1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2014-12-27 | Readers 362 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Histoire de drones..


Histoire de drones..

Nouvelle victoire du camp islamique !

Le 6 octobre dernier, un engin inconnu survola la Palestine occupée pendant près d’une demi-heure avant d’être abattu par les forces d’occupation sionistes. Les questions fusèrent de toutes parts sur son origine, son identité, ses réalisations jusqu’au jour où le secrétaire général du Hezbollah, chef de la résistance islamique libanaise revendiqua cette opération.

« La résistance islamique au Liban a envoyé un avion de reconnaissance depuis les territoires libanais en direction de la mer. Il a volé des centaines de kilomètres au-dessus de la mer [pendant trois heures], avant de braver les mesures sécuritaires de l’ennemi. Il a survolé plusieurs sites israéliens importants. Après 30 minutes de survol, l’armée de l’air israélienne a détecté l’avion et l’a abattu. Cet avion est de fabrication iranienne, non pas russe, ses pièces ont été rassemblées par les combattants du Hezbollah. C’est la première fois qu’un avion de ce genre est envoyé vers cette région sensible de la Palestine occupée. »

Selon le Sunday Times britannique et des aveux d’un officiel israélien, le drone lancé par le Hezbollah est parvenu à photographier, enregistrer et, sans doute, transmettre en temps réels les images de positions militaires secrètes, de bases aériennes, de zones où sont organisés les préparatifs des manœuvres conjointes israélo-américaines, de sites de missiles balistiques, ou encore d’installations gazières et pétrolières, et, peut-être, du réacteur nucléaire de Dimona situé à moins d’une trentaine de kilomètres du point où le drone a été abattu dans le désert de Naqab (Néguev) !

Le drone a été appelé « Ayyoub » du nom du Prophète Job(p) connu pour sa patience face aux épreuves et sa confiance en Dieu, et d’un martyr de la résistance islamique libanaise.

Selon le Hezbollah, il est du droit de la Résistance de chercher à obtenir des informations et des données relatives aux sites et aux préparatifs militaires de l’ennemi. Il s’agit d’une opération défensive. Il n’est en aucun cas une violation à la résolution 1701 – le drone n’ayant pas survolé la zone d’opération de la Finul – au contraire des survols quotidiens du Liban par l’Etat sioniste (20 864 fois depuis l’adoption de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU adoptée le 11 août 2006, mettant un terme à l’agression israélienne contre le Liban de juillet-août 2006).

L’opération Ayoub est un exploit, car elle a permis :

1)d’expérimenter l’inefficacité du système de défense aérien (israélien), en réussissant à survoler une zone remplie de radars des Etats-Unis, de l’Entité sioniste et de la Finul sans être repéré.

2)de photographier des cibles stratégiques en Palestine occupée et transmettre des informations militaires sensibles au Liban (et à l’Iran à en croire le porte-parole des Gardiens de la Révolution).

3)de remonter le moral des Libanais (qui ont souffert et continuent de souffrir des drones américano-sionistes) et abaisser celui de la population sioniste qui n’est plus assurée d’être protégée, en cas de guerre, par les radars de détection et le « dôme d’acier ».

4)d’imposer une nouvelle « équation de dissuasion », pouvant améliorer les conditions de protection du Liban.

Elle est une victoire pour le Hezbollah et l’Iran en même temps qu’elle est une nouvelle défaite pour l’entité sioniste, « un échec sécuritaire ». Elle révèle la capacité de la Résistance libanaise à cacher ses atouts de force et à les dévoiler le moment opportun pour envoyer des messages bien précis.

Sans doute a-t-elle réveillé les craintes sionistes à propos de ce superbe drone américain, le RQ-170 Sentinel, détourné par l’Iran moins d’un an plus tôt.

En quoi cet exploit est-il important ?

1-Il brise une nouvelle fois le mythe de la suprématie et de l’invulnérabilité de l’Etat sioniste et participe à remettre en question son impunité, son arrogance et son bluff dont personne est épargné que ce se soit en Asie, en Afrique et même en Occident. Il relève le moral des opprimés et abaisse celui des oppresseurs

2-Il perce le « black-out » fait sur l’espace aérien de l’entité sioniste dont l’accès est interdit même à Google earth pour des raisons de « sécurité ».

