1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 283 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Rien ne pouvait le détourner de ses objectifs


Rien ne pouvait le détourner de ses objectifs

Pour asseoir leur autorité au Liban, les forces d’occupation françaises avaient entamé des négociations avec les notables et les hommes religieux du sud-Liban dont Sayyed ‘Abd-el-Hussein Sharaf-ad-Dine, grande autorité religieuse shiite du sud-Liban. Mais elles découvrirent rapidement la détermination et la ténacité de ce dernier qui profitait de ces rencontres pour défendre les droits de sa communauté, notamment celui du pouvoir de décision.

Quand les autorités françaises comprirent qu’elles n’arriveraient pas à faire de lui un collaborateur au service de leurs propres desseins coloniaux à l’instar des notables locaux,  les services de renseignements français commencèrent à lui mener une vie dure, à lui faire des tracasseries, à le menacer.

Ils essayèrent d’abord par tous les moyens de l’empêcher de mener ses activités religieuses. N’y arrivant pas, ils décidèrent de s’attaquer à sa  personne même.

Un jour, alors qu’il n’y avait personne chez Sayyed ‘Abd-el-Hus-sein Sharaf-ed-Dine autre que lui et sa famille, les agents des services de renseignements français investirent sa maison à Tyr. Ils en fermèrent les portes et s’apprêtèrent à prendre d’assaut les appartements de Sayyed ‘Abd-el-Hussein.

Ils allaient entrer dans les appartements des femmes et des enfants, quand Sayyed ‘Abd-el-Hussein Sharaf-ad-Dine surgit. Se glissant discrètement parmi les agents du renseignements français, il attrapa leur chef par surprise et le mit à terre. En voyant cela, les soldats français, déroutés, prirent la fuite sous les cris des femmes, laissant leur chef à terre, sous la bénédiction..  de la chaussure de l’imam Sharafeddine. Il le relâcha plus tard. Puis, il se rendit à la mosquée pour y mener la prière de groupe. Durant le sermon de la prière, il dénonça les exactions françaises, leur absence de respect, voire leurs violations, des valeurs religieuses islamiques.

Ces intimidations ne l’empêchaient pas de continuer d’assumer ses charges religieuses ni de dénoncer les tentatives françaises de semer le sectarisme et l’anarchie dans le pays. Au contraire, elles ne faisaient que renforcer sa détermination. Il les accusa de distribuer des armes aux différentes communautés libanaises et de susciter la guerre entre eux.

Quand on lui demandait ce qui le poussait à agir ainsi, il répondait  que l’objectif de ses activités s’appuyait sur deux principes : « celui de purifier la bonne terre de la souillure de l’occupation et celui d’unifier la dispersion des Musulmans sous la bannière de l’unité, de la liberté et de l’indépendance. »

D’après Bughat ar-Râghibîna

www.lumieres-spirituelles.net     No53 –  Shawwal 1434 – Août-Septembre 2013

Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)