1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 216 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Remarques et ajouts de lecteurs


1-Bismi Llah

Salam !

Je trouve que votre page sur la 'aqîqahtrop succincte.

J’aimerai donner plus de précisions pour pouvoir le faire correctement, surtout que c’est une tradition confirmée très recommandée.

Il est bien de le faire le 7ème jour après la naissance :

- Le mouton ou autre animal qui est sacrifié pour la 'aqîqâh doit avoir au moins six mois, il doit être le plus beau possible et sans défaut (cela peut être une femelle pour une fille mais un mâle est préférable). Donner un gigot à la sage-femme et donner un repas aux croyants avec le reste. Le père, la mère et les proches membres de la famille ou ceux qui vivent sous le même toit que l'enfant ne doivent pas manger de ce repas, de même pour les gens attachés à la maison comme les employés par exemple.

Si l'accoucheuse est la mère de la femme qui accouche, elle ne doit pas recevoir le gigot qu'il est de coutume de donner.

Sur le fait que les membres proches de la famille ne doivent pas manger du repas de naissance, peu d'explications sont données dans les hadiths. Il est seulement dit que ce sacrifice est la 'rançon' de l'enfant et qu'ainsi sa santé est en quelque sorte garantie.

Il est recommandé d'inviter pour ce repas au minimum dix personnes, il n'est pas question là de pauvres

spécialement, que ce soit des musulmans.

Que Dieu vous garde

Mariam

2-Avec l’aide du Tout-Puissant

J’ai lu votre article sur Rabbin Israël ben Eliezer ou Baal Shem Tov ou Besht dans le N°20 de votre revue. Chacun a sa manière d’écrire ou raconter. La difficulté vient de ce que tous les Chassidim se réclament du Baal Shem Tov, mais il y en a qui le récupèrent à leurs fins politiques qui ne sont pas conformes à la Loi et l’Esprit de la Thora.

Voici quelques remarques que je vous soumets :

-La photo que vous avez mise n’est pas celle de Baal Shem Tov mais celle de Baal haTanya. Je vous joins la sienne. [ci-contre]

-Je vous proposerai une réécriture de la phrase sur le «Moshiah» :

« En 1746, le Besht révéla à ses disciples que, lors d’une élévation spirituelle, le Moshiah (Messie) lui garantit « qu’il se dévoilera à l’humanité quand ses enseignements (la Hassidout) se seront répandus dans le monde entier » insistant sur l’importance de rester lié aux « Sources ».»

-Certains mots s’écrivent ainsi : l’humilité (shiflouss), l’embrasement de l’amour (hisslaavouss), l’union directe avec Dieu par la méditation mystique (dvekouss), « Ses enseignements furent repris dans les écrits de ses disciples annotés de leurs propres interprétations, comme ceux de « Toldot Yaacov Yossef», de « Shivchei Baal Shem Tov » et de «Sipourei Baal Shem Tov». [Ci-contre une autre illustration]

Soyez bénis,

Hadassah

www.lumieres-spirituelles.net     No47 – Rabî‘ II 1434 – Fév.-Mars 2013


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)