1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-27 | Readers 343 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

« Rendre le dépôt »


« Rendre le dépôt »

Abû Talha et Oum Salim étaient des compagnons du Messager de Dieu(s). Ils étaient mariés et avaient eu un enfant ensemble auquel Abû Talha était très attaché.

Un jour, cet enfant tomba gravement malade. Ils essayèrent tout pour le sauver mais en vain. Son état se dégradait très vite et ils n’avaient plus grand espoir qu’il resterait en vie.

Quand elle vit son enfant dépérir et comprit qu’elle ne pouvait plus rien faire pour éviter le pire,  Oum Salîm prit peur pour son mari, à cause de son attachement particulier pour cet enfant et craignit qu’il en fût fortement affecté.

Alors, elle l’envoya chez le Prophète(s) sous un quelconque prétexte afin qu’il ne fût pas présent au moment de la mort de son fils. Abû Talha ne quitta pas la maison que son fils rendit l’âme.

Oum Salîm le couvrit d’un linceul et l’isola dans un coin frais de la maison. Puis elle demanda aux membres de la famille de ne pas en parler à Abû Talha.

Elle prépara un repas avec une attention particulière, mit un peu de parfum, et s’apprêta à accueillir son mari.

Quand son mari revint de chez le Prophète(s), il lui demanda des nouvelles de son fils. Elle lui répondit : « Son âme s’est apaisée. »

Rassuré, il demanda à manger. Elle lui présenta le repas et il se mit à manger. Puis ils eurent un moment d’intimité.

Lorsqu’il fut plus tranquille, elle lui demanda :

-« Abû Talha, serais-tu en colère si tu apprenais qu’un dépôt qui se trouvait chez nous a été repris par son propriétaire ? »

-Il répondit : « Que Dieu soit Glorifié ! Bien sûr que non ! »

-Elle lui dit alors : « Ton fils était en dépôt chez nous et le Très-Haut l’a repris. »

Abû Talha regarda sa femme et après un moment de silence,  dit : « Je devrais être plus patient que toi ! »

Il se leva, fit ses grandes ablutions, accomplit une prière de deux raka‘ts et se rendit chez le Prophète(p) pour lui raconter comment Oum Salîm avait agi.

Le Messager de Dieu s’exclama : « Que Dieu vous bénisse dans votre relation intime ! »

 Puis il ajouta : « Louange à Dieu qui a placé dans ma communauté des gens comme Sabira de Bani Israël ! »

Tiré de Bihar vol.79, pp150-151-Bâb 19 Sabr as-Sabirîna  cité par Shahid Motahari in La Justice divine (pp129-130)

www.lumieres-spirituelles.net     No59  - Rabî’II 1435 –Février 2014

Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)