1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 304 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

1ère approche des différentes dimensions de l’être humain


1ère approche des différentes dimensions de l’être humain

Avant d’entrer dans les détails de la résurrection, deux ou trois introductions sont nécessaires pour nous permettre de mieux comprendre ce que représente la résurrection et ses différentes étapes et ce qu’elle révèle sur notre existence, notre propre réalité.

Selon l’apparence, ce que personne ne peut nier, chaque être humain détient :

-un corps (badan) qui est sa forme matérielle, naturelle (du monde de la nature), qui le représente dans les traces et les particularités du monde de la nature et de la matière ;

-un intellect qui est le lieu des idées, des pensées et de l’imagination ; le corps (sous sa forme matérielle ou imaginale (la forme mithâlî)) agit selon les représentations mentales de l’intellect qui les aura planifiées préalablement.

-une âme (ou l’esprit) qui fait l’« essence »  de l’être humain, qui fait que c’est lui tout au long de sa vie et pas quelqu’un d’autre. Elle a été créée modelable, pouvant se transformer jusqu’à devenir la meilleure des créatures ou au contraire de la pire espèce.

Ils représentent trois niveaux de l’être humain qui ne sont pas séparés mais imbriqués. Notre intellect n’est pas à l’intérieur de notre corps, ni à l’extérieur, ni avant ni après. Mais, il englobe le corps ; de même que l’âme englobe cet intellect et ce corps.

Ainsi l’âme englobe notre corps : quand l’âme désire [quelque chose], elle fait bouger le corps avec elle. De même, le monde de notre « paradigme » ou imaginal (mithâli), de notre intellect englobe à son tour notre corps. Quand il donne l’ordre au corps de bouger, le corps s’exécute.

L’âme et l’intellect ne sont pas extérieurs au corps. Même ! Ils l’englobent, au contraire du corps qui n’englobe ni l’intellect ni l’âme. De même l’intellect n’englobe pas l’âme. Ainsi, ni le corps ni l’intellect n’englobent l’âme.

A chacune des dimensions de l’être humain correspond un monde que nous détaillerons la prochaine fois. Ainsi, le monde imaginal (al-Mithâl), aussi appelé « le monde intermédiaire » (al-Barzakh), et celui de la Résurrection (al-Qiyâmah) se rapportent au monde ici-bas (dunia) en fonction de cette considération et de ce rapport avec les différentes dimensions de l’être humain.

(d’après « Ma‘rafah al-Ma‘âd » de Sayyed Tehrânî, vol.1 p134 & vol.4 pp195-196)

Ce sont les idées (prenant le dessus sur l’individu dans le monde sensible et matériel), et les instincts (qui sortent de la limite de la pondération, comme les désirs/passions, la colère, les illusions), et qui plongent l’individu dans un monde imaginaire, illusoire et l’empêchent de connaître la Vérité.

Car ces choses imaginaires, illusoires sont contraires à la Vérité. Elles sont des illusions de ce monde dans lequel elles sont produites, en opposition au fondement de la Réalité. Elles détiennent un côté de la face de la création alors que les Vérités proviennent de cet autre monde, et un côté de la « Face » de Dieu. (nous y reviendrons un peu plus tard).

Tant que l’individu vit dans ce monde (dunia), prisonnier des passions de l’âme instigatrice [du mal], des « espoirs longs », des chimères et des pensées diaboliques, la « Face » du Seigneur n’apparaîtra pas à lui. Ces choses vont se faufiler entre lui et la connaissance de la Vérité de l’Ordre..

Ce ne sera qu’après la mort, que ces Vérités lui seront dévoilées. L’individu découvrira alors que tout ce qu’il a associé à Dieu provenait de ses illusions, de son imagination.

(d’après « Ma‘rafah al-Ma‘âd » de Sayyed Tehrânî, vol5 pp74-75 & p83)

 

Il est indéniable que l’évocation de la Résurrection joue un rôle effectif dans l’éducation et la purification de l’âme.  C’est pourquoi la connaissance de la Résurrection (al-Qiyâmah) et du Retour (al-Ma‘âd) est nécessaire et indispensable pour celui qui veut atteindre la perfection et la félicité.

www.lumieres-spirituelles.net     No51 – Sha‘ban 1434 – Juin-Juillet 2013

Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)