1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-27 | Readers 624 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Sourate an-nasr (le soutien/victoire) CX (6)


Sourate an-nasr  (le soutien/victoire) CX  (6)

بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ

Bi-smi-Allâhi ar-Rahmâni ar-Rahîmi,

Par [la grâce du] Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux,

إِذَا جَاء نَصْرُ اللَّهِ وَالْفَتْحُ (١)

Idhâ jâ’a nasru-llâhi wa-l-fat’hu,

Lorsque vient le Secours de Dieu ainsi que la victoire (1)

وَرَأَيْتَ النَّاسَ يَدْخُلُونَ فِي دِينِ اللَّهِ أَفْوَاجًا(٢)

wa ra’ayta an-nâsa yadkhulûna fî dîni-llâhi afwâjann,

et que tu vois les gens entrer par groupes dans la religion de Dieu, (2)

فَسَبِّحْ بِحَمْدِ رَبِّكَ وَاسْتَغْفِرْهُ إِنَّهُ كَانَ تَوَّابًا (٣)

fa-sabbih, bi-hamdi rabbika wa-staghfirhu innahu kâna tawwâbann

alors glorifie par la louange de ton Seigneur et demande Son Pardon, car Il est Celui qui revient sans cesse. (3)

UNE AUTRE APPROCHE  

Certains savants contemporains (comme le savant ‘Âlim Sbayt an-Naylî dans son livre « at-Tûr al-Mahdawî »*) contestent les interprétations de la sourate citées précédemment, notamment le fait que la sourate annonce la conquête de la Mecque et la victoire de l’Islam sur les habitants de Quraish, en se fondant sur une approche linguistique de la sourate et sur d’autres propos rapportés.

Dans son livre, le savant Sbayt an-Naylî soulève un certain nombre d’incohérences dans les interprétations proposées, en même temps qu’il soulève un certain nombre de questions.

UNE ANNONCE D’UNE VICTOIRE PASSÉE OU FUTURE ?

¡La première remarque que fait l’auteur est que la plupart des exemplaires du noble Coran annonce que la sourate « an-Nasr » a été révélée après la neuvième sourate « at-Tawbat », c’est-à-dire un an après la conquête de La Mecque et pas avant. Comment cette sourate peut être considérée comme une annonce, du savoir des Mystères, de la victoire de La Mecque, alors que l’évènement avait déjà eu lieu !

¡Il se demande pourquoi la sourate a été révélée de façon indépendante. D’autant que si la sourate était en relation avec la conquête de La Mecque, les trois versets pouvaient être révélés au sein de la sourate « at-Tawbat », qui est une des dernières sourates descendues, qui est venue pour révéler au Prophète(s) la présence de groupes d’hypocrites au sein de la Nation musulmane après la victoire de la Mecque. Et tous sont d’accord pour dire que cette sourate « at-Tawbah » est l’unique sourate qui a été proclamée (accrochée ?) à la Ka‘bah le jour du Hajj le plus grand.

¡Assurément, cette sourate « an-Nasr » est venue pour annoncer une information à part, une bonne nouvelle au Prophète(s) qui n’était pas encore arrivée, une nouvelle victoire non pas celle passée de La Mecque ! Sans doute Dieu Tout-Puissant cherchait-il, après les révélations faites dans la sourate at-Tawbah sur la présence de groupes d’hypocrites dans ses rangs, à rassurer le Prophète(s) sur l’avenir de son Message, de sa Religion et à compenser toutes les souffrances qu’il(s) avait endurées après la victoire de La Mecque.

REMARQUES SUR LE TEMPS DES VERBES EMPLOYÉ ?

¡Les discours du Coran sont généraux et englobent tous les temps et tous les lieux.

Si la sourate indiquait la victoire passée de La Mecque, n’aurait-il pas été mieux que le verset s’exprime de façon à indiquer un évènement révolu dans le passé comme dans le premier verset de la sourate « La Victoire » (48) ?

