1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 301 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le courant « takfiri » : une véritable catastrophe pour l’Islam !


Le courant « takfiri » : une véritable catastrophe pour l’Islam !

Encore une fois, le Proche-0rient est au cœur de l’actualité. Tous les journaux se sont emparés de ce sujet, chacun présentant son analyse, sa conjecture, se faisant peu ou pratiquement pas l’écho de la réalité des faits. Mais tous affirment qu’une nouvelle étape vient d’être franchie, la qualifiant d’historique et de délicate. De plus, elle vient d’être couronnée par la libération du village stratégique de Qoussayr !

Une nouvelle étape historique !

lEst-ce à cause de la contre-offensive de l’armée syrienne déclenchée depuis plus d’un mois pour reprendre le contrôle des régions vitales syriennes, couronnée par cette première victoire de Qoussayr ?

Elle a ainsi pris de court le projet européo-américano-sioniste de lancer une « bataille décisive » avant de s’asseoir à une table de négociation et a bouleversé toutes les données dans la région.

Après le déclenchement des hostilités, il y a plus de deux ans, la guerre mondiale contre la Syrie n’est plus à prouver. Elle a été sur tous les plans : médiatique, militaire, économique, diplomatique, coûtant des milliards de dollars.

Elle est devenue évidente avec ces 40 000 mercenaires (selon les chiffres de l’ONU) venus de plus de 28 pays différents (dont huit cents ressortissants européens) et les bombardements aériens de l’entité sioniste.

lEst-ce à cause de la décision syrienne de riposter à toute agression sioniste et d’ouvrir le front du Golan à la résistance populaire contre l’occupation sioniste, remettant en cause un statu quo maintenu depuis plus d’une trentaine d’années ?

lEst-ce à cause du renforcement de la capacité de dissuasion de la résistance islamique libanaise  (Hezbollah) après la décision syrienne de lui fournir des armes qualitatives, capables de changer le rapport de forces avec l’entité sioniste ? Il serait stupide de croire qu’après sa débandade du Liban en l’an 2000, l’entité sioniste ne cherche pas, par tous les moyens, de reprendre le contrôle du pays. La guerre de l’été 2006 en est une des preuves.

lEst-ce à cause de l’intervention directe de combattants libanais du Hezbollah à Qoussayr, village syrien situé non loin de la frontière libanaise, justifiée pour la sauvegarde de la résistance, du nord du Liban, même de tout le Liban et aussi de la Palestine ?

lEst-ce parce que, le courant « takfiri » est ouvertement dissocié de tous les courants islamiques, dénoncé comme étant une véritable catastrophe pour l’Islam (détruisant le passé, le présent et le futur, profanant les tombes, dévorant les cœurs, coupant les têtes..) et directement combattu en tant qu’ennemi de l’Islam, agent du camp américano-sioniste ?

Qoussayr !

Un village de vingt à trente mille habitants, situé sur le fleuve de l’Oronte, à une dizaine de kilomètres de la frontière libanaise et à 35 km de Homs, connu pour la diversité de son tissu social et confessionnel, entouré de villages syriens pro-régime, et de villages habités par des Libanais shi’ites du Hermel (au Nord-Est du Liban) y possédant des terres et des maisons depuis des centaines d’années, et qui se sont trouvés à l’intérieur du territoire syrien du fait de la division imposée par la France dans les années quarante du siècle dernier.

Cela était, avant l’arrivée de milliers de « takfiris » (de Somalie, Libye, Tunisie, Daghestan et de groupes d’al-Qaïda) qui ont vidé ce village après avoir tué et chassé tous ceux, chrétiens ou musulmans, qui n’étaient pas d’accord avec eux, et qui ont fait de Qoussayr une sorte d’« Emirat islamique », imposant leur mode de vie et leurs pensées sectaires.

C’est que ce village est situé sur le couloir stratégique Damas, Lattaquié, Tartous (deux villes côtières sur la Méditerranée) et Homs et est le point de passage vital pour les mercenaires entre le Liban et la Syrie.

La perte de contrôle de cette région par l’Etat syrien, début 2012, qui avait été précédée par des massacres exécutés par les « takfiris » dans ces villages voisins, avait exposé la région limitrophe libanaise du Hermel aux attaques incessantes de ces derniers : provocations, coups de feu, affrontements, enlèvements, assassinats.. cherchant à semer des divisions (fitnah) dans la région, heureusement évitées grâce aux sages interventions des responsables du Hezbollah de la région.

Leur objectif était de prendre progressivement le contrôle de cette région nord du Liban, en faire d’abord une « ceinture frontalière », puis mettre toute la Bekaa à leur merci, privant la résistance islamique libanaise de sa base arrière, enfin joindre Tripoli située sur la côte méditerranéenne, déjà  sujette aux attaques des courants « takfiris » et salafistes, et ainsi créer ainsi un base arrière au Liban bénéficiant de l’appui logistique des puissances européo-américano-sionistes et de leurs alliés locaux.

