1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 244 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Les maladies du cœur – 21-Autre exemple de maladie : l’orgueil (at-takabbur) (1)


Les maladies du cœur – Introduction

21-Autre exemple de maladie issue de ces maladies « mères » :

l’orgueil (at-takabbur) (1)

En vue d’approfondir notre approche, nous allons parler d’un autre exemple de maladies de cœur issues des maladies « mères » : l’orgueil (at-takabbur) et l’esprit de clan (al-hamiyyah). Vous savez que l’orgueil se situe, avant tout, dans la relation avec l’autre, en tant qu’une personne se voit supérieure à une autre et le fait apparaître au niveau du cœur, des actes ou de certains comportements. Parfois l’homme orgueilleux a l’audace d’annoncer ouvertement qu’il est meilleur. On peut d’autant plus facilement le qualifier d’orgueilleux qu’il l’annonce directement.

Cependant il faut faire attention au fait que certains comportements justes peuvent être qualifiés d’orgueil par des gens qui ne savent pas. Et cela est très répandu dans notre société. Par exemple, une personne essaye d’organiser son temps de sorte qu’il donne des rendez-vous pour les visites. Certaines gens essayent de briser cette organisation du temps, ce système. Mais la personne persiste à respecter son emploi de temps alors cela n’est pas accepté et est considéré par les gens comme de l’orgueil. Aussi faut-il bien faire attention avant d’accuser quelqu’un d’orgueil. La question de l’orgueil n’est pas une question à laquelle on arrive facilement. Pour certains degrés, le comportement est très clair au point que l’on peut dire qu’il est orgueilleux. Mais parfois il n’est pas possible de qualifier quelqu’un, de façon tranchée, qu’il est orgueilleux, au risque de commettre un péché grave jusqu’à atteindre la diffamation.

Ainsi, dans l’orgueil, il y a un côté où la personne se voit supérieure aux autres, meilleure que les autres. Et quand ce sentiment de supériorité est attribué à sa famille, à sa tribu sur les autres, cela s’appelle « esprit de clan » (« hamiyyah ») que le Coran évoque pour avant le début de l’Islam. A l’heure actuelle c’est plutôt le mot « ‘asabiyyah qawmiyyah » (sorte de chauvinisme). Ainsi l’« esprit de clan » («al- hamiyyah ») exprime l’orgueil social alors que l’orgueil (at-takabbur) est un « esprit de clan » («al- hamiyyah ») pour un individu, pour lui-même.

Après avoir défini ce mot, il reste à savoir quelle est l’origine de l’orgueil. Pourquoi cela est-il considéré comme une maladie du cœur ? Nous avons considéré l’orgueil comme une maladie du cœur parce qu’elle renvoie à l’incroyance. Mais à quoi est-elle rattachée ? En analysant cette maladie, nous pourrons ramener certaines choses à leur fondement. Que signifie qu’une personne (ou un peuple) se voit meilleure que les autres ?

Parfois une personne voit des qualités présentes en lui, meilleures que celles présentes chez les autres. Si cela n’est pas vrai, on dira qu’elle est ignorante. Dans ce sens, son sentiment de supériorité prendrait naissance de l’ignorance.

Mais parfois, cette appréciation est juste. Par exemple, telles gens sont connues pour être généreuses et telles autres non. Cette appréciation est réelle, justifiée. Est-ce de l’orgueil ? Si quelqu’un voit qu’il a une qualité ou que son peuple a une qualité qui n’est pas présente chez les autres ou chez telle autre personne, est-ce que cela doit être appelé de l’orgueil ? Non ! Même ! On dirait du comportement d’une personne qui n’est pas capable de voir ce qui est meilleur chez lui ou chez l’autre, que c’est  au minimum de l’ignorance, tout au plus de la bêtise. Jusqu’à maintenant, nous ne parlons pas d’orgueil. Voir la générosité supérieure à l’avarice ne s’appelle pas de l’orgueil. Au contraire ! Il est demandé à l’homme de préférer la générosité présente chez telle personne à l’avarice présente chez telle autre. Alors, quand l’ordre arrive-t-il au degré de l’orgueil ? Nous le verrons la prochaine fois.

D’après la 3ème conférence donnée par  Sayyed Abbas Noureddine printemps 2006

www.lumieres-spirituelles.net     No48 – Jamâdî’ I 1434 – Mars-Avril 2013


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)