1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-27 | Readers 314 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Ouzbékistan : la région de Boukhara en Asie centrale (1)


Ouzbékistan : la région de Boukhara en Asie centrale (1)

L’Ouzbékistan est un pays qui s’étend depuis les déserts arides parsemés d’oasis au nord jusqu’aux cimes neigeuses des montagnes du sud, à l’Est de l’Iran et du Turkménistan. Ancienne république socialiste soviétique, il obtint son indépendance le 31/8/1991 et compte à l’heure actuelle près de 30 millions d’habitants. Majoritairement sunnite, il comprend d’autres communautés musulmanes dont shi’ites se revendiquant de l’Imâmisme duodécimain notamment dans les régions de Boukhara et de Samarcande rattachées à l’Ouzbékistan au temps de Staline et qui y furent maintenues. Les Shi‘ites ont été appelés « Ironi » (d’Iran) par l’administration russe coloniale puis soviétique, à cause de la migration massive du nord de l’Iran, au cours des XVIIIe et XIXe  siècles.

Cependant la présence de populations et de lieux de cultes shi‘ites est antérieure à cette vaste migration et elle est liée aux échanges culturels et commerciaux au temps abbasside et surtout aux persécutions que subirent les Shi‘ites qui les forcèrent à émigrer dans ces régions éloignées. De nombreux savants shi’ites s’y installèrent et y créèrent des centres de savoir qui donneront de grands savants comme al-Kashî, originaire de Samarcande, connu pour son « ‘llm ar-Rijâl », mort au milieu du Xe siècle.

A l’heure actuelle, il est difficile de connaître leur nombre exact car rien ne les distingue des autres Ouzbeks en dehors de leurs croyances,  de leur savoir et de leurs pratiques religieuses. Cependant plus de soixante dix ans d’occupation soviétique n’ont pas pu totalement effacer les traces shi‘ites dans la région, même si elles se sont estompées dans la masse sunnite.

A l’heure actuelle, se trouve à Boukhara, un lieu de visite connu par les Shi‘ites : « Mazar Hodja Baror » ou « Maamat Bogir ». Et à 5 km de la ville, à Soumitan, une « nécropole Tchor Bakr » a été construite par Abdallah Khan au XVIe siècle. Elle renferme la tombe de descendants du prophète(p), un certain sayyed, Abou Bakr, inhumé en cet endroit à la fin du Xe siècle, avec ses trois frères Fadl, Ahmed et Hamed, tous quatre (« Tchor »). Au cours des siècles, cette nécropole accueillit de nombreuses autres sépultures, formant deux allées de tombeaux, et y furent ajoutés des bâtiments à coupole, une mosquée, une école (medersa) et un khanqah reliés par un corps de bâtiment comprenant des cellules. Un minaret, vraisemblablement plus tardif, se dresse dans la cour formée par les bâtiments.  La réputation de sainteté de ces lieux attire de nombreux fidèles (shi‘ites mais aussi sunnites) et des personnes riches et célèbres désireuses d’en recueillir les bienfaits.

Autre lieu de pèlerinage, un peu plus loin, entre Samarcande et Boukhara, Nurata, petite ville fondée par Alexandre le grand en 327 avant JC, située dans la wilayat de Navoï. 

Elle est connue pour sa source sacrée que Khazret ‘Alî (l’Imam ‘Alî, le Prince des croyants(p)) aurait fait jaillir selon les propos des habitants et qui est toujours présente. Autour de la source, un complexe religieux, (un des plus importants de la région) a été construit appelé « Chasma » qui signifie « Source sacrée » en tadjik.  Ce centre comprend, en plus de la source, un puits, une mosquée ronde avec 40 colonnes et un large dôme de 16m de diamètre, un des plus larges d’Asie centrale et un hammam. Au sud-est, se trouve un cimetière.

www.lumieres-spirituelles.net     No60  - Jumâdî I 1435 – Mars 2014

Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)