1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 289 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

La résurrection, un des piliers de l’Islam


La résurrection, un des piliers de l’Islam

Alors que personne ne doute de la mort, il existe des gens qui doutent qu’il y ait une vie après la mort, qui ne croient pas en la résurrection. Or la croyance en cette vérité est un des piliers des croyances de l’Islam et a des incidences fondamentales, déterminantes pour la compréhension de notre vie en ce monde.

C’est pourquoi, avant d’aborder les différentes étapes du « Jour du Dressement » (al-Qiyâmah), qui vient « après » al-Barzakh (le monde intermédiaire), nous allons nous efforcer de bien éclaircir cette notion et apporter des preuves solides pour ne laisser personne dans le doute.

Décrire les différents mondes par lesquels l’être humain passe après sa mort nous amènera à effectuer des détours dans le domaine du dogme (al-‘aqîdeh) et à faire des introductions qui nous permettront de mieux comprendre ce que représente réellement la résurrection (al-ma‘âd) et par suite, à mieux nous connaître.

Dans la déclaration de foi, nous attestons que Dieu est Un et que Mohammed est Son Messager. Cela pourrait suffire pour croire à la Résurrection dans la mesure où Dieu par l’intermédiaire de Son Messager nous le dit, comme pour la prière, le jeûne..

Le fait que la résurrection soit expressément nommée parmi les trois (ou cinq) piliers de l’Islam, indique que ce n’est pas que cela qui est demandé. La religion de l’Islam veut de nous quelque chose de plus. Elle veut que nous croyions en la résurrection comme un principe fondamental « indépendant », que nous y réfléchissions.

Le noble Coran pousse à la réflexion et donne des arguments pour prouver la résurrection alors qu’il n’en donne aucun pour le jeûne ou autre acte d’adoration, des preuves prenant source dans l’Unicité de Dieu ou dans d’autres Attributs divins, ou découlant de l’organisation du monde et de l’univers.

Cela ne veut pas dire qu’il s’agit de nier l’aspect « ta‘abudiyyah » de la question – c’est-à-dire croire en la résurrection du fait de notre croyance en Dieu et en Son Prophète puisqu’ils en parlent, comme un acte d’adoration au même titre que le jeûne ou la prière –. Mais le noble Coran veut que les gens pratiquent aussi la réflexion sur la résurrection. C’est pourquoi il parle de « croyance ». Il veut que l’on croit en l’Au-delà, à côté de notre croyance en un Dieu Unique, en Son Messager et en la Prophétie. Sinon, comment comprendre que mille quatre cents versets évoquent la Résurrection dans le noble Coran, alors qu’aucun autre sujet n’en comporte autant, tant cette question est importante.

Ainsi les versets coraniques parlent de la nécessité de croire en l’Au-delà. De même, il existe un grand nombre de propos rapportés du Prophète(s) et des Imams de sa famille(s) ainsi que des discussions tenues avec des gens qui se portent sur la Résurrection.

La Résurrection est un des piliers de l’Islam. Il vient après l’Unicité et la Prophétie. Ne pas croire en la Résurrection revient à ne pas croire, voire nier, l’Unicité de Dieu et la Prophétie.

La Résurrection est un évènement réel, effectif, dont on ne peut certes pas parler facilement. (Sans doute est-ce là une autre raison du grand nombre de versets sur la Résurrection.) Mais cette difficulté ne veut pas dire qu’il ne faut pas le faire. Au contraire, le Coran nous encourage à réfléchir sur la mort et sur l’Au-delà jusqu’à arriver à la certitude de l’existence de la vie éternelle, d’une autre vie que celle-ci et comprendre la nature de la relation entre les deux demeures ce monde-ci et l’Au-delà.

La prochaine fois, nous allons commencer par expliquer ce que veut dire le mot « al-Qiyâmah » (la résurrection).

(d’après « al-Ma‘âd » de shahîd Motaharî, pp33&55-58)

www.lumieres-spirituelles.net     No48 – Jamâdî’ I 1434 – Mars-Avril 2013

Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)