1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 330 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Compte à rebours sioniste ..ou début d’une troisième intifada ?


Compte à rebours sioniste ..

ou début d’une troisième intifada?

{Que soit Glorifié Celui qui a fait voyager de nuit Son serviteur de la mosquée al-Harâm à la mosquée al-Aqsâ dont Nous avons béni l’alentour, pour lui faire voir de Nos Signes. Il est certes Celui Qui entend, Qui voit.}(1/17 Le Voyage nocturne) La mosquée d’al-Aqsâ (la première «Qibla» des Musulmans et leur troisième lieu saint) est une Mosquée de Dieu, éternelle. Même si ses murs de pierre sont détruits, son emplacement reste. Dieu en est le Garant. La mosquée d’al-Aqsâ est une Marque de Dieu en ce monde pour rassembler les Musulmans – non pas comme celles construites pour semer la division et l’incroyance parmi les croyants –. Elle est l’un de ces endroits sacrés que Dieu a placés sur terre, de façon certaine, comme Signes pour les croyants. A eux de ne pas l’abandonner aux incroyants arrogants et aux transgresseurs de la Volonté divine. L’enfant palestinien, lançant des pierres contre la police d’occupation sioniste qui obstrue l’accès à la Maison de Dieu, n’est-il pas un argument à l’encontre de tous les Musulmans ?

Les intentions de l’occupant sioniste concernant Jérusalem sont claires :

ws’approprier de toute la ville de Jérusalem (avec ses banlieues) pour en faire sa capitale à l’exclusion des Palestiniens, en violation totale du droit international qui juge illégale cette annexion.

wruiner tout espoir d’un Etat palestinien avec Jérusalem comme capitale, à un moment où l’Autorité palestinienne appelle les pays occidentaux à sa reconnaissance(1) et où les Etats Unis répètent leur litanie de façade sur la nécessité de reprendre des négociations palestino-sionistes.

wdétruire tout symbole (pôle) pouvant unifier les Arabes et les Musulmans, en faisant disparaître la mosquée d’al- Aqsâ et laisser ainsi le champ libre aux divisions et conflits inter-arabes et inter-musulmans, comme on le voit à l’heure actuelle avec les mouvements takfiristes.

L’entité sioniste est prête pour la destruction de la mosquée al-Aqsâ

Il ne lui reste plus qu’à mettre en place les derniers détails de sa mise en scène pour  arriver à ses fins tout en apparaissant comme une victime du «terrorisme» :

a)faire croire qu’il s’agit d’un conflit religieux alors qu’il est avant tout politique et militaire : l’annexion illégale d’un territoire occupé. D’ailleurs, les grands rabbins n’appellent pas les Juifs à prendre d’assaut la mosquée d’al-Aqsâ. Même ! Le grand rabbin séfarade leur a formellement interdit ces «montées» et ces provocations !

b)se donner une soi-disant légitimité parlementaire sioniste, quoiqu’en violation avec les conventions internationales qui ont confié à la Jordanie la gestion des lieux saints d’al-Quds et ont permis aux seuls Musulmans d’y prier. Le parlement sioniste (Knesset) doit discuter, ce mois-ci, du droit des Juifs de prier sur l’esplanade, puis de la division de la mosquée al-Aqsâ – à l’instar de la mosquée d’Ibrahim à Hébron, suite au massacre de dizaines de Palestiniens par un colon américano-sioniste, en février 1994, en prélude à son appropriation

c)accélérer la politique des constructions sionistes dans les quartiers arabes de Jérusalem et de ses banlieues, cette colonisation effrénée étant accompagnée d’expropriations, d’occupations et de destructions des habitations palestiniennes ainsi que de confiscations de terres, sous divers prétextes.

d)faire des provocations pour créer de nouvelles situations qui soient plus favorables à l’exécution de leurs plans. Ces derniers mois, se sont multipliés les assauts contre l’esplanade sous escorte de la police et de l’armée sionistes ainsi que les agressions sionistes contre la population civile palestinienne de Jérusalem, séparée de la Cisjordanie par un mur et coupée de toute autorité palestinienne. Le silence arabe et musulman (et international) sur la judaïsation de Jérusalem ne rend que plus insolent le régime sioniste qui parle de «bataille pour Jérusalem».