بسم الله الرحمن الرحيم  إِنَّا فَتَحْنَا لَكَ فَتْحًا مُّبِينًا (1)

Bi-smi-Allâhi ar-Rahmâni ar-Rahîmi, innâ fatahnâ laka fathann mubînann

{Par le Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux, Nous t’avons certes accordé une victoire éclatante} (1/48 al-Fath)

Le verbe « fatah » est à un temps du passé, indiquant un évènement qui s’est réalisé dans le passé.

Curieusement, cette sourate est aussi interprétée comme indiquant la victoire de La Mecque, malgré l’emploi du verbe à un temps du passé alors que la victoire n’avait pas encore eu lieu au moment de la révélation de cette sourate.

Le temps du passé ici employé est alors justifié comme indiquant une promesse divine (en dehors des contraintes du temps) ou sa réalisation dans les faits.

On aurait ainsi curieusement deux sourates qui parleraient d’un même évènement, la victoire de La Mecque, la sourate « an-Nasr » qui en parle avec un verbe employé à un temps du futur alors que l’évènement est déjà arrivé, et une autre, la sourate « al-Fath » qui en parle avec un verbe employé à un temps passé alors que l’évènement n’était pas encore  arrivé au moment de sa révélation !

Comment réunir les deux ainsi ?

Et de plus pour annoncer une seule victoire, celle de La Mecque (qui allait pourtant aussi ouvrir la porte aux hypocrites, le grave danger pour les Musulmans) ! 

Comme s’il n’avait pas eu de victoire avant et qu’il n’y aura plus de victoire après !

CETTE SOURATE EST LA DERNIÈRE RÉVÉLÉE !

¡Dans son grand « Mu‘jam » (dictionnaire), le savant Tabrânî évoque l’évènement de la révélation de la sourate « an-Nasr » (vol.2 N°2676). « Quand elle fut révélée, le Prophète(s) dit : « Ô Gabriel, mon âme annonce ma mort. » L’Ange Gabriel(p) lui dit : « L’Au-delà (ou la fin) est meilleure que la première (ou le début).. » »

Et le propos se poursuit jusqu’à arriver à : « Le Messager de Dieu(s) tomba malade à partir de ce jour-là et sa maladie dura 18 jours durant lesquels les gens venaient lui rendre visite. Puis [son âme] fut saisie. »

Ce hadith indique que la sourate « an-Nasr » est la dernière sourate révélée au Prophète(s) durant ces 18 derniers jours.

¡Il existe un propos rapporté de l’Imam ar-Ridâ(p) que sheikh Saddûq rapporte dans son « ‘Uyûn Akhbâr ar-Ridâ(p) » : « J’ai entendu mon père dire, le tenant de ses pères : « La première sourate révélée fut, après le basmala, { Iqra’ bi-sm Rabbika } et la dernière sourate révélée fut { Idhâ jâ’ NasrAllah }. » » Et ce propos rapporté est également cité tel quel par le grand savant TabâTabaî dans son « Tafsîr al-Mîzan », vol.20 p353, sans aucun commentaire supplémentaire. (cf. vu précédemment)

En tant que dernière sourate révélée au Prophète(s), cela voudrait dire que Dieu veut nous annoncer, par l’intermédiaire de Son Prophète(s), l’arrivée certaine d’un évènement futur grandiose malgré la présence des hypocrites révélée dans une précédente sourate (la 9e sourate Le Repentir).

CETTE SOURATE ANNONCE LA VICTOIRE CERTAINE DU DERNIER IMAM DE SA DESCENDANCE !

¡Tout cela confirme ce qui a été dit précédemment et est une preuve indubitable que la sourate « an-Nasr » a été révélée pour contrebalancer la sourate « at-Tawba » (qui dévoilait la présence de groupes d’hypocrites) et qu’elle comprend l’annonce d’une grande victoire future  qui ne s’est pas encore réalisée et qui va se réaliser par l’Imam al-Mahdî(qa), le douzième Imam de sa descendance. Elle est l’annonce grandiose faite au Prophète de la conquête de toute la terre et de l’entrée de l’ensemble des gens dans sa Religion.

*At-Tûr al-Mahdawî, ‘Alim Sbayt an-Naylî, pp97-100

www.lumieres-spirituelles.net     No61  - Jamâdî II 1435 – Avril  2014


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)