1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 450 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Sourate al-A‘lâ (le Très-Haut) 87 (5)


Sourate al-A‘lâ  (le Très-Haut) 87  (5)

الأعلىسورة

بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ

Bi-smi-Allâhi ar-Rahmâni ar-Rahîmi,

Par le Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux,

سَبِّحِ اسْمَ رَبِّكَ الْأَعْلَى(1)الَّذِي خَلَقَ فَسَوَّى(2) وَالَّذِي قَدَّرَ فَهَدَى(3)وَالَّذِي أَخْرَجَ الْمَرْعَى(4)فَجَعَلَهُ غُثَاءً أَحْوَى(5)

Sabbihi-sma rabbika al-a‘lâ al-ladhî khalaqa fa-sawwâ wa-l-ladhî qaddara fa-hadâ wa-l-ladhî akhraja-l-mar‘â fa-ja‘alahu ghuthâ’ann ah

Glorifie le Nom de ton Seigneur le Très-Haut, (1) Qui a créé et agencé harmonieusement, (2) Qui a donné la mesure et guidé, (3) et Qui a fait pousser le pâturage(4) puis l’a rendu du foin sombre ! (5)

سَنُقْرِؤُكَ فَلَا تَنسَى(6)إِلَّا مَا شَاء اللَّهُ إِنَّهُ يَعْلَمُ الْجَهْرَ وَمَا يَخْفَى(7)

Sa-nuqri’uka fa-lâ tansâ illâ mâ shâ’a-llâhu innahu ya‘lamu-l-jahra wa mâ yakhfâ

Nous allons te faire réciter [le Coran]de sorte que tu n’oublieras pas (6)sauf ce que Dieu veut ; certes Il connait ce qui est apparent et ce qui est caché, (7)

وَنُيَسِّرُكَ لِلْيُسْرَى(8)

wa nuyassiruka li-l-yusrâ

et Nous te faciliterons pour la voie la plus facile, (8)

فَذَكِّرْ إِن نَّفَعَتِ الذِّكْرَى(9)

fa-dhakkir in-nafa‘ati-dh-dhikrâ

Reprise de la sourate verset après verset en nous aidant des interprétations de cette sourate de sayyed TabâTabâ’i dans « al-Mîzan », de sheikh Makârem Shîrâzî dans al-Amthâl, de sayyed Hassan al-Mustafawî dans son « Tahqîq fî kalimât al-Qurân al-karîm», de docteur Mahmoud Bostani dans « al-Tafsîr al-binâ’î lil-Qorân al-karîm », de sheikh Ibn ‘Arabî dans son « Tafsîr al-Qurân » et de la compilation traduite par sh. Ishak Vazirhoussen, « Tafsir é Hoda ».

Toujours dans la première partie, voyons, un par un, les versets rattachés au second Ordre adressé à Son Prophète, portant sur la révélation de Son Message et sa diffusion.

وَنُيَسِّرُكَ لِلْيُسْرَى(8)  wa nuyassiruka li-l-yusrâ   

« wa nuyassiru-ka  » : la 2e forme dérivée du verbe « yasara » (être facile, aisé)  = faciliter, rendre facile, aisé. Faire en sorte que tu prennes la voie la plus facile pour la diffusion du Message au niveau de la parole et des actes en vue de guider les gens, réaliser totalement l’argument à l’encontre de ceux qui ne veulent pas l’entendre et de patienter devant les maux qu’il va supporter d’eux.

Pourquoi est-il dit « nuyassiru-ka  » et non pas « nuyassiru laka  » comme dans le verset suivant : {wa yasir amrî}(26/20 Taha) ? Sans doute parce que le propos se porte sur la préparation de la noble âme du Prophète pour la rendre apte à recevoir le Message et à le diffuser. L’objectif est de purifier/développer la « fitra » en vérité pour qu’il choisisse la voie la plus facile parce qu’elle est la voie de la « fitra ».

« li-l-yusrâ » : féminin de « Aysir » (avec un nom sous-entendu « at-tariqat » (la méthode, le chemin) = pour/vers la facilité, la [voie] facile.

 

Dieu (Tout-Puissant) rassure Son Prophète(s) sur la Providence divine qui veille en permanence sur lui et sur le fait qu’Il anéantira toutes les difficultés et lui facilitera la tâche.

