1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 368 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le mausolée de l’Imam ar-Ridâ(p) à Mashhad


Le mausolée de l’Imam ar-Ridâ(p) à Mashhad

Le mausolée de l’Imam Ridâ(p) (le huitième Imam, surnommé “l’étranger” parce qu’enterré dans une contrée éloignée), est établi à Mashhad, dans la partie orientale de l’Iran, dans un lieu désertique entouré de montagnes grises arides. Pourtant ce mausolée ne se désemplit pas 24 heures sur 24. Il est un coin du Paradis. Cet amour pour Ahle el Beit(p) partagé par tous crée une intimité toute particulière entre les gens et surtout avec Dieu au point que même dans cette terre éloignée, on se  retrouve en terrain familier.

Et malgré l’affluence de millions de visiteurs, on ne se sent pas envahi, ni bousculé par la marée humaine, grâce à de nombreuses esplanades ou cours intérieures intégrées dans l’enceinte du sanctuaire, pouvant contenir simultanément des dizaines de milliers de personnes. Chaque cour offre une fontaine d’eau centrale, des coins de verdure et donne sur de nombreuses salles attenantes. Tout est invitation au recueillement, à la prière, à la lecture du Coran, à la récitation de ziyarâts et d’invocations, à la méditation. En un rien de temps, les cours sont recouvertes de tapis pour la prière collective et les gens affluent de toutes parts pour l’effectuer en silence et en harmonie. « Une prière en groupe vaut plus que 40 ans de prières individuelles. » Même en plein mois d’août, le visiteur est surpris par la douceur du microclimat, par la beauté et la propreté des lieux, par la quiétude et la spiritualité qui se dégagent. Comment  ne pas ressentir un sentiment d’aise, de contentement, de plénitude  dans ce sanctuaire, lieu sublime d’adoration de Dieu !

Après avoir fait sa douche rituelle, le visiteur se dirige vers le mausolée, s’apprête à rendre visite à une personne grandiose. Il traverse ses différentes cours en récitant des glorifications à Dieu et arrive tranquillement à la porte du sanctuaire-même avec dignité. Il récite la ziyârat spécifique à cet Imam(p) et tente de s’approcher de sa tombe, ou plutôt du « daghîr » (la cage dorée) placée au-dessus de sa tombe.

Il est surpris par la confusion qui y règne, la bousculade des gens qui se poussent les uns contre les autres, parfois même se cognent, pour atteindre la cage et l’embrasser. Cette situation contraste avec l’ambiance générale et rebute. Puis le (ou la) visiteur se laisse entraîner dans ces vagues humaines, demandant à Dieu la réussite pour atteindre la cage (‘guérison de tout mal’ disent certains) sans recevoir de coups ni surtout en donner..

 Puis, il se retire pour finir sa ziyârat, prier deux raka‘ts et lire l’invocation qui suit, une superbe leçon sur l’Unicité de Dieu et la sincérité (ikhlâs) envers Lui.

S’il se rend au sanctuaire un peu avant le maghreb, il sera surpris par un bruit de tambours et de trompettes s’élevant vers le ciel d’une tour rectangulaire du sanctuaire, symbolisant l’appel à la prière de l’Imam ar-Ridâ(p) à cette époque.

Il(p) s’était fait connaître à l’ensemble de la nation islamique au point que ses descendants seront connus en référence à lui(p) (« le fils d’ar-Ridâ(p) »).

Emmené loin de sa patrie, il avait appelé tout au long de son parcours et lors de son séjour jusqu’à l’étape finale en cet endroit, à la reconnaissance et à la légitimité de son imamat, source de toutes les bénédictions divines.

Et aujourd’hui, en venant lui(p) rendre visite dans cette contrée éloignée, nous ré-affirmons cette reconnaissance et cette légitimité, c’est-à-dire celles de la guidance de ce monde par l’Imam de sa descendance, l’Imam al-Mahdî(qa), la Providence divine par laquelle toutes les bénédictions du ciel et de la terre sont accordées.

www.lumieres-spirituelles.net     No54 –  Dhû al-Qa‘deh 1434 – Sept.-Octobre 2013

Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)