1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-27 | Readers 495 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Commentaire sur l’Essai de l’Imam Sajjad sur les « Droits moraux »


Commentaire sur l’Essai de l’Imam Sajjad sur les « Droits moraux »

Ghodratollah Machayekhi

Trad. Farideh Mahdavi-Damghani – Ed.Ansaryan Qom 2011

Voici une nouvelle traduction de la fameuse « Lettre des Droits » ( Risalat al-Huqûq) de l’Imam as-Sajjâd(p), appelée ici « Essai sur les « Droits moraux » », largement commentée par le savant Machayekhi. (Une présentation de cette lettre avait été faite dans le N°41 de la revue sous le titre « Epitre sur les droits en Islam »)

La préface du livre s’attarde sur les différents sens qu’a pris le mot « haqq » dans le noble Coran :  Concordance avec la réalité, sagesse, réalisation, confirmation ou attestation, stabilité, constance, possession, droit, devoir/dû (ce sens sera cité plus loin). Enfin, ce mot est un des Noms de Dieu Tout-Puissant, la « Vérité ».

La « Lettre des Droits » peut être divisée en trois parties :

1-le Droit du/envers Dieu le Seigneur (le fondement de tous les autres droits)(chap.1) Le commentateur y explique le sens de l’adoration ;

2-le Droit envers soi-même (ou son âme) (des chap. 2 à 14)

*Les droits des membres et organes : celui de l’âme (an-nafs, mot qui sera expliqué et longuement commenté(chap.2)), de la langue (avec allusion au bienfait du silence et aux fléaux de la langue), des oreilles, des yeux, des pieds, des mains, du ventre et des parties intimes (farj)(chap.3 à 9) ;

*Les droits des actes : celui de la prière (avec un commentaire sur son importance et le respect de son temps), le jeûne (et sa philosophie), le Hajj, l’Aumône (Sadaqat) (et ses bienfaits), le sacrifice (Hâdî)(chap.10 à 14) ;

3-le Droit envers les autres (le plus lourd de conséquences et la partie la plus longue) (des chap.15 à.50)

*Elle commence par les droits du dirigeant, de l’enseignant et du propriétaire.(chap.15 à 17) puis suivent les droits des obligés, des étudiants, des épouses, des serviteurs et esclaves(chap.18 à 21) ;

*Ensuite les droits de la famille : de la mère, du père, de l’enfant, du frère(chap.22 à 25) ;

*Le droit de celui qui affranchit et celui qui est affranchi(chap.26 & 27), de celui qui fait une bonne action(chap.28), de celui qui annonce la prière et l’imam de la prière(chap.29 à 30) ;

*Le droit dans la fréquentation des autres : celui de l’assemblée, du voisin, de l’ami, de l’associé (des chap.31 à 34) et de l’ami intime(chap37) ;

*Le droit du propriétaire, du créancier, de celui qui réclame son droit(les chap.35, 36, 38) ;

*Le droit de celui qui prend conseil (de toi), qui donne un conseil suite à une demande, qui demande conseil, qui conseille(des chap.39 à 42) ;

*Le droit des vieux et des mineurs(chap43 & 44) ;

*Le droit du mendiant et du sollicité(chap45 & 46) ;

*Le droit de celui qui fait plaisir et de celui qui fait du mal(chap47 & 48) ;

*Le droit des vieux et des mineurs(chap43 & 44) ;

*Le droit des gens de la Religion (Islam) et les gens du Livre(chap49 & 50).

 « Bienheureux est celui qui a pu respecter ces droits avec l’aide de Dieu Qui l’a assisté et appuyé. »

(de l’Imam as-Sajjâd(p), dans l’introduction de sa Lettre)

Chaque partie est enrichie d’explications de mots, d’histoires, de propos rapportés, d’exemples qui rendent la lecture du livre enrichissante, accessible même pour les débutants et utilisable dans d’autres circonstances. Malheureusement, comme toujours quand il s’agit d’une traduction d’origine iranienne, il y a le problème de la transcription des mots arabes en français selon la prononciation persane.. (comme par exemple le mot « Haqq » transcrit « Hagh ») et celui de la non-maîtrise de la langue française avec l’emploi de phrases lourdes, de mots inappropriés qui rendent la lecture ardue et minimisent la portée du texte.

www.lumieres-spirituelles.net     No57  - Safar  1435 – Déc.-Janvier  2014


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)