1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-27 | Readers 467 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Les chiites de Geneviève Gobillot


collection « orientalisme »

Les chiites

de Geneviève Gobillot

Ed. Turnhout Brepols 1998, 224 p

Ce livre écrit après la Révolution Islamique en Iran, s’inspire pour beaucoup des ouvrages d « orientalistes » avec cependant quelques particularités positives :

-ses sources d’information sont plus larges et ne se limitent pas aux seules références traditionnelles des « orientalistes » ;

-son approche est moins sectaire dans la présentation globale du dogme du shi’isme, de sa croyance en un Coran unique et de ses rapports avec le sunnisme ;

-son contenu est plus centré sur le shi’isme duodécimain même si l’auteur se sent obligé de parler des déviations apparues au cours de l’histoire du shi’isme et de leur accorder un certain crédit qui vient à relativiser la vérité du shi’isme ;

-elle présente, dans la partie Anthologie, des textes originaux intéressants, traduits de l’arabe, tirés d’Usûl al-Kâfî et transmet parfois des faits tels qu’ils sont, sans interprétation déformée (cf. pp 44-46).

Cependant, malgré cela, ce livre révèle, une fois de plus, une méconnaissance  (ou incompréhension) du dogme shiite (ses 5 principes : l’Unicité de Dieu (et la Justice divine), la Prophétie (et l’Imamat) et la Résurrection), de la vie des Imams(p), leur histoire, leur vie, leur rôle, leurs tâches, leur savoir (duquel ont puisé les 4 écoles sunnites apparues après eux(p)), leurs contributions dans la sauvegarde de la Sunna du Prophète(p), les circonstances dans lesquels ils(p) vivaient, etc.. et du droit islamique (Fiqh).

Pourquoi affirmer des choses fausses facilement récusables, sans doute prises dans d’autres livres d’orientalistes (comme, par exemple, le jeûne commencerait après le lever du soleil pour les Shiites)!!! ??

Pourquoi cette approche « historique » faite en dehors de tout contexte, politique, historique, de foi, accordant une place exagérée à l’opposition entre les « Akhbarî » et les « Usûlis » qui, contrairement à ce qui s’est passé dans les courants sunnites, n’a pas été aussi catégorique et s’est achevé par la disparition des « Akhbarî », n’ayant pas de raison d’être ?

Pourquoi défendre la thèse de ces orientalistes malintentionnés de la non-conformité du chiisme actuel au chiisme originel et affirmer que « les Imams(p) ne se seraient occupés que du spirituel »(p18) ; que « l’Imam Hassan(p) aurait abandonné le pouvoir temporel moyennant une grosse somme d’argent »(p15) ; que ce n’est qu’à partir du début du XIX ème siècle, avec la victoire du courant « juridico-théologique », que la classe des savants religieux et des juristes a exercé un véritable pouvoir politique(p39), occultant les conditions de choix laissées à la veille de sa grande occultation par l’Imam al-Mahdi(qa), (pourtant révélées dans le cadre d’une citation d’un texte de l’Imam Khomeynî(qs)(p91)) ; que les doctrines constitutives du shiisme (« Crypto-chi’ites ») ne se sont définitivement élaborées qu’aux 9e -10e siècles ?

Pourquoi limiter la foi et la vie spirituelle chiites à la dévotion aux Imams(p) et occulter la question principale du retour à Dieu et de l’Unicité divine ? Même au niveau de la citation des lieux saints, la noble Ka‘bah à La Mecque, le tombeau du Prophète(s) à Médine et Jérusalem (al-Quds) ne sont pas cités !

Dans la présentation de l’éditeur, une question fondamentale a été posée : « Qui, en l’absence de l’Imam caché, est habilité à diriger la communauté et comment ? » Cependant, cette préoccupation n’a pas été le moteur de la recherche et de l’exposition de l’auteur qui, en escamotant des étapes décisives tant sur le plan du dogme que des faits historiques, reprend en fait la conclusion répétée dans tous les livres orientalistes, à savoir « la déviation de la mission chiite politique actuelle qui aurait sacrifié le spirituel au profit du temporel ». (cf. p41)                                                                                    Karim France

www.lumieres-spirituelles.net     No65 - Shawwal 1435 – Août 2014


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)