1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 402 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Sourate al-Falaq (la fission) CXIII (2)


Sourate al-Falaq  (la fission) CXIII  (2)

بسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ

Bi-smi-Allâhi ar-Rahmâni ar-Rahîmi,

Par [la grâce du] Nom de Dieu, le Tout-Miséricordieux, le Très-Miséricordieux,

قُلْ أَعُوذُ بِرَبِّ الْفَلَقِ (١)

Qul : a‘ûdhu bi-rabbi-l-falaqi,

Dis : « Je cherche refuge auprès du Seigneur de la fission (1)

مِنْ شَرِّ مَا خَلَقَ (٢)

min sharri mâ khalaqa

contre le mal de ce qu’Il a créé, (2)

وَمِنْ شَرِّ غَاسِقٍ إِذَا وَقَبَ (٣)

min sharri ghâsiqinn idhâ waqaba

contre le mal de l’obscurité quand elle s’approfondit, (3)

Après la demande de protection auprès de Dieu en tant qu’Il est le « Seigneur de la fission », vient la détermination de ce contre quoi la demande de protection auprès de Dieu est nécessaire.

مِنْ شَرِّ مَا خَلَقَ (٢)« min sharri mâ khalaqa »   

« sharr » : le contraire de bien : le mal quel qu’il soit, matériel ou moral, de façon absolue, comme les déviations, l’égarement, l’obscurité extérieure et celle qui enveloppe le cœur, en opposition à la lumière (matérielle et spirituelle) et la guidance.

Nous renvoyons le lecteur aux N°30 et 31 (les cinquième et sixième articles de l’interprétation de la sourate an-Nâs) pour prendre connaissance la conception du mal selon l’Islam et le sens de sa création.   

 «  » : pronom relatif indéfini invariable renvoyant de préférence à des choses mais pouvant tout inclure = « ce que » de façon absolue, complément d’objet direct du verbe qui suit « khalaqa ».

 « khalaqa » : créer (ne se dit que pour Dieu) Dieu est le Créateur non à partir de quelque chose.

Reprenons..(en nous aidant de l’interprétation de cette sourate de Sayyed TabâTabâ’i dans « al-Mîzan », et de celles de sheikh Makârem Shîrâzî dans al-Amthâl, et sayyed Hassan al-Mustafawî dans son « Tahqîq fî kalimât al-Qurân al-karîm».)

مِنْ شَرِّ مَا خَلَقَ (٢)« min sharri mâ khalaqa »   

Ce qui est visé dans ce verset est la demande de la Protection de Dieu contre tout mal quel qu’il soit qui est apparu dans la création, qu’il provienne des hommes, des djinns, des animaux, même de la nature (les catastrophes « naturelles »), de l’âme instigatrice du mal, ou de l’ensemble de la création.

Dans tout, il y a un « mal » en tant que « manque », « défaut ».

Cela ne veut pas dire que la création divine contient en soi du mal parce que la création est une mise à l’Existence (al-îjâd) et la mise à l’Existence est un Bien pur. {Celui qui a fait de la meilleure façon toute chose qu’Il a créée.} (7/32 La Prosternation)

Le mal est attribué aux créatures quand elles dévient des règles de la création et s’écartent de la voie qui leur est déterminée. Par exemple, les crocs des animaux sont un moyen de défense qui sont habituellement utilisés contre un ennemi, comme les armes pour les êtres humains. S’ils (ou elles) sont utilisés contre un ami par exemple, ils deviennent un mal. Le mal n’existe pas en soi, mais ce que nous appelons « mal » vient de l’utilisation des choses créées déficientes.

Parfois des choses sont considérées comme un mal, quand on se place sur un point de vue limité dans le temps et dans l’espace ou en ne prenant qu’un seul aspect de la question, alors qu’elles sont en leur intérieur un très grand bien. Comme les catastrophes ou les épreuves qui époussètent l’individu de la poussière de la négligence/insouciance (ghaflah) et le poussent à se tourner vers Dieu. Cela fait partie de la fonction du mal : le Retour à Dieu.

 

Nous avions vu, lors de l’étude de la sourate an-Nâs, que l’ensemble des perfections proviennent de la Beauté du Beau Absolu et la manifestation de la Lumière Sainte revient à la Perfection Absolue. Quant aux autres êtres, ils sont rien en eux-mêmes, ils sont la pauvreté pure, le néant absolu. Ainsi l’ensemble des perfections proviennent de l’Existence et reviennent à Elle, toute émanation qui est l’ombre du Beau Parfait est beau de façon absolue, est une beauté complète, une perfection complète, parce qu’Il est Beau en Son Essence, en Ses Attributs, en Ses Actes.  Le « placement » et la « mise à l’existence » ne reviennent qu’à l’existence, ne concernent qu’elle.

Nous avions vu aussi que l’ensemble des maux, la mort, les maladies, les catastrophes, les animaux nuisibles, etc. les souffrances dans ce monde matériel, naturel proviennent des antagonismes et des chocs qui arrivent entre les existants. Ces oppositions, qui ne proviennent pas de l’aspect existentiel des existants, mais de leur côté du manque et de l’étroitesse de ce monde où ils se trouvent, reviennent à la limitation et aux manques extérieurs au cadre de la lumière du « placement ». Elles n’ont pas d’existence en elles-mêmes. Si le principe du monde matériel ne se réalisait pas ni le « placement » (au niveau) de l’existence du monde de la nature, il n’y aurait pas de manque ni de mal.

En résumé, ce qui est créé, « placé en soi » est à Dieu (qu’Il soit Glorifié) et il est le Bien et la Perfection ; la pénétration des maux, des nocivités et autres dans le Décret divin vient par suite, en étant « trainé/tiré ». Le verset suivant dans le noble Coran: {Tout bien qui t’atteint vient de Dieu et tout mal qui t’atteint provient de toi-même.}(79/4 Les Femmes) indique le premier niveau – l’Existence est l’origine de tout Bien, de toute Perfection – et le verset suivant : {Tout est de Dieu.}(78/4 Les Femmes) indique le second niveau – placé en soi, et les maux, les manques placés en contingence, par « accident » –.

De nombreuses indications sont données sur ces deux considérations dans les nobles versets et les propos rapportés des membres de la famille infaillibles(p), notamment ce propos rapporté : « J’ai créé la création et j’ai créé le mal. » (‘Arba‘în Hadîthan de l’imam al-Khomeynî(qs), le 39e Hadith pp715-717)

Ainsi, dans ce verset, on demande la Protection auprès de Dieu contre tout mal de ce que Dieu a créé, quel qu’il soit, de façon absolue.

Les versets suivants vont spécifier le mal dont il s’agit, résultat des actes et des mauvaises intentions des créatures qui ont des effets dans l’organisation de la vie et entrainent nécessairement une défaillance de l’ordre, apparemment ou de façon cachée.

Le choix de ces trois maux dans cette sourate de façon spécifique est sans doute un moyen utilisé pour mettre en évidence, attirer notre attention sur leur gravité et leur danger d’une façon ou d’une autre et nous mettre en garde contre eux, ou sur le fait qu’ils sont à l’origine de tous les autres maux..

www.lumieres-spirituelles.net     No38 - Rajab 1433 – Juin 2012


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)