1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 409 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Sourate an-Nâs (Les Gens) CXIV (2)


Sourate an-Nâs  (Les Gens) CXIV  (2)

بسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ

Bi-smi-Allâhi ar-Rahmâni ar-Rahîmi,

Par [la grâce du] Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux,

قُلْ أَعُوذُ بِرَبِّ النَّاسِ (١)

Qul : a‘ûdhu bi-rabbi-n-nâsi,

Dis : « Je cherche refuge auprès du Seigneur des gens, (1)

 

Après avoir fait une présentation globale de toute la sourate en nous inspirant de la méthode dite « constructive » (binâ’î) de sh. Mahmoud Bostanî, nous allons reprendre la sourate verset par verset et en approfondir la compréhension.

Reprenons..(en nous aidant de l’interprétation de cette sourate de Sayyed TabâTabâ’i dans « al-Mîzan », et de celles de sheikh MaKârem Shîrâzî dans al-Amthâl, de sayyed Ja‘far al-Murtadâ, dans son Tafsîr sourate an-Nâs, et sayyed Hassan al-Mustafawî dans son « Tahqîq fî kalimât al-Qurân al-karîm ».

بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ« Bi-smi-Allâhi ar-Rahmâni ar-Rahîmi»   

Le « Basmalah » accompagne toutes les sourates du Coran, sauf celle du Repentir, la neuvième. (Voir son explication dans le N°0 de la revue Lumières-Spirituelles de janvier 2009 et sur le site www.lumieres-spirituelles.net).

De même, nous avons vu précédemment que le « Basmalah » (à l’exception de la sourate al-Fâtiha) n’est pas un verset indépendant mais est rattaché au premier verset de la sourate, et ici plus précisément au mot « Qul » et y prend son sens.

C’est par le Nom de Dieu (« Allâhu » – qui est la Vérité regroupante nominale –) déterminé par la Miséricorde absolue, la Toute-Miséricorde, le Très-Miséricordieux, qu’a lieu la « descente », la révélation de cette sourate. Le « Basmalah » prend un sens particulier en se rattachant à cet acte demandé à accomplir dans cette sourate (« Dis : « Je cherche… » »), en se plaçant du point de vue de l’apparition du Vouloir Absolu, de l’hégémonie de l’Autorité du Seigneur, du Souverain et de la Divinité, et la disparition de toute velléité du « moi », qui se laisse facilement influencée par des « suggestions » intérieures des djinns ou des hommes.

Le sens visé du « Basmalah » de cette sourate est de se placer sous l’Autorité divine contre les insinuations voilées au sein des poitrines.

قُلْ « Qul : »   

Dieu Tout-Puissant commence cette sourate par ce mot « Qul », comme c’est le cas dans beaucoup d’autres versets du Coran. Ce mot fait partie de la sourate. Il n’est pas un mot précédent les Propos de Dieu.

Il est un ordre apparemment adressé à Son Messager, le Prophète Mohammed(s). Quel ordre lui(s) aurait été donné ? De faire ce qui suit ? ou de mettre en évidence, de faire connaître aux gens ce qui suit, dans la mesure où le Prophète Mohammed(s) est un exemple à suivre pour sa communauté ?

Autre question : est-ce que Dieu s’adresse uniquement à Son Prophète(s) comme cela est le cas dans certains versets comme {Dis : « Je suis en fait un être humain comme vous. »}(110/18 La Caverne), ou s’adresse-t-Il à toute personne par l’intermédiaire de Son Prophète(s) ?

Revenons sur le contenu de ce qui suit. En ce qui concerne le Prophète Mohammed(s), il(s) est la plus grandiose et la plus parfaite des personnes, la plus sincère vis-à-vis de son Seigneur. Aussi, les « suggestions » de « celui qui suggère de façon voilée » qu’il soit des djinns ou des hommes n’ont-elles aucune prise sur lui(s) (résultat du degré élevé de sa lutte personnelle (jihâd an-nafs) qui l’a fait atteindre cette infaillibilité de son propre choix, avec l’Aide de Dieu). Il n’y a pas lieu de demander au Prophète de rechercher refuge auprès de Dieu, de façon spécifique en de telles circonstances. Ce qui serait sous-entendre qu’Iblis aurait une voie d’accès à lui.

