1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 345 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

La prière du vendredi !


La prière du vendredi !

Sayyed Mohammed Mohammed Sadeq Sadr avait entièrement voué sa vie à Dieu, à l’étude de Sa Religion, aux actes d’adoration, à l’éducation de son âme, à l’enseignement des sciences religieuses, à al-Kâzhimayn, au nord de Bagdad (où il était né), à Nadjaf (où il avait étudié), à Bagdad dans sa banlieue pauvre shi’ite où il officiait, sous l’ombre terrifiante, meurtrière du dictateur Saddam Hussein.

Aussi, quand Saddam Hussein le pressentit pour être le représentant officiel de l’autorité religieuse shiite en Irak, refusa-t-il. Il connaissait ses réelles intentions (vouloir mater la révolte shi’ite qui avait secoué le pays au lendemain de la guerre du Golfe (Janv.-fév.1991)). Collaborer avec un tel pouvoir tyrannique et sanguinaire le répugnait. Ni les postes honorifiques ne l’intéressaient, ni la mort ne lui faisait peur.

Cependant, devant l’insistance de Saddam Hussein, il finit par accepter, après avoir reçu l’assurance de pouvoir agir comme il le voulait, selon la tradition du Prophète(s), car Sayyed Mohammed Mohammed Sadeq Sadr croyait fermement en deux choses : d’une part en la Religion de Dieu, la Sunna du Prophète(p) et des Imams(s) de sa famille, et d’autre part en la possibilité de changements dans son pays.

La première chose que Sayyed Sadr exigea : la restauration de la prière de groupe du vendredi que Saddam Hussein avait supprimée. Il la lui accorda.

Ainsi, la population put à nouveau entendre, dans toutes les villes d’Irak, l’appel à la prière du vendredi et se réunir à la mosquée pour prier ensemble et entendre les deux sermons traditionnels. Sayyed Sadr, quant à lui, choisit, pour mener la prière de groupe du vendredi, la ville de Koufa, la capitale de l’Imam al-Mahdî(qa) quand il(qa) sortira et la ville témoin du martyre du Prince des croyants(p).

Et, fait nouveau, il se mit à lancer des slogans, au sein même de ses sermons, que l’auditoire répétait avec lui : « Que Dieu maudisse le démon ! », « A bas les injustes ! », « Dieu est plus grand ! » « Non à l’humiliation ! ». Comme s’il voulait réveiller les fidèles et inscrire ces mots d’ordre dans leurs cœurs endurcis après tant d’années d’oppression et la guerre injuste que Saddam Hussein mena contre la république Islamique d’Iran.

Plus les voix s’élevaient, plus les murs de la mosquée vibraient, plus l’écho se répandait dans le pays, repris par les enfants dans les rues… Pendant sept ans, la prière du vendredi devint la tribune hebdomadaire de Sayyed Sadr qui se répercutait dans tout le pays. Les gens venaient de toutes parts pour se rendre aux mosquées, pour écouter ses explications sur la Religion de Mohammed(s), et ses dénonciations des exactions de Saddam Hussein contraires à la religion.

Ce fut à la sortie d’une de ces prières du vendredi que Sayyed Mohammed Mohammed Sâdeq Sadr fut tué avec deux de ses fils par des hommes armés cagoulés, envoyés par Saddam Hussein, le 19 février 1999.

(Témoignage recueilli sur place)

www.lumieres-spirituelles.net     No21  - Safar  1432 – Janv.-Fev.  2011

Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)