1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-27 | Readers 612 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Quand des évocations (dhikr) prennent une forme humaine !


Quand des évocations (dhikr) prennent une forme humaine !

 

« Sayyed al-Haddâd(qs) nous avait donné un dhikr et nous fûmes un petit groupe de compagnons à le faire la nuit, avant de nous endormir.

Quand nous nous réveillâmes le lendemain matin, l’un d’entre nous remercia l’autre en lui disant : « Que Dieu te récompense en bien pour m’avoir aidé à me réveiller de mon sommeil. » L’autre lui répondit : « Que dis-tu ?! Quand t’ai-je réveillé de ton sommeil ? Et quand suis-je venu à toi pour que tu me le rappelles ? »

Et ainsi, un troisième compagnon remercia un quatrième et chacun d’entre nous nia d’avoir agi ainsi.

Après nous sûmes de quoi il en était : c’était le dhikr lui-même qui nous avait réveillés de notre sommeil selon notre image et notre forme. Et nous, nous pensions que l’un d’entre nous avait réveillé l’autre ! »

(d’après un des compagnons de Sayyed Hâshem al-Haddâd(qs), in Madrasat al-‘Urafâ’, vol.1 pp126-127)

 « Nous allions parfois chez Sayyed al-Haddâd quand nous allions d’Iran à Karbalâ’. Un jour, mon mari me suggéra de prendre de chez Sayyed al-Haddâd une sorte de règle de conduite qui constituerait un programme quotidien pour moi.

Sayyed al-Haddâd nous fit l’honneur de nous recevoir. Je lui demandai : « J’aimerais que vous me donniez un dhikr quotidien. » Sayyed al-Haddâd acquiesça et me donna un « dhikr » que je devais faire tous les jours entre les deux levers [de l’aube et du soleil].

Puis il ajouta : « Persiste à le faire tous les jours après la prière du matin. Et quoiqu’il arrive devant toi au moment du « dhikr », n’aie pas peur. »

Dès notre retour à notre maison à Téhéran, je me mis à le faire.

Un jour que j’étais en train de faire le « dhikr », je vis du côté de la Qibla, un homme, un cavalier lumineux, au visage semblable à la lune qui irradiait de lumière. Il ressemblait à sayyed al-Haddâd par sa forme et son allure. Il se dirigeait vers moi. Je pris peur et abandonnai le « dhikr » et je baissai la tête. Après un instant, je relevai la tête et regardai vers le personnage. Il avait disparu.»

(d’après le témoignage de la femme d’un des savants proches de Sayyed Hâshem al-Haddâd(qs), in Madrasat al-‘Urafâ’, vol.1 p131)

www.lumieres-spirituelles.net     No64  - Ramadan 1435 – Juillet  2014


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)