1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 338 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

La « Soft War » (la «guerre douce») dernière guerre mondiale ? (1)


La « Soft War » (la «guerre douce») dernière guerre mondiale ? (1)

La « soft war » (traduit littéralement par la « douce guerre », est le nom de ce que certains qualifient de « 4e guerre mondiale »), subtile jeu de mots avec « software » qui désigne les programmes logiciels, la programmation, les moyens d’utilisation en opposition à « hardware » qui désigne les éléments matériels du système informatique. De même, la «guerre douce » est employée en opposition à la « guerre dure » qui emploie des armes (artillerie, bombes..) pour détruire matériellement. Voici une première approche globale de la question.

La principale caractéristique de ces vingt dernières années est le développement de cette technologie informatique, téléphonique et numérique qui rend tout accessible à chacun dans le monde entier. Et la lutte pour l’hégémonie n’a pas tardé à apparaître aussi dans ce domaine.

Elle a commencé avec la radio puis la télévision qui a permis l’entrée de la propagande des puissances dominantes dans tous les foyers en présentant une image attrayante de la vie et du monde, en diffusant des valeurs, des informations (et des fausses) dans le monde entier en un espace de temps très réduit. Ce fut le début de ce qui fut appelé la « culture de masse ». Cependant, elle restait tributaire des moyens technologiques, de la présence de journalistes sur le terrain et des contraintes idéologiques, politiques locales..

Avec l’informatique et les autres technologies de pointe, c’est tout le monde qui est touché directement et individuellement. « Démocratisation » ou « manipulation » au niveau mondial ? La course pour le contrôle s’est développée tant sur les plans économique, financier, technique que sur les plans politique, idéologique et médiatique.

On peut distinguer trois principaux niveaux d’intervention :

-celui des satellites dans le ciel qui permettent le contrôle de ce qui se passe sur terre tant au niveau de la récolte de l’information (espionnage) que de sa diffusion (brouillage ou interdiction de diffusion de certaines chaînes de télévision comme celle décrétée aujourd’hui contre les chaînes de télévision publiques et privées syriennes (Syria TV, Al-Ekbariya, Ad-Dounia, Cham TV..) ;

-celui des programmations et des « virus » glissés dans les programmes « ennemis » ou « concurrents » pour les piller ou les détruire, comme « Stuxnet » et maintenant « Flame », sans oublier de mentionner d’autres initiatives telles que « Anonymous » et « Wikileaks » (la cyberguerre) ;

-celui des individus qui se connectent sur internet : création de réseaux sociaux virtuels (comme Facebook et Twitter et autres..), réseaux d’information et de mobilisation beaucoup plus rapides, plus influents (touchant plus l’affectif que la raison), plus personnels et en même temps moins crédibles. N’importe qui peut mettre n’importe quoi, ou presque. Chacun peut faire son petit montage et le mettre sur la toile. Comment savoir si c’est vrai ?

Cette intervention directe, individuelle à l’échelle mondiale, donne une autre dimension à cette guerre de « persuasion, silencieuse, sournoise » qui touche l’intérieur de l’individu, son identité, sa raison, son âme, sensible à tout ce qui peut la flatter, insouciante.

Ce que les bombes n’ont pu détruire, comme en Iran et au Liban, cette « arme douce » tente de le faire. A ce dernier niveau :

*il y a d’abord, la guerre de l’information (récolte et diffusion) qui a toujours existé, qui prend une autre ampleur avec la diffusion sur le web de vidéos d’amateurs ou de professionnels, créées (ou non) de toute pièce dans un studio, dont on ne vérifie même pas la source, puis reprises par les grands journaux télévisés et de la presse écrite pour leur donner une crédibilité, quitte à publier des années après un démenti, subterfuge d’objectivité pour garder une aura de crédibilité. On l’a vu en Irak, en Libye et maintenant en Syrie. Ces vidéos excitent l’affectivité, les passions aux dépens de la raison. Elles revêtent le faux d’une voile de vrai. Elles incitent à la répulsion et à la vengeance, poussent au massacre. Cette guerre, « douce » par ses moyens, meurtrière par ses effets, peut provoquer des guerres confessionnelles entre Chrétiens/Musulmans ou entre Musulmans (notamment entre Sunnites et Shiites), des massacres.

