1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 581 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Un Tribunal Spécial pour le Liban .. pour affaiblir Hezbollah ? (2)


Un Tribunal Spécialpour le Liban .. pour affaiblir Hezbollah ? (2)

Nous avons vu la dernière fois comment, étape par étape, les grandes Puissances ont réussi à placer le Liban dans les mailles d’une instance juridique internationale et comment, après avoir accusé la Syrie puis s’être rétracté, ce Tribunal Spécial pour le Liban (TSL) s’est lancé dans une nouvelle campagne d’accusation focalisée cette fois-ci contre le Hezbollah, en organisant des « fuites » sur l’imminence de son inculpation. Devant la gravité de la situation, le Hezbollah (HBA) décida de sortir de son silence pour clamer son innocence. Puis, dans le souci de faire apparaître la Vérité et de sauvegarder l’unité du pays, le parti s’est progressivement mis à dénoncer les pratiques de ce soi-disant Tribunal Spécial pour le Liban, pour l’accuser à la fin d’être « politisé » avec l’objectif de réaliser les objectifs de la guerre israélienne de juillet 2006.

1Le HBA reprocha au TSL d’avoir privilégié une piste aux dépens d’autres et suggéra la possibilité d’autres pistes d’investigation

-Le 9/8/10, le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah projeta des vidéos montrant comment des drones israéliens avaient observé durant des mois les déplacements de Rafiq Hariri, avant de centrer leur surveillance sur le virage où a eu lieu l’attentat. Ces vidéos peuvent être interprétées comme une préparation israélienne au crime, même si en soi elles ne constituent pas une preuve « concluante ».

-Après la diffusion du reportage de la chaîne canadienne CBC le 22/11/10, le parti rappela la piste du colonel Wissam al-Hassan, homme de confiance de Hariri, alors chef du département des renseignements au sein des Forces de sécurité libanaises, absent juste au moment de l’attentat.

2Le HBA mit en évidence la possibilité de truquage du chef d’accusation

-Le chef d’accusation du TSL contre le Hezbollah s’appuie sur la découverte d’un officier libanais proche de Hariri, de l’existence d’un réseau de 8 téléphones portables utilisés en circuit fermé au cours des six semaines précédant l’attentat pour surveiller Hariri et qui se seraient arrêtés après l’attentat. En remontant la filière, cet officier serait arrivé au Hezbollah. Aurait-il découvert autre chose ? Il sera tué le 25/1/2008. Qui avait intérêt à le faire taire ? Cela suffit au TSL pour accuser

le Hezbollah.

-Ce dernier montra qu’il était possible à l’entité sioniste de doubler certains de leurs téléphones, non seulement pour écouter, mais aussi intervenir, appeler avec ce même numéro sans que le propriétaire

du téléphone ne le sache.

3Le HBA remit en cause la légitimité de ce tribunal

-Il organisa une conférence de presse avec un ancien membre du Conseil Constitutionnel, D. Jreisati, pour mettre en évidence la violation de la constitution libanaise par ce TSL, point par point, et donc

son invalidité. (Voir le numéro précédent.)

4Le HBA exigea le jugement des « faux-témoins »

-Et il souligna l’importance de savoir qui sont derrière eux, qui les protègent et leurs mobiles, pour y découvrir des indices sur les assassins de Hariri. Devant son refus de remettre le dossier des « faux-témoins » à la justice libanaise, Saad Hariri (alors chef du gouvernement avant sa chute) fut interrogé par son entourage. Il répondit : « Vous voulez que nous soyons jetés en prison, Marwâne Hémadé et moi-même ? » assurant qu’il ne le fera jamais.

Le 15/1/2011, la chaîne libanaise NTV diffusa l’enregistrement d’une conversation à laquelle participaient l’un des faux témoins Mohammed Siddiq, Saad Hariri, le fameux Wissam al-Hassan, et un membre de la commission d’enquête internationale, Gerhard Lehman, provenant des archives mêmes du Tribunal international..

5Le HBA accusa l’ennemi sioniste d’espionner le Liban preuves en main

-Lors d’une conférence de presse organisée le 23/11/10, il révéla, avec le ministre de la communication libanais Charbel Nahas, les moyens utilisés par l’entité sioniste pour espionner, pirater, manipuler le réseau de téléphonie mobile et fixe libanais. (Une plainte sera déposée contre l’entité sioniste.)

