1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 475 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Les affres dans la tombe à cause de dettes non remboursées


Les affres dans la tombe

à cause de dettes non remboursées

J’avais établi des liens de fraternité avec un ami, le jour d’al-Ghadîr Khum. Il s’appelait Hâdî Karbalâ’î. Il avait un commerce au marché de Mashhed. Chaque fois que je me rendais au marché, je lui rendais visite et m’asseyais dans sa boutique. J’aimais discuter avec lui des choses de ce monde et de l’Au-delà, car il était un homme pratiquant, pieux et vertueux.

Un été qu’il faisait très chaud à Mashhed, je quittai la ville pour le passer dans un endroit plus frais. A mon retour, la première chose que je fis, fut de rendre visite à mon ami au marché de Mashhed. Je trouvai sa boutique fermée. Je demandai après lui dans les boutiques attenantes. On me répondit qu’il avait rendu l’âme. J’en fus très affecté parce que je l’affectionnais beaucoup.

Je demandai à Dieu de me faciliter sa vision durant le sommeil, pour m’assurer de son sort dans l’Au-delà.

Cette nuit, ou plutôt peu avant l’aube, je fis un rêve : des langues de feu montaient du ciel ; un feu immense, flamboyant, très ardent. Des cris de gens s’élevaient. La peur et l’épouvante s’étaient emparés d’eux. Quelqu’un dit : « Le jour du Jugement est venu ! » Sa voix était audible mais sa forme n’était pas visible.

Tout d’un coup, je me trouvai dans un désert..(…)

Je marchais quand je vis un homme à terre que des [Anges] avaient mis à terre un homme et dont ils frappaient la tête avec des gourdins de fer…

Je passai à côté de cette personne couchée à terre. Je vis que c’était Hâdî al-Karbalâ’î. Blême, sous les rayons d’un soleil brûlant, il ne pouvait pas bouger.

Je m’assis à côté de lui et lui dis : « Hâdî ! Lève-toi pour que nous allions dans un endroit où nous pouvons bénéficier de l’intercession. Car il n’y a pour nous de salut que dans l’intercession des Infaillibles(p) ! »

Il me répondit : « Je ne peux pas bouger. La raison en est que je dois à la fille d’une personne (et il me les nomma (la fille et le père) de l’argent que je n’ai pas pu rembourser. Elle n’est pas contente de moi. Aaah ! Il n’y a pas de salut de cet état pour moi que dans (son pardon) et sa satisfaction (de moi). »

Je ne connaissais nullement cette fille ni sa famille, et n’étais pas au courant de la dette que Hâdî avait contractée avec ces gens. Le lendemain, je me rendis à la maison du beau-père de Hâdî al-Karbalâ’î. Je lui racontai mon rêve que je considérais comme véridique et leur donnai le nom de la fille.

Le beau-père dit : « Oui ! Mon gendre a emprunté de l’argent à la fille de nos voisins qui n’est pas du tout contente. »

Le lendemain, ils se rendirent chez leurs voisins et se mirent d’accord sur une solution qui leur parut satisfaisante. Ils lui pardonnèrent et furent contents.

Puis, ils m’informèrent que l’ordre avait été réglé. Je fus rassuré sur son sort.

 J’aurais aimé le revoir une seconde fois en rêve. Mais je n’eus pas cette chance. Seulement, je reçus comme une assurance, une tranquillité dans mon cœur qui me donnait la certitude que ses tourments étaient finis. 

www.lumieres-spirituelles.net     No35  - Rabî‘II 1433 – Fev.-Mars 2012


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)