1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-01-04 | Readers 453 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le Livre des Morts tibétain


Le Livre des Morts tibétain

Le Livre des morts tibétain (Bardo Thödol) est l’un des textes les plus profonds et secrets de la tradition du bouddhisme tantrique tel qu’il s’est développé au Tibet. Il a été publié en français sous le titre de Livre des morts tibétain. Le Bardo Thödol signifie la libération par l'écoute dans les états intermédiaires  (littéralement : Bardo = « entre deux » vies terrestres ; Thö-dol = libération par l’ouïe ou l’entendement).Ce texte, probablement composé par Padmasambhava, principal introducteur du bouddhisme au Tibet (VIIIe siècle), dépeint, selon certains spécialistes, une expérience vécue par l’être et suivie par un observateur en état de transe (l’auteur).

Il a été composé pour être lu par un lama expérimenté, par tranches pendant les quarante-neuf jours qui suivent la mort, pour expliquer au mort les visions successives qui risquent de lui apparaître, leur juste compréhension par le « mort » devant amener soit sa délivrance (sa dissolution dans le Nirvâna ou état permanent et parfait de la Réalité), soit lui éviter une renaissance (samsara) pas trop défavorable (selon leur vision). Si le corps n’est pas présent, une effigie sur papier du défunt, appelée jangbu, est attachée à un bâtonnet et placée sur l’autel. A la fin, le lama la brûle, libérant ainsi l’âme de ses fautes et celle-ci se réincarne.

Le livre est composé de six bardos. Les trois premiers appartiennent à l’expérience des vivants :

-1)le bardo de l'état de veille ordinaire (kye ne bardo), l'expérience de la réalité éveillée et consciente telle que nous la connaissons.

-2)le bardo de l'état de rêve (milam bardo), l'expérience du temps de rêve dans le sommeil.

-3)le bardo de la méditation (samtem bardo), l'expérience de la méditation dans son ensemble, depuis la méditation du novice jusqu'à la réalisation totale. On peut y lire la formation et la dissolution des divers états de conscience, obtenue grâce à la méditation.

Puis, l’ouvrage contient la description des transformations de la conscience et des perceptions au cours des trois états intermédiaires qui se succèdent de la mort à la renaissance, avec les conseils pour échapper aux réincarnations ou obtenir une meilleure réincarnation. Il y a un lien étroit entre l’expérience du mourant (le bardoa) et celle du vivant qu’il était avant la mort. Pendant la période du bardo, le « bardoa » va connaître dans un corps subtil les effets karmiques(1) de ses activités antérieures. Toutes ses actions bonnes ou mauvaises lui apparaîtront désormais sous des formes symboliques, comme dans un rêve, en lumières, en sons, divinités paisibles ou monstrueuses, images apaisantes ou terrifiantes élaborées par le psychisme en liberté à partir des souvenirs emmagasinés consciemment ou inconsciemment ainsi que ses sentiments. Celui-ci devra comprendre la nature des reflets de son propre esprit et ne pas les considérer comme une présence (apaisante ou menaçante) d’êtres extérieurs à lui. Le résultat de cette interprétation est décisif pour son destin, c’est soit la montée vers la délivrance soit vers un état de renaissance, meilleure ou pire. Les paroles du lama lisant le Bardo Thödol ne  lui seront utiles que s’il a été « initié », éclairé, durant la vie, sinon non.

-4)le bardo du processus de la mort(chilkai bardo) (le 1er pour le mourant) durant lequel les cinq éléments dont le corps est constitué (l'espace, l'air, l'eau, le feu et la terre) se dissolvent l'un dans l'autre. L'esprit est confronté à la claire lumière primordiale (ou « Claire Lumière de la Réalité »), une luminosité brillante, liée à la nature fondamentale de son esprit et qui en est la projection. Si le défunt a été avancé sur un plan spirituel durant sa vie, il pourra la reconnaitre et demeurer en confrontation avec elle, et ainsi échapper au cycle des renaissances. Dans le cas contraire, le défunt sombre dans l'inconscience, sa conscience s’estompe totalement pendant 3 à 7 jours jusqu’à l’étape suivante.

-5)le bardo de la réalité ou de l’expérience de la réalité (chonyid bardo). 4 à 7 jours après, le corps subtil entre dans le 2e bardo : ces apparitions et ces expériences se manifestent semblables à des images des rêves citées plus haut. Il se trouve aussi en présence de luminosités brillantes et d’une autre pâle. Selon son karma (positif ou négatif), l’esprit du défunt sera attiré ou effrayé par l’une ou l’autre.

-6)le bardo de la quête d'une renaissance dans le samsâra(2) (sipa bardo en tibétain), qui correspond à l’étape de la réincarnation ou renaissance selon la vision bouddhiste tibétaine. Après un certain nombre de jours, le défunt acquiert un corps mental doté de 5 sens ; il peut voir sa famille, circuler dans le monde en traversant les obstacles, puis il voit ses bonnes et mauvaises actions comptées respectivement à l’aide de pierres blanches et noires. Alors Yama (le « seigneur » de la mort) se saisit de lui et le dévore organe après organe jusqu'aux os. Enfin arrive le moment de la réincarnation dans l’un des six états suivants : divinité, divinité inférieure, humain, animal, esprit avide, esprit torturé, à moins qu'une technique de dernier ressort, dite « obturation de l'entrée de la matrice », ne permette au défunt d'éviter la venue au monde.

(1)Karma = somme des actions du corps, de la parole, et de l'esprit, qui produisent la conscience.

 (2)cycle de renaissances ou de réincarnations dans les croyances bouddhistes

www.lumieres-spirituelles.net     No68 -  Moharram 1436 – Oct. Novembre 2014


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)