Comment tolérer un tel danger, réel pour tout le Liban, sa population multiconfessionnelle (et sa cohabitation), son Etat, sa résistance ? Il devenait urgent de mettre fin à ces agissements meurtriers, de lancer un « affrontement préventif » en coordination avec l’armée syrienne, afin de lui permettre de reprendre le contrôle de cette région, de maintenir ouvertes les routes de Damas à Homs et l’accès à la mer, d’arrêter le ravitaillement des rebelles du centre de la Syrie à partir du Liban, de sécuriser cette zone centrale et de protéger le flanc Ouest côté syrien et Est côté libanais.

Aussi, la position du Hezbollah n’est pas tant un ralliement au côté de la personne du président Bashar al-Assad qu’un choix stratégique situé au cœur du conflit avec l’entité sioniste.

Quatre remarques s’imposent :

1)L’intervention de quelques combattants du Hezbollah au côté de l’armée syrienne, près de la frontière libanaise, a provoqué un tollé général, alors que personne n’a protesté contre ces centaines de Libanais qui prêtent main forte aux « rebelles », depuis le début de la « crise », à Homs et ailleurs, ni contre la transformation de la ville de Tripoli au nord du Liban en base arrière pour eux pour le transit d’armes et d’hommes vers la Syrie, ni contre la présence de dizaines de milliers de mercenaires étrangers ?!!

2)Le courant « takfiri » a été créé, formé, entraîné, armé, payé par les grandes puissances  américano-européo-sionistes et leurs alliés locaux turcs, saoudiens, qataris, émiratis, jordaniens, pour être manipulé selon leurs intérêts, tantôt soutenu comme en Syrie, et tantôt combattu comme au Mali, en Afghanistan, en Irak. Il sert de prétexte pour les ingérences occidentales dans les pays africains et asiatiques, sous couvert de défendre la démocratie, de moyen de pression par la terreur pour soumettre ceux qui leur résistent et d’épouvantail pour créer un climat islamophobe dans l’opinion publique  internationale. (Ce n’est pas étonnant que ses vidéos d’horreur soient largement diffusées!)

3)Ce courant « takfiri » ne s’en prend pas seulement aux confessions non musulmanes (bouddhiste, chrétienne..) ou considérées comme telles (shi’ite, soufiste..), mais à tous ceux qui ne sont pas d’accord avec eux, sunnites compris, et les traite de « kâfir » (= d’« incroyants » c’est-à-dire licites pour être tués, d’où son nom de « takfiri »). Le dialogue ou le compromis ne font pas partie de leur vocabulaire. Aussi représente-t-il un véritable danger pour tout le monde musulman, même ! pour toute l’humanité.

Certes, l’outil principal de l’ennemi pour faire face à l’actuel éveil islamique est la discorde (la fitnah), essayant de monter les Musulmans les uns contre les autres et de les occuper par des conflits internes. Mais en Syrie, c’est tout sauf une guerre de religion, comme veut le faire croire la presse occidentale. Il ne faut pas se tromper sur la nature réelle de ce courant «takfirî» qui n’a de l’Islam que ses prétentions mensongères. Il a été créé pour contrer le front de résistance au projet américano-sioniste dans la région et l’éveil islamique.

4)Enfin, personne ne maitrise ces « takfiris » que les grandes puissances ont créés. On a déjà vu ce qu’a donné la création de la Qaïda et des Talibans en Afghanistan par les Etats-Unis, pour combattre l’invasion soviétique.

Dans leur dessein de laisser des mines humaines à retardement dans la région après leur retrait d’Afghanistan (comme en Irak), ont-elles réfléchi aux conséquences de tels actes ?

Sont-elles sûres de pouvoir contrôler tous ceux-là qu’elles auront entraînés, armés et payés, quand ils retourneront dans leur pays d’origine, et pas seulement dans les pays musulmans, mais aussi en Europe, aux Etats-Unis, au Canada ? L’affaire Merah en France, n’est-elle pas de ce point de vue un avertissement ?

Alors quel avenir ? Compter sur Dieu, faire preuve de lucidité, de courage, de sincérité et de détermination, montrer le véritable visage de l’Islam et assumer son devoir religieux. Malgré les milliards de dollars dépensés pour cacher la vérité et falsifier l’image du Hezbollah, la vérité apparaitra, parce que Dieu est avec la Vérité, Dieu est la Vérité. Ces combats et ces sacrifices sont certainement une occasion à saisir pour se préparer à la sortie de l’Imam al-Mahdî(qa).

www.lumieres-spirituelles.net     No51 – Sha‘ban 1434 – Juin-Juillet 2013


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)