1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-27 | Readers 463 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le verset d’al-Kursî (1) 255/II


Le verset d’al-Kursî  (1) 255/II

بسم الله الرحمن الرحيم،

Bi-smi-llâhi ar-Rahmâni ar-Rahîmi,

Par [la grâce du] Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux

اللَّهُ لَا إِلَهَ إِلَّا هُوَ الْحَيُّ الْقَيُّومُ

Allâhu lâ ilâha illâ huwa al-hayyu al-qayyûmu

Dieu, point de divinité autre que Lui, le Vivant, le Sustentateur.

اللَّهُ     « Allâhu »

Littéralement « La Divinité » ou « Le Dieu ». Nous avons justifié notre préférence de garder « Dieu » au lieu de « Allah » pour la traduction dans le N°0 de la Revue. Nous avons vu précédemment que « Allâhu » est le Nom le plus grandiose et la première Manifestation de Dieu (al-Haqq) Très-Elevé ; Il est un Nom « regroupant » (ou synthétique - jâmi‘) pour la station de l’Essence, le Nom « regroupant » ou « synthétique » pour l’ensemble des Perfections au niveau de l’Apparition (az-zhuhûr).

لا إِلَهَ    « lâ ilâha »

« Lâ » particule de négation suivie par un nom défini au cas direct « ilâha » pour marquer l’inexistence absolue. Il s’agit d’abord de nier toute divinité : « point de divinité ». Si on s’arrêtait là on ferait une déclaration d’incroyance.

إِلَّا هُوَ   « illâ Huwa »

Vient après la particule d’exception « illâ » : après avoir tout rejeté, on affirme une exception qui est « Huwa », pronom personnel « séparé », 3ème personne masculin singulier, appelé en arabe « al-ghâ’eb » (l’absent, le caché, l’invisible, l’ « inconnu »), qu’on peut traduire par « Lui » ou « Il ». Nous avons vu dans l’explication de la sourate at-Tawhîd (ou Ikhlâs), que ce mot désignait l’Essence divine que l’on ne peut pas connaître, la Station de l’ « Identité » Absolue, sans aucune détermination (des Attributs) ni manifestation (des Noms).

الْحَيُّ     « al-Hayyu »

Un des plus Beaux Noms de Dieu : le Vivant.

L’article « al- » indique la restriction (al-hisar), c’est-à-dire qu’Il est Celui qui est Vivant par Lui-même, « Celui qui existe et subsiste par Lui-même, dont la Vie n’a pas de limite, ni de terme, pas de début (pas de « naissance ») ni de fin (pas de « mort »). C’est-à-dire la Vie Stable, qui ne disparaît pas. Il est Le Seul véritable Vivant, tout autre vivant ne l’est que par Lui. Il est Celui qui donne la vie.

الْقَيُّومُ    « al-Qayyûmu »

Un des plus Beaux Noms de Dieu dont la traduction n’est pas une chose aisée. « Al-Qayyûmu » est sous une forme « emphatique », « intensive » de « qiyâmu », avec l’emploi de l’article « al- », sans doute pour indiquer l’intensité, l’absolu. Il signifie « Celui qui se dresse de Lui-même », « tout ce qui se dresse ne se dresse que par Lui et en Lui ». S’Il ne se dressait pas, rien ne se dresserait dans l’Existence. En d’autres termes, Il est « Celui qui est par Lui-même et Qui fait être et subsister toute chose. » Sans doute le mot le plus proche de ce sens en français est « sustentateur » en tant « qu’il assure la sustentation, c’est-à-dire qu’il nourrit et par extension, soutient, maintient en équilibre. » On ne fait d’ailleurs que reprendre un sens ancien de ce mot cité par le Littré : « sustenter : « existencier », donner substance ».

Reprenons..(en nous aidant de l’interprétation de ce verset de Sayyed TabâTabâ’i dans « al-Mîzan », et de celles d’Ibn ‘Arabî et de Sadr Muta’lahîna, ainsi que des indications présentes dans la traduction du Coran de Yehia Alawi (Christian Bonaud), Voilà le Livre.)

اللَّهُ     « Allâhu »

Voir les études présentées précédemment pour la compréhension de ce Nom de Dieu « Allâhu ». En résumé, il est une indication de la Manifestation des Noms Apparents.

إِلَّا هُوَ   « illâ huwa »

Voir les études présentées précédemment pour la compréhension de ce mot « Huwa ». En résumé, il est une indication de la Station exempte de toute manifestation et apparition.