6Le Hezbollah dénonça la « politisation » du TSL, accusant l’entité sioniste d’être derrière l’attentat

-Ce TSL n’a de « tribunal » que son nom. Il est un instrument pseudo juridique entre les mains des Américano-sionistes pour continuer la guerre de juillet 2006 sur le plan juridique, en vue de désarmer la résistance (islamique) libanaise, après avoir fait sortir les troupes syriennes du Liban, et modifier ainsi les données dans la région à la faveur des Etats-Unis et de l’entité sioniste.

-Dans ce cas, n’est-il pas juste, comme l’a fait le chef de la résistance islamique et du HBA, Sayyed Hassan Nasrallah, de demander le boycott d’une telle structure qui ne cherche pas la Vérité ni la Justice, mais qui, au contraire, fabrique des mensonges, fomente des complots, continue la guerre américano-sioniste contre la souveraineté du Liban sous une apparence juridique ?

7Le HBA plaida sa cause auprès de ses alliés

-Et il put susciter un sentiment de responsabilité au niveau national, régional, arabe et musulman. Une initiative syro-saoudienne vit le jour, soutenue par le Qatar, la Turquie et l’Iran, pour sauvegarder la stabilité et l’unité du Liban, que les Etats-Unis et l’entité sioniste firent avorter.

8L’opposition (dont le HBA) présenta alors la démission de ses ministres, le 12/1/11, provoquant la chute du gouvernement, dernier appel à la raison et à l’entente.

-Cinq jours plus tard, alors que les consultations devaient commencer pour la formation d’un nouveau gouvernement, Daniel Bellemare remit au juge de la mise en état Daniel Fransen, l’acte d’accusation contre le HBA, prouvant une fois de plus la « politisation » de cette structure.

Il est sans doute facile pour l’opinion publique occidentale, prisonnière de la propagande  américano-sioniste, d’accuser la résistance islamique.

Mais il n’en est pas ainsi pour le Liban qui découvre jour après jour l’énormité des mensonges américano-sionistes, des ingérences directes américaines dans ses affaires intérieures, de la manipulation du tribunal, de la corruption financière qui a fait disparaître plus d’une dizaine de milliards de dollars des comptes de l’Etat, provoquant ainsi sa faillite.

Jusqu’à quand un pays qui a vaincu une des plus puissantes armées du monde devra-t-il accepter une telle situation ?

Pour le HBA et ses alliés, il n’est pas question d’accepter l’inculpation de la résistance pour un crime qu’elle n’a pas commis et ainsi salir la mémoire de ses martyrs. Cela se traduisit, dans un premier temps, par leur refus d’un gouvernement dirigé par un homme prenant ses ordres à Washington, directement impliqué dans l’affaire des faux-témoignages et la faillite du pays.

Quelques éléments d’enquête négligés par la Commission, rapportés dans les médias locaux :

-L’analyse de certains détails de la scène du crime comme l’incendie qui a suivi l’explosion, comme l’état du col en tissu de la chemise de Hariri resté intact, le sectionnement de certains cadavres en de coupes nettes, etc..

-L’autopsie des victimes après la découverte de l’uranium enrichi sur le corps d’une des victimes hospitalisée en France..

-Le rapport établi en 2006 par le français Xavier Laroche (de l’Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale, alors coordinateur scientifique de l’ONU), concluant à un attentat causé par un missile aérien, infirmant la thèse de la camionnette « piégée » prônée par le TSL. C’est à cette même conclusion qu’est arrivé un autre investigateur sur le terrain, dont le rapport, publié par l’hebdomadaire russe de politique générale ODNAKO et qui parle d’un type d’arme super sophistiqué n’existant en 2005 qu’en Allemagne, tiré par un drone doté d’un équipage très poussé que seuls les Israéliens détenaient alors.

-Le témoignage de ceux qui ont dit avoir entendu un aéronef survolant l’endroit au moment du crime.

www.lumieres-spirituelles.net     No22  - Rabî‘I 1432 – Février-Mars 2011


Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)