D’autant que pour le Prophète(s), la demande de l’Aide et de la Protection de Dieu est permanente, signe et confirmation de son infaillibilité, de sa perfection, de son élévation et de sa proximité auprès de Dieu.

Ainsi, dans cette sourate, Dieu, à travers son Prophète(s), s’adresserait à toute personne douée de raison, vigilante aux dangers qui l’entourent, pour qu’elle recherche refuge auprès de Lui (Dieu) contre tout mal de « celui qui suggère » des djinns et des hommes. Comme si Dieu Tout-Puissant disait à Son Prophète : « Tu dois insister et confirmer cette vérité dans l’esprit, le cœur des gens, en conservant les Propos divins qui auront des effets dans leurs poitrines. » Et il(s) devait le faire à voix haute de sorte que tous puissent l’entendre, de façon la plus claire et la plus évidente.

Ainsi, l’ordre adressé au Prophète Mohammed(s) l’est en fait pour nous tous. Selon une belle forme rhétorique, Dieu nous appelle à suivre cet ordre de nous référer toujours à Lui, – notamment quand « celui qui suggère » vient faire des suggestions/insinuations voilées dans les poitrines. Et de le faire, non pas seulement au niveau de la langue, de la répétition des paroles, mais surtout au niveau des organes, des actes, de la pratique, et cela pour atteindre Dieu, Sa Satisfaction, se parer des perfections et éviter les déviations.

أَعُوذُ بِ  ...مِنْ  « a‘ûdhu bi… min »

Quand une personne cherche refuge auprès de quelqu’un ou de quelque chose, contre quelque chose ou quelqu’un, c’est qu’il y a quelque chose qui lui fait peur et devant laquelle il se sent impuissant, dont il sent le besoin de se protéger. Alors, cette personne cherche un refuge auprès de quelqu’un ou de quelque chose qui est fort, qui a les moyens de la protéger contre ce dont elle a peur.

Dieu Tout-Puissant veut de nous plusieurs choses :

1-que l’on soit sur nos gardes face à ces « suggestions » qui sont en réalité un mal, que l’on ne les minimise pas ou que l’on ne néglige pas leur véritable nature ;

2-que l’on ait ce sentiment de peur, d’impuissance et de besoin

3-pour que l’on soit à la recherche de la Puissance réelle, de la Force réelle, de la Suffisance (le Riche en soi) pour aller s’y réfugier

4-et que cette demande de protection – demandée au début dans le cas du mal d’une « suggestion » ou d’une créature, c’est-à-dire au début dans des situations précises mais réelles – devienne permanente jusqu’à la fin, en toute sincérité.

Ainsi, cette demande de refuge apparaît être un moyen pédagogique pour amener l’homme à s’éduquer, à se corriger, à se purifier en faisant appel à la Protection de Dieu, et par la suite lui faire atteindre la Perfection et la Satisfaction divine.

POURQUOI LA DEMANDE A LA 1ère PERSONNE DU SINGULIER ?

{Dis : « Je demande le refuge..}

Peut-être pour que la personne se sente directement concernée à l’exclusion des autres, même si tout le monde peut être touché par ce même mal, pour que, d’une part elle ne se sente pas forte, invincible, du fait de se trouver dans un groupe, et d’autre part qu’elle reporte le problème sur les autres, ne se sentant pas directement concernée (« cela ne touche que les autres »). Un rappel qu’au Jour du Jugement, chacun sera tout seul.

En employant  le style direct, à la 1ère personne du singulier, la personne se sent obligatoirement concernée et visée par ce mal et donc se sent directement dans le besoin. Il lui est alors proposé un moyen de s’en sortir en cherchant refuge auprès du Tout-Puissant, il n’y a pas de plus Puissant que Lui

Cette implication est nécessaire pour sensibiliser et mobiliser la personne parce que le danger de ces « suggestions/insinuations maléfiques » (qu’elles soient des djinns ou des hommes) est souvent minimisé du fait de son caractère voilé. La plupart du temps, la personne ne s’en rend pas compte et peut même les considérer comme familières voire même y ressentir du plaisir, surtout si ces « suggestions » correspondent à ses désirs, ses passions, ses rêves (matériels). Cela nécessite une attention supplémentaire pour se rendre compte du danger et y faire face.

www.lumieres-spirituelles.net     No26  - Rajab  1432 – Juin 2011

Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)