1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 211 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

La simplicité de sa maison


La simplicité de sa maison

Quand l’imam Khâmine’î devint président de la République islamique, le 5 octobre 1981, il ne changea pas ses habitudes et continua à mener une vie toute simple.

Selon le témoignage de ses proches, il n’y avait pas de réfrigérateur dans sa maison durant sa présidence à la République islamique d’Iran. On lui en proposa un usager qui tomba en panne peu de temps après. Mais l’imam Khâmine’î ne le fit savoir qu’à la fin de son mandat (à la présidence). Cela veut dire qu’il vécut pendant toute cette période sans réfrigérateur.

« Une fois, je me suis rendu chez lui, raconta un de ses proches Mohsen Rafiq Doust, pendant qu’il était président de la République. Je vis ses enfants manger du fromage au petit-déjeuner avec un grand appétit. Sayyed al-Khâmine’î me dit que cela faisait un certain temps qu’il n’y avait pas eu de fromage chez eux parce que les cartes d’approvisionnement spéciales pour le fromage n’avaient pas été annoncées. Puis il ajouta : « Maintenant que nous avons pu nous en procurer, vous pouvez remarquer comment les enfants en mangent. » »

            « Sa maison était très simple. Le sol était couvert de pauvres nattes déchirées. Une fois qu’il était absent avec toute sa famille, nous rassemblâmes toutes les nattes et nous les vendîmes. Puis, chacun d’entre nous ajouta une petite somme d’argent de nos biens personnels et nous lui achetâmes de beaux tapis tout neufs. Nous les installâmes dans sa maison, avant son retour.

Mais quand sayyed  al-Khâmine’î revint chez lui et qu’il vit les beaux tapis tout neufs, il m’appela et me dit : « Qu’est-ce que  cela, Mohsen ? »   Je lui répondis que nous avions échangé ses anciennes nattes contre ces tapis neufs. Et j’ajoutai que nous avions payé la différence avec nos biens personnels et non pas avec des Biens des Musulmans. Sayyed  al-Khâmine’î me répondit :

« Et même ! Vous avez fait une grande erreur en agissant ainsi. Allez, prenez ces tapis et ramenez-moi mes nattes ! »

Nous nous retirâmes et, après de grands efforts, nous pûmes retrouver les nattes et les récupérer. Nous dûmes retirer les beaux tapis et remettre les tapis usés, déchirés..

Ainsi, malgré son rang élevé et l’importance de ses fonctions, sayyed  al-Khâmine’î restait très humble et malgré le nombre de ses occupations et de ses énormes responsabilités, il trouvait le temps pour se comporter avec tout le monde, avec gentillesse et indulgence. »

Rapporté par Mohsen Rafiq Doust, président de la Fondation des Handicapés de la Révolution islamique

in la revue Rissâlat datée du 4 rajab 1415 de l’Hégire

et in la revue Pâssar al-Islam N°154  cité in L’Imam Khâmini’i  pp58-59

www.lumieres-spirituelles.net     No24  - Jamâdî I  1432 – Avril 2011


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)