1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 409 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

La grenade (rummân)


La grenade (rummân)

(fruit du Paradis)

Elle est citée dans le Coran comme exemple des Bienfaits que Dieu a créés sur terre : {Et aussi des jardins de vignes, d’oliviers et de grenadiers, semblables ou différents les uns des autres. Regardez leurs fruits lorsqu’ils fructifient et mûrissent. Il y a bien là des signes pour des gens qui croient.}(1)

 

La grenadeest un des cinq fruits du Paradis en ce monde avec la pomme, le coing, le raisin et la datte fraîche.(2): « Il n’y a pas de grenade qui n’ait pas un grain du Paradis. J’aime ne rien laisser d’elle. »(3)

« La grenade est le maître des fruits. » disait le Messager de Dieu(s)   et l’Imam as-Sadeq(p) : « Il y a 120 sortes de fruits et à leur tête la grenade. »(4)  Le Prophète(s) et les Imams aimaient en manger, en Iraq ou ailleurs, la nuit ou le jour du vendredi ou à d’autres moments(5) et louaient ses bienfaits.

« Vous devez manger de la grenade. Aucun affamé n’en mange qu’il ne soit rassasié, ni un rassasié qui ne soit soulagé. »(6) « Deux bonnes choses n’entrent pas à l’intérieur de l’individu en mauvaise santé qu’elles ne le réforment : la grenade et l’eau tiède. »(7)

« Mangez de la grenade de sa pulpe car elle tanne le ventre»(8) « guérit le gonflement, fait digérer la nourriture et elle glorifie[Dieu] à l’intérieur. »(9)

« J’entrai chez le Prince des croyants(p) qui avait dans sa main la moitié d’une grenade. Il(p) la cassa et m’en donna un bout en disant : « Mange-la avec sa peau (il veut dire sa pulpe) car elle fait partir la carie et la mauvaise haleine, et bonifie l’haleine. »(10)

« 4 choses pondèrent le tempérament : la grenade « sourânî », la datte fraiche, la violette et la chicorée. »(11)

« Donnez à manger à vos jeunes hommes de la grenade car elle accélère leur maturité (ou leur langue). »(12)

« Mange de la grenade sucrée après al-Hujâma car elle calme le sang et le purifie dans son intérieur. »(13)

« Il n’y a pas de grain qui ne s’installe dans l’estomac d’un Musulman (ou d’un croyant)qu’il ne l’illumine et ne repousse les insinuations du shaytân pendant 40 matins. »(14) et « qu’il n’ait disséminé un mal » et « augmente l’esprit. »(15)    Il est bien d’en manger en octobre. »(16)

La grenade renferme des quantités assez élevées de flavonoïdes et de potassium. Elle contient aussi des protéines et des glucides, des vitamines B1, B2, B3, B5, B6, C, du calcium, du cuivre, du phosphore, du zinc et du fer, un peu de fibres alimentaires. Elle est pauvre en sodium.

Aussi, la grenade présente-t-elle des propriétés antioxydantes, antipyrétiques, vermifuges. Elle permet de réduire la pression sanguine et est utilisée pour soigner les toux persistantes, les diarrhées, la colique.

La grenade douce ou sucrée tempère la constitution, réchauffe l’estomac et les reins et accroit les forces génératrices.

La grenade acide est astringente et diurétique ; elle refroidit les reins. Elle serait salutaire contre la peste et contre les maladies dues à l’infection de l’air.

(1)99/6 Les troupeaux – voir aussi 141/6 & 68/55   (2)de l’Imam as-Sâdeq(p), Wasâ’il ash-Shî‘at, vol.25 p145-146 – Bihâr, vol.63 p155 & 122 – Makârem al-Akhlâq p170 (3)du Messager de Dieu(s) Bihâr, vol.63 p155-p158    (4)Bihâr, vol.63 p155 & al-Kâfî, vol.6 p352  (5)Wasâ’il ash-Shî‘at, vol.25 p159 & vol.24 p418   (6)de l’Imam as-Sâdeq(p) al-Kâfî, vol.6 p352  (7)des Imams as-Sadeq(p) et d’ar-Ridâ(p) al-Kâfî, vol.6 p453  (8)le Prince des croyants(p), Makârem al-Akhlâq p170 & al-Kâfî, vol.6 p354 – Wasâ’il ash-Shî‘at vol.25 p157   (9)de l’Imam as-Sâdeq(p), Wasâ’il ash-Shî‘at, vol.25 p158    (10)Wasâ’il ash-Shî‘at, vol.25 p157  (11)de l’Imam as-Sâdeq(p) Bihâr, vol.59 p221 & vol.63 p210   (12)de l’Imam as-Sâdeq(p), Wasâ’il ash-Shî‘at vol.25 p155 et Makârem al-Akhlâq p171  (13)de l’Imam Hassan al-‘Askarî(p) Bihâr, vol.59 p123  (14)du Messager de Dieu(s) Bihâr, vol.63 p155 – du Prince des croyants(p) Makârem al-Akhlâq p170 – de l’Imam as-Sâdeq(p) Bihâr, vol.63 p163 – de l’Imam as-Sâdeq(p) Wasâ’il ash-Shî‘at vol.24 p419 & vol.25 p153 & al-Kâfî. vol.6 p354 – de l’Imam ar-Ridâ(p)  al-Kâfî, vol.6 p355 et p353 avec des variantes)    (15)de l’Imam as-Sâdeq(p) al-Kâfî. vol.6 p354 – Wasâ’il ash-Shî‘at vol.17 p121     (16)De l’Imam ar-Ridâ(p)    dans sa « Lettre dorée » Bihâr, vol.59 p313-314

www.lumieres-spirituelles.net     No42 Dhû al-Qa‘deh 1433 – Sept.-Octobre  2012


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)