1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-01-04 | Readers 449 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

L’Imam as-Sâdeq(p) - La diffusion de la législation et du mode de vie de l’Islam


L’Imam as-Sâdeq(p)

La diffusion de la législation et du mode de vie de l’Islam

Compilation et traduction : Leila Sourani

 Ed. BAA   2004

Ce volume présente la vie du 6e Imam, l’Imam Ja‘far(p), de la descendant du Prophète(s), par sa fille  Fâtimah, surnommé as-Sâdeq(p) (le véridique). L’Imam as-Sâdeq(p) a acquis une renommée sans égale, pour sa haute morale, son savoir infini et son mysticisme, dans tous les milieux musulmans, shiites et sunnites, même s’il(p) est  souvent passé sous silence dans les livres occidentaux qui abordent l’histoire de l’Islam ou des Musulmans. Ce n’est que quand il est fait allusion aux « shiites Ja‘farites » que son nom (Ja‘far as-Sâdeq) est mentionné, pour justifier cette appellation et rappeler le nom du fondateur de cette école juridique.

Après la mort du Prophète Mohammed, la tâche des Imams(p) fut de rappeler les propos du Messager de Dieu(s), de les transmettre et de les expliciter. Aussi les documents vont-ils porter sur les points que les Imams(p) ont jugé importants et qui devaient être connus de façon prioritaire, en considérant en même temps le principe de l’Unité de tous les Imams(p) (aucun Imam(p)  n’est plus savant, plus courageux ou plus porté à la lutte ouverte (au jihâd) contre les oppresseurs et au martyre qu’un autre). Cependant, en fonction des circonstances dans lesquelles il(p) vivait et du rôle (complémentaire) qu’il(p) devait assumer, chacun présente des particularités).

Une des principales particularités des Imams al Bâqer(p) et as-Sâdeq(p), fut le développement de la dimension scientifique et juridique de l’Islam. Le lien divin supra-sensible, caché (ghaybiyah) de ces deux Imams(p) apparut sous une forme législative. L’Imam est celui qui détient la Loi (divine) et le Programme. Il est celui qui connaît le mieux le gouvernement du Messager, les Lois célestes et la Volonté divine sur terre. En cela, ils(p) ont provoqué comme une « révolution culturelle ».

C’est pour contrer le savoir répandu que les califes-rois abbassides firent traduire en arabe des textes étrangers écrits en grec, syriaque, persan, hindou. Mais en quoi ces éléments étrangers, tombés en désuétude ou traversés par des crises, pouvaient-ils enrichir l’Islam, le dernier Message révélé, le plus complet,  donnant « un éclaircissement pour toute chose » ? De même, Il est difficile de ne pas voir la primauté des enseignements des Imams al-Bâqer(p) et  as-Sadeq(p) sur les différentes écoles juridiques (hanafite, mâlikite, shâfi‘îte et Hanbalite) apparues des années plus tard.

Ce livre se propose de mettre à la disposition du public francophone, des textes de référence originels concernant la vie de l’Imam as-Sâdeq(p)  dont l’authenticité a été vérifiée par les grands savants ; de donner un aperçu sur l’ensemble de ses dimensions terrestres et supra-sensibles en prenant un peu de chacun des livres existant en langue arabe et de présenter un large éventail d’informations.

L’Imam as-Sâdeq(p), bénéficiant de circonstances favorables particulières (la fin de la dynastie omeyyade et le début de celle abbasside), a pu déverser des trésors de sciences islamiques authentiques sur la nation islamique, rappelant, dans leur intégralité,  les propos que le Messager de Dieu(s) avait tenus un siècle plus tôt et les explicitant. Il(p) en a ainsi favorisé la compréhension et l'assimilation par un nombre toujours plus grand de Musulmans et pour les générations à venir. En même temps, peu du savoir des Imams(p) a été révélé et diffusé jusqu’à maintenant.

Après une approche globale de la vie de l’Imam as-Sâdeq(p), une section est réservée à la question de l’Imamat face aux despotes omeyyades et abbassides, suivie d’une autre sur le savoir diffusé par l’Imam as-Sâdeq(p), avec le développement de l’Université de Médine et les joutes oratoires avec les autres courants idéologiques. Les rapports de l’Imam(p) avec ses partisans et sympathisants sont l’objet de la 4e section, avec un aperçu sur l’établissement d’une organisation secrète et la présentation de quelques-uns de ses disciples. Enfin une partie spécifique est réservée à la station élevée de l’Imam(p), bien qu’elle soit sous-entendue dans toutes les parties précédentes, pour mieux mettre en évidence son excellence et sa grandeur.

