1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 559 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le maqam de S. Khawla(p) à Ba‘lbeck au Liban sur la route de Shâm


Le maqam de S. Khawla(p), fille de l’Imam al-Hussein(p)

à Ba‘lbeck au Liban sur la route de Shâm

Sayyida Khawla(p) était la fille de l’Imam al-Hussein(p). Certains se demandent comment elle est arrivée dans cette région de Ba‘lbeck au Liban et pourquoi on trouve sa tombe en cet endroit.

Sayyida Khawla(p) avait accompagné son père l’Imam al-Hussein(p) à Karbalâ’ et après le martyre de son père(p)  avec ses compagnons et les membres de sa famille, elle s’était trouvée, avec sa tante sayyida Zeynab(p) et les autres femmes et enfants de la famille du Prophète Mohammed(s), entre les mains barbares des sbires de Yazîd. Le lendemain de ce tragique jour, ils furent tous emmenés captifs, dans une longue caravane, de Karbalâ’ à Kûfa puis de Kûfa à Shâm (l’actuelle ville de Damas), traversant de nombreuses régions désertiques.

A cette époque, pour éviter de longs trajets dans le désert, les caravanes prenaient les routes suivant les fleuves et les sources, pour assurer leur ravitaillement et abreuver leurs animaux. Ainsi, pour atteindre la ville de Shâm, ils empruntaient la route de Halep, Hamâ, Homs et passaient par les régions de la Beka‘a. Ces régions étaient connues pour leur verdure, leurs arbres fruitiers, leurs cours d’eau et leurs sources jaillissantes.

Il était donc normal que la caravane des captifs empruntent cette même route et fassent une halte à la fameuse source d’eau de Ba'lbeck (au cœur de la Beka‘a) appelée « Marjâ Ra’s al-‘Aîn », à côté d’un couvent connu sous le nom du « Couvent de la Vierge » et de la fameuse citadelle romaine de Ba‘lbeck. C’est ce que raconte le récit « Husseini ». La caravane s’arrêta à « Marjâ Ra’s al-‘Aîn » de Ba‘lbeck. La tête bénie de l’Imam al-Hussein(p) fut déposée à une des extrémités de la place, où se dresse, à l’heure actuelle, la « Mosquée de la tête de l’Imam al-Hussein(p) » pour commémorer cette tragédie.

Khawla, la fille de l’Imam al-Hussein(p) qui n’avait pas plus de trois ans, trouva la mort en cet endroit, épuisée par cette longue marche, affamée, assoiffée, affaiblie par les coups de fouet. Elle fut enterrée à l’autre extrémité de la place, non loin de la fameuse citadelle romaine.

L’Imam as-Sajjâd(p) planta une petite branche pour indiquer l’endroit où elle(p) fut enterrée. Depuis, cette petite branche est devenue un arbre âgé de près de 1400 ans. On dit que ses feuilles sont bénies et de nombreux miracles leur sont attribués. Certains disent que ce sont les bénédictions de ces feuilles qui attirèrent l’attention des habitants sur cette tombe. D’autres racontent que le propriétaire du jardin vit en rêve une splendide petite fille qui lui dit : « Je suis Khawla, la fille d’al-Hussein, enterrée dans ton jardin. » et elle indiqua l’endroit. Et, toujours dans le rêve, elle lui demanda d’intervenir pour détourner de sa tombe l’eau du ruisseau qui lui faisait du mal (indiquant par là que l’eau en cet endroit était fétide). L’homme n’y accorda pas d’importance. La répétition de ce rêve, une, deux, trois, quatre fois, le fit se hâter auprès du gouverneur de la ville de Ba‘lbeck, de la famille al-Murtada. Il lui raconta son rêve. Ils se rendirent tous à l’endroit indiqué et se mirent à creuser. Ils trouvèrent une tombe contenant le corps d’une petite fille encore intact, frais. Ils écartèrent les pierres situées autour, sortirent le corps béni, le déplacèrent et le déposèrent à l’abri du cours d’eau fétide. Ils construisirent dessus une petite coupole.

Il aura fallu attendre près de 200 ans pour que cet endroit devienne un lieu de visite pour tous les amoureux d’Ahle al-Beit(p). L’endroit devint connu et les visiteurs vinrent de plus en plus nombreux, surtout aux moments de ‘Ashûrâ’ et de ‘Arba‘în.

Au point qu’en l’endroit de ce petit sanctuaire intime, une grande et jolie mosquée avec deux minarets bleus, fut construite, richement décorée d’inscriptions coraniques. La modeste tombe fut recouverte d’une cage argentée ciselée d’or à laquelle s’accrochent les visiteurs pour demander l’intercession de sayyida Khawla(p). Une enceinte de verre fut construite autour de l’arbre et ses feuilles pour les protéger des mains importunes. Cette nouvelle mosquée accueille de nombreux pèlerins libanais, mais aussi syriens, iraniens, des pays du Golfe, qui s’y rendent à pied à l’exemple des Irakiens, pour rappeler, en ce quarantième jour de commémoration du martyre de l’Imam al-Hussein(p), les positions courageuses qu’avaient prises l’Imam ‘Alî fils de Hussein(p) et Sayyida Zeinab(p) face aux tyrans sanguinaires de cette époque.

www.lumieres-spirituelles.net     No45 – Safar 1434 – Déc.-Janvier 2013

Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)