 

3-Et après, que va-t-il se passer ? L’accord qui vient d’être signé est intérimaire en vue d’un accord définitif dans les six mois. La partie n’est donc pas finie. Même ! Les vraies négociations ne font que commencer.

wTout processus de négociation sous-tend tactiques, concessions, incompréhensions, éclaircissements et, sans doute aussi, marchandages, tentatives pour imposer ses propres desseins aux dépens de l’autre partie, en s’appuyant sur les « ambiguïtés » de l’accord. Sauf que toute violation de cet accord intérimaire entrainera l’annulation du processus en cours.

wAux « bonnes volontés » d’utiliser cet accord intérimaire pour établir un climat de  confiance (surtout après 34 ans d’agressions arrogantes et de trahisons), et prendre « de sages mesures dans le futur »(4) !

wS’il a été établi pour gagner du temps en vue d’imposer des exigences excessives ou dans l’espoir d’un changement de régime, alors la vigilance et la résistance s’imposent.

wEnfin, il est à noter que cet accord intérimaire n’oblige que les Etats Unis et l’Europe, pas le Canada qui maintient ses sanctions, ni l’entité sioniste qui, déjà contactée par Obama pour négocier l’accord définitif sur le nucléaire iranien, s’est engagée à tout faire pour annuler cet accord (et ses effets) et pour détruire toutes les capacités nucléaires iraniennes, ni l’Arabie Saoudite qui cherche à se procurer la bombe atomique auprès du Pakistan ! Cela promet un avenir difficile !

Quels que soient les résultats des négociations autour du dossier nucléaire iranien, la réalité qui se dégage est que 34 ans de blocus et de guerre se sont terminés par un échec  cuisant pour l’Occident. La résistance du peuple iranien et de sa direction, leur détermination à aller de l’avant ont eu raison de tous les complots.

« Sans aucun doute, l’aide de Dieu, les prières et l’appui du peuple ont contribué à cette réussite et elles contribueront aux prochaines réussites, in shâ Allah [avec la Volonté de Dieu]. »(4)

 

 (1)Cf. les N°6 de novembre 2009 et N°13 de mai-juin 2010 de la revue Lumières Spirituelles où la question du nucléaire iranien a été clairement exposée avec les positions iraniennes résolument hostiles aux armes nucléaires.

(2)Les 5 membres du Conseil de Sécurité de l’ONU (les Etats-Unis, la Grande Bretagne, la Russie, la Chine et la France) + l’Allemagne + la chef de la diplomatie européenne.

(3)La veille de la reprise des négociations, le 19.11.13, un double attentat suicide visa l’ambassade de l’Iran au Liban (sans arriver à la toucher) et

causa la mort de 25 personnes et plus de 200 autres furent blessées.

(4)Propos tenus par l’imam Khamine’i le 24-11-13.

www.lumieres-spirituelles.net     No57  - Safar  1435 – Déc.-Janvier  2014

Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)