1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-27 | Readers 613 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

7-Quelques caractéristiques des maladies du cœur (2)


Les maladies du cœur – Introduction

7-Quelques caractéristiques des maladies du cœur (2)

Avant de donner deux autres exemples de maladies du cœur directement liées aux croyances, nous allons mettre en évidence d’autres caractéristiques du cœur.

 

-1-Le monde du cœur étant le monde du retournement et du renversement, ses maladies qui se produisent en fonction de ses transformations, vont, elles aussi, être sujettes à des retournements et des renversements. Elles peuvent aussi disparaître selon les états et les retournements du cœur. Cela veut dire que l’étude de ces maladies diffèrent de celle des maladies habituelles selon ce point de vue.

Il est possible que le cœur de l’homme se transforme en une seconde pour différentes raisons (que l’on verra plus tard in shâ’ Allah) qui reviennent à la foi parfaite, alors l’ensemble des maladies du cœur disparaissent d’un coup. Et il est possible, que Dieu nous en préserve, que ce cœur se retourne et se renverse vers l’incroyance de façon totale. L’incroyance le fait tomber de son plus haut niveau vers le plus bas. Il est alors exposé à être touché par l’ensemble des maladies de cœur, de même, d’un coup.

 

-2-Les degrés des maladies du cœur varient selon le degré d’incroyance, ou de leur proximité. Comme il y a des degrés, des niveaux au niveau de l’orientation vers la Vérité Absolue, il y a des degrés et des niveaux au niveau de l’insouciance, du dénigrement ou du déni, de l’incroyance. Les maladies morales peuvent varier en degrés en fonction du degré d’incroyance. Certaines sont une apparition de l’incroyance alors que d’autres l’indiqueront, comme si elle était au second ou au troisième degré de cet ordre. Au moment de leur analyse, il sera possible de les classer selon leurs degrés également.

 

-3-Les maladies du cœur alimentent l’incroyance dans le cœur de l’individu et réciproquement jusqu’à entraîner l’être humain vers le pire devenir. (D’après la 3ème conférence donnée par  Sayyed Abbas Noureddine printemps 2006)

 

-4-Certaines manifestations sont appelées « maladies » alors qu’elles ne le sont pas (comme la mauvaise humeur, les mauvais actes, les péchés), même si leur origine est bien sûr des maladies du cœur et qu’elles les alimentent. Aussi leur diagnostique et leur remède sont-ils différents. Par exemple, la mauvaise humeur (su’ al-khukuq), selon les propos rapportés, implique un mauvais comportement envers les gens. Ce mauvais comportement avec les gens, appelé  « mauvaise humeur », provient de plusieurs choses, d’autres maladies présentes en beaucoup de gens. C’est pourquoi nous voyons que la « bonne humeur » est une chose rare et pour l’avoir en permanence, elle nécessite beaucoup d’efforts en permanence. 

 

-5-Quand une maladie apparaît avec force dans la vie humaine, dans les relations des gens entre eux, cela parle de quelque chose d’autre. Elle révèle une laideur en soi, c’est-à-dire une souillure intérieure par l’incroyance. Comme, par exemple, le sectarisme/fanatisme, ou prendre parti pour, défendre, soutenir le faux (at-ta‘assub).

 

-6-Certaines maladies ont besoin de stimulants (de quoi les faire bouger) qui les excitent de l’intérieur de l’individu pour qu’elles se manifestent. Si une maladie ne trouve pas de quoi l’exciter, elle reste cachée au fond de l’individu, à l’intérieur de son cœur. Cependant, l’individu est qualifié de ce laid défaut du cœur même si cette maladie n’apparaît pas à tout instant. Comme, par exemple, la colère. C’est pour cela que l’on ne peut pas prendre un laps de temps limité pour diagnostiquer la présence ou non d’une maladie. Il en est de même pour l’apparition ou non d’une vertu.

 

-7-Le cœur a la capacité de réunir en lui plusieurs maladies en même temps qui se nourrissent entre elles. Mais il s’agit alors de découvrir, en premier lieu, les racines de ces maladies dans la relation de l’homme avec Dieu Tout-Puissant.

(D’après la 4ème conférence donnée par  Sayyed Abbas Noureddine printemps 2006)D’après la 1ère conférence donnée par  Sayyed Abbas Noureddine printemps 2006

www.lumieres-spirituelles.net     No32  - Muharram 1433 – Décembre 2011


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)