Sans doute, une façon de l’informer des difficultés qu’il(s) va rencontrer à chacune de ses étapes, à partir de la réception de la révélation et de sa mémorisation jusqu’à sa diffusion, son enseignement et son application.

En vérité, sans la Réussite de Dieu et Sa Facilité accordée au Prophète(s), il(s) n’aurait pas été capable de surmonter tous les problèmes et toutes les difficultés qu’il(s) a dû affronter tout au long de sa vie. Et sa noble vie parle de cela.

Et peut-être y a-t-il là aussi une indication sur la nature du Message islamique, et des charges qu’il renferme, facile, accessible, exempt de toute gêne et d’efforts pénibles pour les gens. Et ce sens donne une vision plus globale dans la compréhension du verset bien que la majorité des commentateurs l’aient limitée à une seule.

فَذَكِّرْ إِن نَّفَعَتِ الذِّكْرَى(9)fa-dhakkir in-nafa‘ati-dh-dhikrâ  

« fa-dhakkir » : la 2e forme dérivée du verbe « dhakara » (rappeler, raconter, faire mention) = rappeler qqch à qqun, se rappeler qqch, se souvenir de, penser à (contraire de l’oubli et de la négligence)

 « nafa‘at » : verbe au temps du passé, 3e personne du féminin singulier = être utile, avantageux, profitable, servir à quelque chose, profiter, être bon.

« adh-dhikrâ » : nom féminin dérivé du verbe « dhakara » (rappeler, raconter, faire mention) sujet du verbe « nafa‘at » = la mention, le  souvenir, l’action de penser à, le rappel/évocation et par suite l’avertissement.

Si ce qui a été évoqué dans les versets précédents s’est réalisé ainsi que son suivi, alors évoque Dieu, car cela est profitable.

Certains commentateurs ont donné à ce verset le sens de la confirmation : « Rappelle ou évoque car le Rappel/évocation est profitable et utile ».

D’autres ont dit que le fait de rappeler est en soit utile même si certains n’en profitent pas. Au moins, il achève l’argument à l’encontre de ceux qui nient et s’y opposent et en soi c’est aussi d’une grande utilité. -Beaucoup de commentateurs ont vu dans ce verset quelque chose de sous-entendu dans le sens « Rappelle/évoque, que le rappel/évocation soit utile ou non ».

D’autres ont interprété cette phrase comme étant conditionnelle : « Evoque si l’évocation est utile », l’utilité étant une condition du Rappel de Dieu

Si c’est pour ne pas se contenter de la répétition des mots, alors tous sont d’accord.

Sans doute, le plus probable est la deuxième interprétation, en prenant comme indice ou preuve, le comportement du Prophète(s) qui, durant toute la période de la diffusion de l’Islam et de la transmission de la vérité, a conseillé et mis en garde l’ensemble des gens.

RECAPITULATION DES VERSETS CONCERNANT LE SECOND ORDRE

Ainsi les versets concernant le second Ordre divin parlent du Coran, de la prophétie, de la guidance des gens et de la mise en évidence coranique de la glorification.

Après avoir purifié son cœur par la Glorification (réalisation de l’Unicité de Dieu), Dieu (qu’Il soit Glorifié) demande à Son Prophète d’accomplir sa mission après lui avoir annoncé le début de la révélation. Cette partie se termine par l’Ordre du rappel/évocation (adh-dhikrâ). Il n’y a aucun doute sur son utilité pour le Prophète(s), à tous les niveaux de sa mission. La seconde partie va aborder le rôle du rappel/évocation pour les gens en général.

LE LIEN ENTRE LES DEUX ORDRES DIVINS

Il n’y a de divinité que Dieu, le Tout-Puissant, le Créateur, l’Un, l’Unique. Celui qui a la Puissance de créer l’univers, de le diriger et de le gérer, peut faciliter la révélation de Son Message et sa diffusion auprès des gens. Et le rappel/évocation (adh-dhikrâ) est aussi un moyen que Dieu lui a accordé pour faciliter sa tâche. Il est un moyen pour le Prophète de se perfectionner mais aussi la création (les créatures). Il y a-t-il des conditions pour cela ? Ici la phrase est générale.

Dans la seconde partie viennent les limitations. Pour qui est-il profitable et pour qui ne l’est-il pas, c’est ce que nous verrons dans la seconde partie.

www.lumieres-spirituelles.net     No69  - Safar 1436 – Nov. Décembre 2014


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)