3-Grâce aux informations récoltées, il ouvre de nouvelles perspectives d’opérations et annonce d’autres exploits dans l’avenir.

4-l contribue à garantir la paix dans la région et à écarter le spectre de la guerre.

5-Il est un exemple pour tous les peuples du monde entier qui veulent résister contre l’hégémonie américano-sioniste en comptant sur Dieu. Un petit pays comme le Liban, ouvert à tout le monde, a pu infliger une défaite à la soi-disant armée invincible sioniste. Et un autre comme l’Iran qui subit un blocus international dans tous les domaines depuis sa révolution populaire islamique, a pu mettre en défi les deux leaders mondiaux du drone, les Etats-Unis et l’entité sioniste ! Leur secret est d’avoir cru en la promesse divine.

6-n effet il rappelle une fois de plus la véracité de la Parole de Dieu : {Dieu soutient certes qui Le soutient car Dieu est assurément Fort et Puissant}.(40/22 al-Hajj)

Obama l’ « homme des drones »

*Obama a fondé la stratégie militaire des Etats-Unis sur la multiplication et l’extension de l’utilisation des drones («drones-espions» et «drones-tueurs») même dans des pays avec qui ils ne sont pas en guerre, comme le Pakistan, le Yémen, la Somalie.

*En effet, le drone permet de : tuer (par missiles, bombes à fragmentation..) –  espionner (par vision, radar, infrarouge, et électro-optique) – photographier et filmer dans les coins les plus retirés..

*En étant moins onéreux sans avoir besoin de soldats américains

*Il nécessite cependant : des dizaines de sites secrets – des cokpits virtuels pour la télécommande du drone et le lancement des missiles – des bases clandestines non loin des pays visés pour le lancer comme en Ethiopie, en Palestine occupée, en Turquie, en Afghanistan – -des relais satellites.

*Et surtout il permet de tuer (des personnes ciblées ou la population civile) en toute impunité, au mépris des lois et des conventions internationales, de la souveraineté des nations. (Lors de ses vidéo-conférences du mardi, Obama décide qui devra être éliminé.. sans preuve ni jugement préalables.

*En quelques mots, Il s’agit de la mise en place d’un appareil mondial de meurtre en toute impunité.

Un précédent : le « cadeau tombé du ciel »

Le 4 décembre 2011, l’Iran réussit à prendre le contrôle d’un RQ-170 Sentinel, dernier modèle de drone américain non détectable par les radars, radioguidé au moyen d’un système satellitaire, qui avait pénétré à l’intérieur du territoire iranien depuis l’Afghanistan, et à le faire atterrir sans dommages majeurs dans la région désertique de Tabas.

La capture de ce « drone espion RQ170 », considérée comme « un fiasco affreux » pour les Américains, révélait un niveau élevé atteint par l’Iran dans le domaine de la guerre électronique malgré le blocus imposé.

En effet, ce RQ-170 Sentinel est un concentré de tout le savoir et de la technicité la plus secrète du complexe militaro-industriel US. La CIA en détient l’exclusivité. Son pilotage s’effectuait à partir de la base de Tonopah dans le Nevada, via des relais satellites et sa maintenance sur la base aérienne de Shindand à 1.500 mètres d’altitude dans la province de Hérat à l’ouest de l’Afghanistan, face à l’Iran.

A l’insu de la CIA, les unités de guerre électroniques iraniennes réussirent à couper les relations satellitaires du drone, se substituer au pilote du Nevada, gérer tous les recoins de son ordinateur de bord, son cerveau, le manipuler de façon à le faire atterrir en Iran intact.

« Cadeau » impérial évalué, au minimum, à 50 milliards de dollars sans parler du fait, comble du paradoxe, que l’Iran s’est trouvé bénéficier des technologies les plus secrètes et précieuses de l’aéronautique US que l’Arabie Saoudite, un des plus fidèles alliés des USA, n’obtiendra jamais, et qu’Israël ne pourra utiliser que dans sept ans !

Pour l‘Iran, ce fut une victoire et un butin inestimable. Le drone « Ayyoub » serait-il un produit de cette manne divine ?

www.lumieres-spirituelles.net     No44 – Moharram 1434 – Nov.-Décembre 2012


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)