1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 403 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le Téké de Baba Abbaz Ali au Mont Tomorr en Albanie du sud


Le Téké de Baba Abbaz Ali au Mont Tomorr en Albanie du sud

E

trange ce tombeau de ‘Abbaz ‘Ali (Abbas fils de ’Alî, frère de Hussein et de Hassan) situé au sommet du mont Tomorr, à plus de 1500m à l’est de la ville de Berat (ville ancienne aux constructions datant de l’époque ottomane) en Albanie. Il aurait un rôle symbolique dans l’islamisation de ces régions.  Une légende raconte que l’un des premiers prêcheurs de l’Islam en Albanie avait apporté avec lui un noble Coran écrit à la main, une épée et un sac contenant de la terre du lieu où furent tombés martyrs l’Imam Hussein, ‘Abbas fils de ‘Ali et d’autres à Karbalâ’. Lorsqu’il vit que les Albanais tenaient le mont Tomorr pour une montagne sacrée, il enterra cette terre apportée de Karbalâ’ à son sommet et y éleva  ce qui devint le « maqâm de ‘Abbaz ‘Ali » (le sanctuaire de ‘Abbas fils de ‘Alî). Une autre légende décrit ‘Abbas ‘Ali comme étant venu d’Arabie sur un grand cheval blanc pour délivrer la région des barbares.

Vers la fin du 19e siècle, ce sanctuaire fut utilisé par un nationalisme albanais Naïm Frashëri en vue d’unifier les peuples de ce pays.  Alors, on attribua à ‘Abbas ‘Ali des paroles telles que : « Nous sommes albanais – Nous avons tous une foi. Nous sommes tous d’une race. Nous vivons l’espoir –  que nous ne serons jamais divisé. La foi est Dieu – Pour tous les Albanais. Et la fraternité, la sagesse – La prospérité. La religion est le monde.  Partout où nous sommes– de la patrie nous nous souvenons. Et partout où nous allons– La nation nous n’oublions pas. La fraternité nous avons. »

Ainsi, le sanctuaire de ‘Abbas ‘Ali, après avoir été  le lieu de pèlerinage par excellence pour les Musulmans du pays, devint également celui du rassemblement des différentes communautés albanaises.  Ceci dura jusqu’à l’année 1967,  date où le gouvernement communiste albanais abolit les cultes religieux, mettant fin à cette pratique. Le sanctuaire fut alors détruit.

A l’heure actuelle, les pèlerinages ont été réinstaurés, notamment encouragés par une communauté musulmane issue du soufisme, un ordre de derviches (le bektachisme) à la doctrine hétérodoxe et syncrétique né en Anatolie centrale, un peu laxiste. (Elle représente cependant la quatrième confession  à l’heure actuelle en Albanie).

Ainsi, vers la fin du mois d’août, pendant plusieurs jours, des dizaines de milliers de Musulmans se rendent au sommet du mont Tomorr pour prendre des bénédictions de la « turba » (attribuée à ‘Abbas ‘Ali) et faire des sacrifices de moutons et même de poulets.. Toutes les confessions religieuses y sont conviées et s’y retrouvent. Des Chrétiens s’y rendent eux pour célébrer la Sainte Vierge Marie. Sacrifices, prières, chansons, danses y sont au rendez-vous et autres choses à en croire  les témoignages de visiteurs qui déplorent des pratiques et des excès loin des principes et des traditions de l’Islam.

L’accès au haut de cette montagne qui abriterait le « tombeau » de ‘Abas ‘Ali n’est pas facile. Pour s’y rendre, il faut prendre une longue route sinueuse, poussiéreuse et rocailleuse qui emprunte au début le lit d’une rivière puis se met à grimper et à sinuer. Les pèlerins avancent  lentement  vers le sommet toujours plus haut, plus mystique. L’immensité du paysage est vertigineuse.

Il y a aussi une route plus facile par al-Basan où il est possible de louer des mules aux paysans et même une voiture  4X4. La route fait alors de longs lacets à travers le mont Tomorr jusqu’à une certaine limite. Après il faut continuer à pied pour atteindre l’endroit dit du rassemblement appelé familièrement «  Baba Tomorr ». C’est là qu’a lieu cette fête devenue la plus grande d’Albanie, et qui attire chaque année de plus en plus de monde. Le mythe de « Baba Tomorr », encore bien vivant dans la conscience des Albanais, mythe païen, religieux ou nationaliste ? Lequel prendra le dessus ?

www.lumieres-spirituelles.net     No48 – Jamâdî’ I 1434 – Mars-Avril 2013


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)