1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 276 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Naysâpûr en Iran


Naysâpûr en Iran

Pour aller à Naysâpûr, il faut quitter la douceur de Mashhad et prendre une route aride, désertique, sur les traces du chemin parcouru par l’Imam ar-Ridâ(p) quelques siècles plus tôt, quand il(p) fut convoqué par le roi abbasside al-Ma’mûn en l’an 201H (soit ~816 apJC). L’Imam ar-Ridâ(p) avait alors profité de ce voyage forcé qu’il savait être sans retour, pour faire connaître ou rappeler l’Imamat à toute la Nation islamique, maintenue dans l’ignorance par la dynastie abbasside ; pour montrer la signification de la Lieu-tenance divine sur terre et la légitimité de la revendication des Imams(p) de la famille du Prophète(s) à cette Lieu-tenance divine, en s’appuyant sur des miracles en cas de nécessité. En reprenant ce même chemin, c’est non seulement la reconnaissance de l’imamat de l’Imam ar-Ridâ(p) que nous proclamons à notre tour, mais aussi de celui de l’Imam de sa descendance, l’Imam al-Mahdî(qa).

A l’approche de Naysâpûr, tous les habitants de la ville étaient descendus dans les rues avec en tête les savants et les rapporteurs de propos pour accueillir l’Imam ar-Ridâ(p). Il(p) s’était arrêté dans une maison située à l’ouest de la ville. Il(p) y avait alors planté un arbre qui s’était mis à pousser et à donner des fruits bénis. Cet arbre se dresse encore là, quoique mort. L’eau, rare à cette époque, se mit à jaillir en abondance à son passage. Il suffit de descendre quelques marches pour avoir accès à cette source bénie encore présente et goûter à la pureté, à la douceur, à la fraicheur de son eau. Les alentours du sanctuaire qui abrite les empreintes bénies des pieds de l’Imam ar-Ridâ(p), immortalisées dans une plaque de marbre, sont arrosés de cette eau : plantes et fleurs rivalisent de beauté et de couleurs.

Toute la population de la ville s’était déplacée dans la rue pour faire ses adieux à l’Imam ar-Ridâ(p). les savants et les rapporteurs de propos avaient alors demandé au fils du Messager de Dieu(s) un saint propos. « L'Imam ar-Ridâ(p) prit alors la parole et dit, le tenant de ses pères jusqu’à remonter au Messager de Dieu(s), à l’Ange Gabriel(p) : « Dieu (qu'Il soit Magnifié !) m'a dit : "Je suis, Moi, Dieu, Il n'y a de Dieu que Moi ! Alors, adorez-Moi ! Celui d'entre vous qui vient à Moi avec l'attestation qu'il n'y a de Dieu que Dieu en toute sincérité (ikhlâs) entre dans Ma Forteresse. Et celui qui entre dans Ma Forteresse est assuré contre Mon Châtiment. »(1)  Puis l'Imam(p) cria : « Avec ses conditions ! Et moi, je suis de ses conditions ! »(2)(3)

Non loin de là, se trouve le sanctuaire de Bibi Shatîta, une illustre femme qui était une des délégataires de l’Imam al-Kâzhem(p) chargés de récolter les droits légaux et de les lui(p) remettre et qui n’avait pas cédé à la tentation de l’argent accumulé entre ses mains comme les « Wâqifûna ».

Un pèlerin de cet endroit, Juillet 2011

 (1)'Uyûn, vol.2 p143 H1 – Bihâr, vol.49 p122 H3

(2)'Uyûn, vol.2 p144 H4 (propos rapporté par Isa'ac fils Râhawih) –  Bihâr, vol.49 p123 H4 

(3)cf. L’Imam ar-Ridâ(p) l’étranger de Tûs, Ed. BAA

www.lumieres-spirituelles.net     No 49 – Jamâdî’ II 1434 – Avril-Mai 2013

Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)