www.lumieres-spirituelles.net     No70 - Rabî‘I  1436 – Déc.-Janvier  2015

 

Citations tirées du livre sur la vie de l’Imam as-Sâdeq(p)

†« L’Imam as-Sâdeq(p) pensait à l’Humanité, au monde entier. Il voulait réformer l’homme et mettre en application une loi juste. Il fallait que, plus de mille ans auparavant, il fasse de tels projets et procède à des nominations pour que le jour où les nations s’éveilleront ou que la nation musulmane deviendra consciente, se soulèvera et trouvera sa voie, la situation du gouvernement et du chef de l’Islam soit définie. » (L’Imâm as-Sâdeq(p)p41 L’imâm al-Khomeynî(qs) Le Gouvernement Islamique pp114-115)

†«  Nous sommes les trésoriers du Savoir de Dieu. Nous sommes les traducteurs de l’ordre de Dieu. Nous sommes des gens infaillibles. Dieu (le Béni et l’Exalté) a ordonné que nous soyons obéis et a interdit que nous soyons désobéis. Nous sommes l’Argument éloquent pour ceux qui sont entre le ciel et la terre. » (L’Imâm as-Sâdeq(p)p36, al-Kâfî, vol.1 p269-270 H6)

† Le rapporteur [‘Amrû Ibn Abî al-Miqdâm] raconte : « J’ai vu Abâ Abdallah [l’Imam as-Sâdeq(p)] le jour d’Arafat (s’arrêter au milieu de la foule) à la station, appeler de sa voix la plus forte (pour se faire entendre des gens présents qui le transmettront aux oreilles des mondes) : « O vous les gens ! Le Messager de Dieu était l’Imam, ensuite ce fut ‘Alî fils d’Abî Tâleb, ensuite al-Hassan, ensuite al-Hussein, ensuite ‘Alî fils de Hussein, ensuite Mohammed fils de ‘Alî, ensuite hah. » Il lançait trois fois son appel pour les gens situés devant lui, puis pour ceux à sa droite, puis ceux à sa gauche, enfin pour ceux situés derrière lui, soit 12 fois. » Et ‘Amrû  continue: « Je demandai ce que voulait dire « hah », des Arabes me dirent que dans la langue de Banî untel, cela signifiait « moi ». »(Bihâr, vol.47 p58 H107) (périphrase pour se désigner. C’est-à-dire après Mohammed fils de ‘Alî, l’Imam, c’est moi, l’Imam as-Sâdeq(p)).

« Ainsi, chaque fois que l’Imam(p) prononçait sa phrase, il la répétait 3 fois puis se tournait dans une autre direction et la répétait [3 fois], et ainsi dans les quatre directions. Remarquez l’emploi du mot « Imam » [pour le Messager de Dieu(s)]. [Il le faisait] pour attirer l’attention des gens sur la vérité de l’Imamat et pour diffuser cette pensée jusqu’à arriver à cette interrogation : « Est-ce que ces gouverneurs qui se sont emparés du pouvoir conviennent à l’Imamat ou non ? » » (Imam Khamine’î, Ad-Drus p165) (L’Imâm as-Sâdeq(p)pp56-57)

† « Il est rapporté de Ja’afar et Sa‘îd Abî ‘Amer al-Jalâb qu’Abû Abdallah a dit : « Assef ne possédait qu’une seule lettre et lorsqu’il la prononça, la terre entre lui et le trône de Balkiss fut engloutie, et il apporta le trône de sa main. Ensuite la terre est revenue comme elle était et tout cela en moins d’un clin d’œil. Et nous, nous avons du Nom (Incommensurable) soixante-douze lettres. Il reste une lettre auprès de Dieu, qu’Il garde dans la science des Mystères. » » (L’Imâm as-Sâdeq(p)p114Kashef, vol.2 p408)

†« Le meilleur acte d’adoration est la connaissance de Dieu. »(L’Imâm as-Sâdeq(p)p16Bihâr, vol.1 p215 H21)

†« Il n’y a pas de Prophète, ni d’homme, ni d’être humain ni de Djinn, ni d’ange dans les cieux  pour lesquels nous ne sommes pas des arguments à leur encontre. Dieu n’a pas créé de créature sans lui avoir présenté notre tutorat sur elle  et sans avoir pris argument de nous à son encontre, croyante en nous ou incroyante, le niant, jusqu’aux cieux, la terre et les montagnes »(L’Imam as-Sâdeq(p)p204 in Bihâr, vol.27 p46 H7)

www.lumieres-spirituelles.net     No70 - Rabî‘I  1436 – Déc.-Janvier  2015


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)