Les Palestiniens de Jérusalem refusent l'occupation sioniste

 Il est dit que ce qui a poussé les jeunes palestiniens à descendre dans la rue et à braver la police d’occupation sioniste malgré leurs faibles moyens (pierres, pétards, feux d’artifice, cocktails molotov pour les plus chevronnés) est l’assassinat d’un jeune de 16 ans, brûlé vif par des colons à Chouafat, dans la banlieue de Jérusalem, début juillet. Depuis, Jérusalem (ses  quartiers arabes et ses banlieues) est en proie à des émeutes régulières entre jeunes palestiniens (dont de nombreux mineurs) et les  garde-frontières sionistes super-équipés, qui n’hésitent pas à utiliser leurs armes à feu (à balles réelles) et des bombes de gaz. Les heurts sont violents mais les jeunes palestiniens ne décolèrent pas, malgré les coups reçus.

En même temps, sont apparues de nouvelles formes d’attaque individuelle contre les colons sionistes, à Jérusalem et dans d’autres villes, commis par des Palestiniens adultes de Jérusalem, qui à l’arme blanche, qui à la «voiture-bélier», qui à l’arme à feu, reprenant à leur compte des pratiques terroristes sionistes pratiquées à leur encontre en toute impunité depuis de nombreuses années.

Parmi les actions, à noter celle ciblée, le 29 octobre 2014, contre le militant extrémiste nationaliste américano-sioniste Yehuda Glick, fondateur de l’Institut du Temple(2) , prônant la destruction de la mosquée al-Aqsâ et organisant ces assauts de colons sionistes sur l’esplanade, à la fois décrié et utilisé par le gouvernement sioniste, grièvement blessé par des tirs provenant d’un motocycle.

Ainsi, depuis le début de l’été, plus d’une dizaine de personnes ont été tuées. (On est loin du compte de la seconde intifada en l’an 2000 où 122 colons avaient péri dès le premier mois.)

La riposte sioniste ne s’est pas faite attendre : arrestation massive des jeunes palestiniens (un millier dont plus du tiers des mineurs) menacés de vingt ans de prison pour jets de pierre ; exécution immédiate des auteurs présumés de ces attaques et dynamitage de leurs maisons ; fermeture totale de l’accès à la mosquée al-Aqsâ (répétée plus de 76 fois) puis partielle selon des tranches d’âge ; assassinats de jeunes palestiniens par la police et les colons sionistes ; irruptions de la police sioniste dans la mosquée d’al-Aqsâ et agressions des fidèles ; déploiement de la police sioniste lourdement armée près de la mosquée et dans la ville ; blocus des quartiers avoisinants avec des mesures punitives contre les boutiques ; installation de caméras de surveillance et survols de drones au-dessus de Jérusalem.

Ces émeutes trouvent un écho jusque dans les territoires occupés en 1948, comme à Kfar Cana (près de Haïfa), où les jeunes se révoltèrent après l’assassinat de l’un d’entre eux âgé de 22 ans (Kheir Hamdan), par la police sioniste dans la nuit du 8/11/14.

Quant aux Palestiniens de la Cisjordanie, ils se mobilisent pour la «défense de la mosquée al- Aqsâ». La population, frustrée et en colère, se solidarise en organisant des processions se dirigeant vers Jérusalem, en faisant des brèches dans le mur qui les sépare de Jérusalem, en certains endroits, faisant face à l’armée d’occupation sioniste.

Les jeunes et les plus jeunes palestiniens (bien que non organisés) continuent à se rassembler et à se heurter à la police et les militaires sionistes – exprimant leur refus de la judaïsation de Jérusalem, montrant l’exemple à tous.

Le 13/11/14, les USA brandirent la sonnette d’alarme et imposèrent une réunion de la Jordanie et de l’entité sioniste en leur présence et d’autres latérales entre les services de renseignement sioniste et palestinien). Une accalmie fut annoncée avec un accès sans restriction (!) à la mosquée d’al-Aqsâ pour la prière du vendredi - sans doute pour faire croire qu’une solution négociée est possible entre l’entité sioniste et l’autorité palestinienne sous caution jordanienne.

Mais l’accalmie ne durera pas : l’assassinat d’un chauffeur palestinien trouvé pendu dans son bus à Jérusalem, pour simuler un suicide, a été suivi d’une attaque, à la hache, au couteau et au pistolet, d’un centre religieux sioniste du parti ultra-orthodoxe Shass, situé tout à côté, par deux jeunes palestiniens. Quatre rabbins (ayant la double nationalité (américaine ou anglaise) et «israélienne»), dont un responsable du parti ultra-sioniste Shass, ont été tués. La situation n’est pas prête de se calmer.

Mais grâce à cette résistance de la population locale, Dieu n’abandonnera pas al-Quds, selon Sa Volonté.

(1)déjà 135 Etats l’ont fait et le 29 novembre prochain est le rendez-vous pour d’autres pays comme la France.

(2)cf. Le N°64 de la revue L.S.

www.lumieres-spirituelles.net     No69  - Safar 1436 – Nov. Décembre 2014


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)