1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-01-04 | Readers 500 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le salut du pauvre et la perdition du savant orgueilleux


L’espoir qui sauva le débauché

et l’orgueil qui mena le savant à sa perte

 « Il y avait parmi les gens de Banî Isra‘îl un homme appelé « Khalî‘ Banî Isrâ’îl »  (« le débauché de Bani Israël ») tant il était connu pour sa corruption, ses péchés, les actes de désobéissance qu’il avait commis.

Il y avait un autre homme de Banî Isra‘îl connu pour ses actes d’adoration, sa dévotion, sa piété au point qu’il y avait sur sa tête un nuage qui lui faisait de l’ombre pendant ses actes d’adoration et ses déplacements (un des prodiges des Prophètes !).

Un jour, « le débauché de Bani Israël » passa à côté de cet homme pieux et se dit : « Si je m’asseyais près de lui, peut-être que Dieu me ferait bénéficier de ses bénédictions et me ferait miséricorde. »

Il s’assit auprès de lui, le regardant faire ses actes d’adoration.

Le dévot le vit s’asseoir non loin de lui et se dit en lui-même : « Je suis l’adorateur de Banî Isrâ’îl ! Comment « Khalî‘ Banî Isrâ’îl » (« le débauché de Bani Israël ») vient s’asseoir à côté de moi ?! ». Il était mécontent et désapprouvait cette proximité. Il s’enorgueillit devant lui, se considérant meilleur que lui. Le regardant de haut, il lui dit : « Eloigne-toi de moi ! ».

Dieu (qu’Il soit Glorifié !) inspira au Prophète(p) de cette époque de passer auprès des deux  pour reprendre les actes [les effacer], c’est-à-dire comme si rien ne s’était passé pour les deux ; comme s’il reprenait aux deux ce qu’ils avaient, les péchés de l’un et les actes d’adoration de l’autre ; comme s’il demandait pardon pour « Khalî‘ Banî Isrâ’îl »  et ses péchés se trouvaient effacés, et demandait pardon pour  l’adorateur et ses actes d’adoration se trouvaient annulés, le dévot se trouvant sans aucun acte d’adoration..

Ainsi le débauché fut pardonné pour ne pas avoir désespéré de la Miséricorde divine et avoir cru aux bénédictions de l’adorateur (véritable) de Dieu alors que le dévot vit tous ses actes d’adoration annulés pour quelques mots prononcés : « Eloigne-toi de moi ! ». Mais ces quatre mots prononcés étaient révélateurs de la présence de ce grave défaut d’orgueil dans son cœur.

D'après un propos rapporté dans Bihâr al-Anwâr, vol.70 p198

Il est rapporté du Messager de Dieu(s) de l’Imam as-Sâdeq(p) : « N’entrera jamais au Paradis celui qui a dans son cœur le poids d’un grain de moutarde d’orgueil. »

Wasâ’il ash-Shî‘at, vol.16 p7 N°20819

www.lumieres-spirituelles.net     No70 - Rabî‘I  1436 – Déc.-Janvier  2015


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)