1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 335 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Najaf (2)


Najaf(2)

Najaf, située à 150-160 km au Sud-Ouest de Bagdad, renferme le tombeau du Prince des croyants(p), le Légataire du Prophète Mohammed, l’égal de Haroun par rapport à Moussa, sauf qu’il n’y a plus de Prophète après le Prophète Mohammed(s).

Postés à la porte, nous attendons l’autorisation d’entrer chez cette personne gran-diose : « Ô mon Maître, nous autorises-tu à entrer ? Si nous n’en sommes pas dignes, toi tu l’es. » Une larme, une confirmation, un éclair de joie..

Si les murs de l’enceinte ont été rénovés en gardant leur sobriété et leur simplicité, l’intérieur a été somptueusement restauré. Nous sommes comme émerveillés par ces portes d’or incrusté de métaux précieux,  ces plafonds constellés de petits miroirs à multiples facettes reflétant à l’infini les effets de la lumière des lustres étincelants, ces murs recouverts de faïence à dominante bleue, reproduisant de nombreux versets coraniques finement calligraphiés.

La découverte de ces beautés en allant vers la tombe du Prince des croyants est comme un rappel des Beautés réelles infinies présentes dans l’Au-delà : « Sont perdants ceux qui nient la rencontre de Dieu » alors que « pour ceux qui craignent Dieu, la Demeure de l’Au-delà est meilleure, si seulement vous réfléchissez. » Certains préfèreraient peut-être l’intimité d’une simple tombe.. Cela ne change en rien la grandeur de l’Imam.

Nous nous approchons de la tombe, entraînés par la foule qui se bouscule pour toucher la cage du tombeau, dressé au-dessus de sa  tombe véritable, en répétant : « Que la Paix soit sur toi, ô Prince des croyants ! Que la paix soit sur toi, ô Bien-aimé de Dieu ! Que la paix soit sur toi ô frère du Messager de Dieu ! »

Au contact de la tombe, les sanglots font place à la récitation de la ziyârat. « Je suis venu à toi, reconnaissant ton Imamat, te prêtant allégeance, m’engageant à t’obéir en tant que tu es le successeur du Prophète et Argument de Dieu ! Je suis venu à toi pour demander ton intercession auprès de Dieu pour qu’Il m’épargne les feux de l’Enfer ! » et s’ensuit une série de demandes personnelles ou demandes pour d’autres…

Certains frottent un morceau de tissu sur les parois du tombeau pour emmener un peu des bénédictions de ces lieux et les transmettre à ceux qui n’ont pas pu venir, d’autres jettent un vêtement au-dessus du tombeau pour la guérison d’un malade, d’autres nouent un petit morceau de tissu vert pour l’exaucement d’un vœu.                            

Après avoir fini la lecture de la ziyârat, nous nous éloignons un peu pour prier deux raka‘ats en l’honneur de l’Imam ‘Alî(p) et aussi deux fois deux autres raka‘ats pour le Prophète Adam(p) et le Prophète Nûh(p) enterrés au même endroit. Puis nous lisons l’invocation qui suit. « Mon Dieu, ce que Tu as décrété pour nous comme Décret ou que Tu as mesuré pour nous comme Mesure, donne-le-nous avec une patience qui le subjugue et l’anéantit… »

Nous restons ainsi à contempler sa tombe, à méditer sur les paroles de l’invocation, nous imprégnant de cette ambiance spirituelle inhabituelle, des effusions des Bénédictions se répandant de la tombe de l’Imam, du renforcement de notre foi et de notre détermination, du sentiment de puissance et de gloire.

Nous sortons du sanctuaire renforcés, rassérénés, sereins, les soucis soulagés, heureux d’une joie intérieure, au-delà des épreuves de ce monde, malgré la tristesse de son martyre, invincibles, puissants.

C’est ‘Alî, le bras droit du Prophète(s), son Légataire, son Frère !

www.lumieres-spirituelles.net     No38 - Rajab 1433 – Juin 2012


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)