Dieu, dans Son noble Livre, ne met-Il pas en garde contre une telle situation quand Il dit : {Ô vous qui croyez, si un dévergondé (fâsiq) vous apporte une nouvelle (ou une information), rendez-la claire, évidente [c’est-à-dire vérifiez-la] [de crainte] que par ignorance vous portiez atteinte à des gens et que vous ne regrettiez par la suite.} (6/49 Les Appartements (al-Hujurât))

Ce verset fait allusion à un « débauché » c’est-à- dire à un Musulman qui fait des péchés. Alors que dire quand la nouvelle vient d’un incroyant qui, de plus, affiche ouvertement son hostilité à l’Islam ?!

 

*Mais, la « softwar » ne s’arrête pas là. Elle intervient au niveau des valeurs, de la morale, des croyances. Elle s’efforce d’affecter les pensées des gens, (par exemple en suggérant de faux-problèmes, en donnant des mots d’ordre d’apparence juste mais faux dans le  fond), d’insinuer d’autres valeurs et de changer les modèles de comportement, de détourner les gens de leurs principes fondamentaux sans qu’ils ne s’en rendent compte, enfin de s’attaquer à leurs volontés.. N’est-ce pas cela le rôle du Shaytân à propos duquel Dieu disait aux hommes qu’il est un {ennemi évident. Alors prenez-le pour ennemi}(6/35 Fâter) ? Peut-être arriviez-vous à interdire certains programmes de télévision à vos enfants, mais pouvez-vous savoir ce que regarde votre fils sur son ordinateur ? ou avec qui votre fille correspond ?

Le  Messager de Dieu(s) avait mis en garde ses compagnons contre une telle situation :

« Que deviendrez-vous quand vos femmes seront corrompues, que vos jeunes gens seront débauchés et qu’ils n’ordonneront pas le convenable et n’interdiront pas le blâmable ?

-Il en sera ainsi, ô Messager de Dieu ?

-Oui et pire que cela ! Que deviendrez-vous quand vous ordonnerez le blâmable et vous interdirez le convenable ?

-Il en sera ainsi, ô Messager de Dieu ?

-Oui et pire que cela ! Que deviendrez-vous quand vous verrez le convenable blâmable et le blâmable convenable ? »(in Usûl al-Kâfî vol.5 p59 H14)

Au début de l’introduction de la publicité dans les médias au milieu du siècle dernier, on parla de « persuasion clandestine », quand, lors d’une étude de marché, les chercheurs se rendirent compte que les gens avaient choisi telle marque plutôt qu’une autre sous l’effet de l’influence inconsciente d’une publicité et non pas pour des raisons argumentées. Et depuis, les moyens se sont beaucoup développés.

Cette situation exige beaucoup plus de vigilance d’autant que ces moyens de communication développés peuvent aussi être utilisés de façon positive. Elle nécessite plus que jamais de fonder les activités sur la sagesse et la raison, et ne pas se laisser entrainer par les faiblesses de l’âme et les insinuations du shaytân.

Pour cela, le Prophète a indiqué deux points fondamentaux en plus de chercher refuge auprès de Dieu {contre le mal de celui qui suggère, le furtif qui suggère dans les poitrines des gens, des djinns et des gens.}(4-6/114 Les Gens):

1-vérifier l’information, être sûr de sa source et de sa véracité : qu’elle soit évidente ;

2-ne pas abandonner l’ordonnance du convenable et l’interdiction du blâmable.

•Facebook permet de retrouver d’anciennes relations par la simple saisie d’un nom et d’un prénom et de les ajouter aux contacts. Il introduit dans un réseau social dans lequel il y a la possibilité de voir une multitude de vidéos, de photos etc… sans même aller voir la source…

•Twitter, par son échange de bribes de conversations simples et de liens en tous genres, donne accès à un monde social insoupçonné. Il est une véritable plateforme de partage d’infos en tout genre. C’est l’instantané et le débat, le média des médias, mais aussi le ring des égos où le « moi » a tendance à s’étaler sans pudeur..

www.lumieres-spirituelles.net     No39 – Sha'ban 1433 – juin-Juillet 2012

Articles précédents:

1440 (2018-2019)

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)