1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 229 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Sayyed ‘Alî al-Qâdî et l’aumône à un indigent


Sayyed ‘Alî al-Qâdî  et l’aumône à un indigent

« J’assistais aux assemblées de sayyed ‘Alî al-Qâdî et j’étais alors dans une grande gêne matérielle, comme beaucoup d’étudiants de Najaf. Je dînais la plupart du temps le soir avec du pain et du thé. Un soir, j’avais pu avoir une petite pièce. J’avais l’intention, avec cette pièce, d’acheter une boule de pain quand je reviendrai de l’assemblée.

Durant le cours que donnait sayyed al-Qâdî dans une des pièces de l’école « al-Hindiyyah », entra un indigent qui mendia. Sayyed al-Qadî tendit la main vers moi en me disant : « As-tu quelque chose à donner à cet indigent ? » Je mis la main dans ma poche, en sortis cette unique pièce et la lui donnai. Il la prit et  la donna à l’indigent qui se retira. Et sayyed al-Qâdî continua son propos.

A la fin du cours, je m’en allai, faisant mes adieux à mes collègues et ne disant rien à personne ni ne demandant quoi que ce soit. Comme il n’y avait pas de pain, je ne fis pas de thé. Je me mis à préparer mes cours. Et quand j’eus fini, j’allai me coucher. Mais j’avais faim. La faim me tenait au ventre et m’empêchait de dormir. Les insinuations du shaytân commencèrent à me prendre d’assaut. Je les repoussai en demandant pardon à Dieu et en me réfugiant auprès de Lui.

Quand quelqu’un frappa à la porte. Qui pouvait ainsi venir au milieu de la nuit ? Je me levai et ouvris la porte. Devant moi se dressait … sayyed al-Qâdî en personne !! Je l’accueillis avec joie. Il s’assit sur une chaise et sortit de son manteau du pain et un plat où il y avait de la nourriture : du riz avec des haricots et un peu de viande. Il me demanda de partager son repas (avec lui). Je mangeai à en être rassasié. Ensuite, il me demanda à voix haute contrairement à son habitude : « Où est le thé ? ». Je me levai précipitamment et lui préparai du thé. Il but un petit verre, se leva, fit ses adieux et s’en alla.

Voici une toute petite histoire qui pourtant illustre bien la grande générosité et la grande humilité de sayyed al-Qâdî et sa perspicacité. Il était généreux, humble et comptait sur Dieu pour toute chose, petite et grande.

(d’un disciple de Sayyed al-Qadî cité in al-Qusas al-‘irfâniyyah pp312-313)

www.lumieres-spirituelles.net     No52 – Ramadan 1434 – Juillet-Août 2013


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)