Ainsi, après avoir nommé Dieu « Allâhu », vient le témoignage de la foi (ash-shahâdah) qui est à l’origine du prestige de ce verset selon un propos rapporté de l’Imam as-Sâdeq(p) que « le prestige de ce verset, dès le début des temps de l’Islam, vient de ce qu’il indique en sens, en bienveillance, notamment à travers le témoignage de l’Unicité pure. » (rappelé par S. TabâTabâ’î in Tafsîr al-Mîzân vol1 p342) La négation totale de toute divinité pour affirmer ensuite Dieu, non pas par le mot « Allâhu » (la Divinité ») qui est le Nom de la première Manifestation de « Huwa » mais par un mot qui, tout en se rapportant au premier mot de ce verset « Allâhu », désigne ce que l’on ne peut pas connaître, l’« Inconnu » (« Huwa ») mais qui Existe, qui Est, qui est l’Existence. « Il n’y a que Lui ».

الْحَيُّ     « al-Hayyu »

Un des Beaux Noms d’Essence de Dieu : le Vivant, Celui dont la Vie est l’Essence-même. La Vie est en Lui, est Lui, cet Attribut ne pouvant être séparé de Son Essence. Elle est infinie, éternelle et tout ce qui est vivant, ne vit que de Sa Vie. Il est la Vie véritable, « Nécessaire » (Wâjib), non pas contingente, aléatoire. Selon Sadr Muta’lihîna, ce Nom regroupe l’ensemble des Noms de l’Essence, l’ensemble des Attributs de Perfection. Il indique l’obligation (la « nécessité » dans le sens philosophique) de l’Existence et le fait d’être la vie de toute chose.

Lier son cœur à ce Nom « al-Hayyu », le « Vivant » c’est reconnaître le besoin de Lui (qu’Il soit Glorifié) sans lequel il n’y a pas de vie, pour lier sa vie à la Vie véritable, la vie de l’Au-delà. (Voir le verset 169 de la sourate Al-‘Imrân à propos de ceux tués dans la Voie de Dieu : {Au contraire, ils sont vivants, auprès de leur Seigneur, bien pourvus.})

الْقَيُّومُ    « al-Qayyumu »

Un des Beaux Noms d’Essence de Dieu : « Celui qui se dresse de Lui-même », « Celui qui est par Lui-même et Qui fait être et subsister toute chose. » Pour Sayyed TabâTabâ’i, ce Nom indiquerait aussi la « Protection » de quelque chose, la charge de gérer la création (organiser, veiller..).

Ce Nom est la « mère » des Noms d’action (« ism fa‘lî », à la différence des Noms d’Essence ), rassemblant l’ensemble des Noms d’action (comme le « Créateur », Celui qui donne la Vie et fait mourir, le Pourvoyeur..). Ce Nom serait une indication d’un niveau qui viendrait après la Vie, dans la mesure où il est la station de la réalisation, de l’effectivité, de la station du passage à l’acte, (à la création), sans besoin de quoi que ce soit. Il est Celui qui fait être de façon absolue, de Lui-même, en Lui-même, pour Lui-même, se dressant par Lui-même sur toute chose, et toute chose se soumettant à Lui.

Lier son cœur à ce Nom, c’est reconnaître le besoin de Lui (qu’Il soit Glorifié), pour qu’Il nous pourvoie de Son Aide pour ce qu’Il nous a ordonné de faire.

 

Dieu s’est manifesté à Son serviteur par ces deux Attributs. Ainsi le serviteur découvre auprès de l’Attribut « Vie », les sens de l’ensemble de Ses Noms et de Ses Attributs de Beauté (Jamâl) et lors de la manifestation de la « Sustentation », les sens de Ses Noms et de Ses Attributs de Majesté (Jalâl), en tant qu’il voit en Lui la disparition de l’ensemble des créatures. Alors, il ne voit dans l’Existence que le Vivant, le Sustentateur.

Et dans la mesure où ces deux Noms sont la Vie pure absolue et la « Sustentation » pure absolue, ils sont le Nom le plus Grandiose pour celui à qui ils se manifestent. Aussi, celui qui les évoque de l’œil du cœur et non pas uniquement au niveau de la langue (de l’énoncé), évoque Dieu par Son Nom le plus Grandiose, par lequel, s’Il est appelé, Il répond, s’Il est sollicité, Il donne.

www.lumieres-spirituelles.net     No20  Moharram  1432 – Déc. Janvier  2011


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)