1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-27 | Readers 268 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

La route de Najaf à Karbalâ’ : la route des Hommes Libres


La route de Najaf à Karbalâ’ : la route des Hommes Libres

Au Nom d’Allah le Plus-Elevé,  le Seigneur des Mondes, que les salutations et les prières soient sur Mohammad ainsi que sa famille, et qu’Il éloigne Sa Bénédiction de leurs ennemis jusqu’au Jour du Jugement dernier.

 

« Labbaik Ya Houssayn, labbayk Ya Houssayn… »

Rentrés depuis un mois et pourtant ces mots raisonnent encore dans nos esprits… en fermant les yeux, seules apparaissent les images de la foule marchant avec conviction, oubliant tout, jusqu’à  même la douleur, avec pour seule motivation l’amour de l’Imam Houssayn(as) et de sa famille.

Nous sommes physiquement de retour mais nous avons abandonné notre âme sur cette route, arborée au départ par les fleurs de la nostalgie, nous séparant de notre Maître Ali(as), mais vite remplacées par les arbres de l’espérance, de l’ardeur et du désir de la rencontre de son noble fils Houssayn(as).

Sur cette route, un adjectif disparaît de notre vocabulaire : rationnel !

Des millions de personnes, quittant leur foyer, venant de tout l’Irak – ou devrais-je dire plutôt des quatre coins du monde - pour marcher durant 3, 5, 10 ou même 17 jours ! Pour quelle raison ? Pour présenter leurs salutations le jour d’Arba‘in au Maître des Martyrs…  ce phénomène est tout sauf rationnel, c’est un miracle !

Avant de vivre cette expérience, pour moi, le miracle ne résidait que dans la force et la conviction de ces marcheurs ; cette marée humaine marchant sans relâche, avec pour certains une poussette ou un enfant dans les bras, d’autres une chaise roulante, un sac sur le dos ou sur la tête, et certains avec rien ! D’autres sont malades, handicapés, très jeunes ou très vieux ! Tout cela bien sûr, sans aucune organisation officielle gérant l’événement comme l’on pourrait le voir lors des jeux olympiques, des coupes du monde ou tout simplement lors du Hajj. C’est là qu’opèrent la deuxième partie du miracle et non des moindres…

Le marcheur quitte son foyer avec toutes ses bonnes intentions mais comment pourrait-il atteindre son but sans l’aide de tous ces volontaires qui abandonnent travail et obligations, pour arborer la route de leurs stands dans le seul et unique but de servir le pèlerin ?!  Vous y trouverez de quoi vous reposer, vous nourrir, vous rafraîchir, vous réchauffer, vous soigner… tous les services, et plus encore, dont pourrait nécessiter le marcheur sont présents sur cette route. Leur dévouement est saisissant…

Le second soir de notre marche de trois jours, nous fûmes accueillis par une famille chez elle ; leur maison se trouvant à dix minutes de la route principale, n’ayant eux-mêmes pas de voiture, ils eurent recours aux services de deux taxis. Ils nous servirent des mets qu’ils ne pourraient se permettre de consommer durant l’année et nous offrirent généreusement  leurs matelas tandis qu’ils préférèrent le sol pour leur propre personne ! Tout ce sacrifice pour nous, de simples étrangers ! Pourquoi tant d’honneur ? Seulement et uniquement, par Amour pour notre Imam(as) ! Cette famille comme beaucoup d’autres, ne perçoit que de modestes revenus qu’elle économise durement tout au long de l’année, dans le seul but de servir les futurs pèlerins… vivons-nous dans le même monde ?!

Nous partageons certes la même terre mais guère les mêmes valeurs ; les attributs de Notre Seigneur se reflètent dans les yeux de ces personnes…

Nous pourrions écrire des heures durant, parler de cette avalanche d’émotions qui envahit notre cœur quand enfin notre regard se pose sur le Mausolée du fidèle vicaire Aboul Fadhlil Abbas(as) et ensuite de son Noble Frère et Maître Houssayn(as), mais les mots ne suffiront jamais à exprimer la réalité de cette expérience et des émotions ressenties. Nous marchons tous sur les pas de notre Imam(as).  Et nous avons la chance de le faire dans le confort, mais quelles étaient les conditions de route de l’Imam Sajjad (as), Bibi Zaynab (ahs), Bibi Roqayya (ahs) et tous les autres… Comment ne pas ressentir de la tristesse dans cette ardeur et cet amour qui nous envahissent pendant toute la marche ?

Pour ma part, cette marche n’est pas un exercice physique, cette marche est une remise en question de notre mode de vie, de notre système de pensées, de nos valeurs ; cette route est la route des Hommes libres, affranchis de toute servitude liée à ce monde. Rien ni personne ne pourrait empêcher ces Hommes de marcher vers notre Maître Houssayn(as) et de purger leur énergie sur cette route pour rallier les rangs de notre douzième Imam(atfs) ; c est un champ où il ne tient qu’à nous d’aller cueillir les fleurs de la réussite, de la félicité, de l’Amour d’Allah(swt) et de Ses Lieutenants, en somme, les fleurs du Paradis… A chacun de vivre sa propre expérience.  

Notre fils, d’un peu moins de quatre ans, nous  accompagnait.. Nous craignions ses réactions, mais à notre grande surprise, il fut tout d’abord émerveillé par cette foule marchant munie de drapeaux, avec aux lèvres divers slogans et puis rapidement,  il fut bien plus à l’aise que l’on ne l’aurait imaginé ! Lui aussi, tantôt marchant drapeau à la main, tantôt récitant des élégies et se frappant la poitrine, imitant ainsi ses ainés. Bien sûr, tout cela alterné avec de longues pauses dans la poussette pour retrouver un peu d’énergie et parfois pour mieux observer la marée humaine qui l’entourait. Cette marche a éveillé sa curiosité et, jusqu’à maintenant, il en parle régulièrement, se rappelle des évènements passés, me questionne sur la marche, sur la tragédie de Karbala et sur tout ce qui a pu l’interpeller sur le moment mais aussi après coup et parfois me demande même si nous allons de nouveau marcher de Najaf à Karbala…

Kawsar Fatema

www.lumieres-spirituelles.net     No57  - Safar  1435 – Déc.-Janvier  2014


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)