1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 280 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le monde ici-bas


Le monde ici-bas

C’est que la vie en ce monde est la limite extrême de la vue de l’aveugle ! 

Il ne voit rien de ce qu’il y a derrière elle.

Alors que le regard du clairvoyant la transperce

Et il sait que la demeure est derrière elle.

 du Prince des croyants(p) in Nahjah al-Balâgha, Sermon n°133

وَإِنَّمَا الدُّنْيَا مُنْتَهَى بَصَرِ الاَْعْمَى، لاَ يُبْصِرُ مِمَّا وَرَاءَهَا شَيئاً،

Innamâ ad-dunyâ muntahâ basari-l-a‘mâ, lâ yubsiru mimmâ warâ’ahâ shay’ann

C’est que la vie en ce monde est la limite extrême de la vue de l’aveugle, il ne voit rien de ce qu’il y a derrière elle.

 

wa innamâ : « inna » + «  » = pour marquerl’exclusivité  = plutôt, mais, c’est que

ad-dunyâ : nom tiré du verbe  « danâ » (être proche, près, bas, au plus bas) = le monde ici-bas

muntahâ : nom tiré de la 8ème forme dérivée du verbe « nahâ » (la demande d’abandonner qqch) = fin terme, dernière extrémité

basari : nom d’action du verbe « basara » (voir clair, comprendre) = vue, regard

al-a‘mâ : de « ‘amâ » (être privé du regard de l’œil ou du cœur) = l’aveugle

yubsiru : 4ème forme dérivée du verbe « basara » = 

mimmâ : = « min » (préposition partitive) + «  » relatif indéfini = de ce que

warâ’ahâ : = derrière + le pronom suffixe «  » renvoyant à la vie en ce monde

وَالْبَصِيرُ يَنْفُذُهَا  بَصَرُهُ، وَيَعْلَمُ أَنَّ الدَّارَ وَرَاءَهَا،

Wa-l-basîru yanfudhuhâ basaruhu wa ya‘lamu anna ad-dâra warâ’ahâ

Alors que pour le clairvoyant, son regard la transperce et il sait que la demeure est derrière elle.

 

Al-basîru :  participe actif de « basara » = le clairvoyant

yanfudhuhâ : de « nafadha » = pénétrer, passer à travers, transpercer,  le sujet étant « basaruhu »  le regard du clairvoyant et le pronom suffixe «  » renvoyant à « ad-dunyâ » (le monde ici-bas)

ya‘lamu an : verbe « ‘alima » au présent 3ème p.m.s. renvoyant au « clairvoyant » = il sait que

ad-dâra : = la demeure, avec un « a » à la fin parce que précédée par  « anna »

warâ’ahâ : = derrière + le pronom suffixe «  » renvoyant à « ad-dunyâ » (le monde ici-bas)

L’aveugle (du cœur) ne voit pas plus loin que la vie en ce monde et ne voit pas l’Au-delà. Aussi passe-t-il tout son temps préoccupé par ce monde ici-bas, alors que le clairvoyant voit derrière ce monde et sait que c’est là sa vraie demeure pour laquelle il doit se préparer en ce monde. Le Prince des croyants dit par ailleurs : «  Le monde d’ici-bas éclaire celui qui regarde par lui et aveugle celui qui le regarde. »

www.lumieres-spirituelles.net     No30  - Dhû al-Qa‘adeh  1432 – Octobre 2011

Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)