1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 190 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Sayyed Mahdi Bahar al-‘Ulûm et les voisins


Sayyed Mahdi Bahar al-‘Ulûm et les voisins

« J’étais en train de dîner quand arriva le serviteur de Sayyed Mahdî Bihar-al-‘Ulûmqui me demanda de me rendre chez son maître tout de suite, disant qu’il avait placé le dîner devant lui et qu’il m’attendait. Sans prendre le temps d’achever mon repas, je m’y rendis. Dès qu’il m’aperçut, il me dit dans un ton trahissant sa colère : « Sayyed Jawâd ! Ne crains-tu point Dieu ? N’as-tu pas honte devant Lui ? ». Je fus surpris par ses paroles. Qu’était-il arrivé pour qu’il me parlât ainsi. C’était la première qu’il me blâmait de la sorte. « Mon maître, peux-tu me dire ce que j’ai fait ? » Il me répondit : « Cela fait sept jours que ton voisin untel et sa famille sont dépourvus de blé et de riz et qu’ils vivent de dattes achetées à crédit chez l’épicier. Maintenant qu’ils ont fini les dattes, il est retourné aujourd’hui chez l’épicier qui lui a dit avant même qu’il n’ouvre la bouche : « Tes dettes sont élevées. » Il n’a pas osé redemander des dattes à crédit et il est rentré chez lui les mains vides. Ce soir, ils n’ont rien à manger. »

« Par Dieu ! Je te jure que je n’étais pas au courant ! lui répondis-je. Si je l’avais su, j’aurais subvenu à ses besoins. »

« C’est ça le problème ! Comment es-tu resté dans l’ignorance de la situation de ton voisin ? Comment sept jours ont pu passer sans que tu ne t’en rendes compte ? Si tu t’étais abstenu de subvenir aux besoins de ton voisin, en connaissant son dénuement, tu ne serais pas un musulman mais un incroyant ! Va maintenant chez lui avec mon serviteur qui t’aidera à porter ce grand plateau et qui se retirera dès que tu arriveras devant la porte de ton voisin. Frappe à sa porte et prie-le de partager ce repas avec lui. Prends cet argent et glisse-le sous le matelas ou la natte de sa maison. Ne le ramène pas. Présente-lui tes excuses d’avoir manqué à tes devoirs envers lui, en tant que voisin. Laisse le plateau là-bas et reviens chez moi. Je ne dînerai pas tant que tu ne seras pas de retour pour me rapporter des nouvelles de ce croyant

Je fis ce qu’il m’avait demandé. Le serviteur s’en alla et je frappai à la porte du voisin. Comme j’insistai, le voisin en question accepta cette invitation et commença à manger. Il trouva le repas délicieux. Il n’avait jamais mangé de tels mets. Il s’arrêta de manger et me dit : « Ces plats ne viennent pas de chez toi ! Je n’y toucherai pas tant que tu ne m’auras pas dit d’où ils proviennent. »

Je lui dis : « Mange donc ! Ne te soucie pas, ces plats sont licites ! Que t’importe de savoir où ces plats ont été préparés ! » Mais l’homme n’y consentit pas et je dus tout lui raconter. Lorsqu’il entendit mon récit, l’homme me regarda avec surprise : « Mais je n’en ai parlé à personne ! Je n’ai pas parlé de ma situation, même à mes plus proches voisins ! Comment Sayyed Bihar al-‘Ulûm en a-t-il été informé ? »  En effet, comment l’avait-il su ?!

Raconté par Sayyed Jawâd al-‘Amolî  Tirée de  Qussas al-Abrâr  de Shahîd Motaharî, N°86 pp156-157

www.lumieres-spirituelles.net     No28  - Ramadan  1432 – Août 2011


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)