1. La Prière
  2. L’invocation
  3. Le Coran
  4. L’Imam al-Mahdî(qa)
  5. Connaître Dieu
  6. La Voie de l’Éloquence
  7. Spiritualité des Infaillibles(p)
  8. L’Au-delà
  9. Méditer sur l’Actualité
  10. Le Bon Geste
  11. Des états spirituels
  12. La Bonne Action
  13. Exemples des grands savants
  14. Les Lieux Saints
  15. Notre Santé morale
  16. Notre Santé physique
  17. Notre Nourriture
  18. Expces Spirituelles des autres
  19. Le Courrier du lecteur
  20. Le Livre du Mois
  21. La Femme dans l'Islam
  22. Entretiens
  23. Éditorial
  24. Divers
2015-02-04 | Readers 1259 | Share with your Twitter followers Share on Facebook | PDF

Le coing (السفرجل)


Le coing  (السفرجل)

(Fruit du Paradis)

« L’odeur du coing est l’odeur des Prophètes(p) » disait le Messager de Dieu(s) ou « L’odeur des Prophètes(p) est l’odeur du coing. »(1) « Dieu Tout-Puissant n’a pas envoyé de Prophète sans qu’il ne soit accompagné de l’odeur du coing (ou du coing lui-même), (ou qu’il n’ait mangé du coing pour le renforcer). »(1)

 

Tous les Elus de Dieu louaient les vertus du coing :

Le Messager de Dieu(s) et les Imams(p) dirent : « Mangez du coing parce qu’il polit, purifie, renforce le cœur(2) ; il soulage (ou stimule) le ventre(3), bonifie et purifie l’estomac.(4)

« Manger du coing renforce l’homme et fait partir sa faiblesse. »(5) Un jour, quelqu’un vint se plaindre à l’Imam as-Sadeq(p) de sa faiblesse. Il(p) lui répondit : « Tu dois manger du coing sucré avec ses pépins car il renforce le faible. »(6)  

« Manger du coing dissipe l’obscurité de la vue, » et  « renforce la vue. »(7)   

« Le coing purifie la couleur »(8) et « embellit le visage. »(9)

Le coing peut aussi avoir des effets moraux sur l’homme

Le Messager de Dieu(s) dit à Ja‘far fils d’Abû Tâleb ou à Zubayr : « Mange du coing car il a trois qualités : il renforce le cœur, rend l’avare généreux  et le peureux courageux. »(10)

Il(s) dit aussi : « Vous devez manger du coing parce qu’il polit le cœur et dissipe les chagrins de la poitrine »(11) … « comme la main retire la sueur du front. » précise l’Imam as-Sadeq(p)(12)

Et : « il fait pousser l’amour/affection dans le cœur » et  « il renforce le cerveau. »(13)

Les Imams purs(p) disaient : « Mangez du coing car il renforce la raison et la grandeur d’âme » et « fait parler celui qui en mange avec sagesse. »(14) 

Il est recommandé aux femmes enceintes d’en manger pour avoir de beaux enfants

« Donnez à manger du coing  à vos femmes enceintes car il rend bonne la morale de vos enfants »

ou

« il rend beaux vos enfants. »(15) « L’enfant aura une meilleure odeur et une couleur plus pure. »(16)

Il est préférable de manger le coing à jeun

Le Messager de Dieu(s) dit : « Mangez du coing à jeun. » Puis, il(s) ajouta : « Ô ‘Alî, celui qui mange du coing pendant trois jours à jeun, son esprit est purifié, son intérieur s’est rempli de mansuétude et de savoir et s’est protégé des ruses d’Iblis et de ses soldats. »(17)

Le coing est le fruit du cognassier, petit arbre souvent tortueux, aux feuilles ovales et duveteuses à l’intérieur, avec de belles fleurs roses et blanches au printemps.

Le coing est un fruit volumineux, cotonneux en surface qui, à maturité, est jaune et très odorant. Sa chair  contient des amas de cellules pierreuses donnant à sa chair une consistance granuleuse. Il est parfois difficile à manger cru à cause de sa chaire dure, âcre (acide), âpre (astringente). C’est pourquoi il est consommé de préférence cuit, en compote, confiture, gelée, pâtes de fruit. Sa saison : Octobre-Novembre, parfois décembre.

Il est riche en fructose, en fibres alimentaires, en polyphénols et en pectine, ainsi qu’en cuivre et surtout en vitamine C, avec un faible apport calorifique.

Le coing est recommandé pour la digestion, soulage l’inconfort intestinal, combat les diarrhées, les dysenteries, les entérites. Il a une action protectrice de la muqueuse intestinale, et une action antiseptique. Il est un bon régulateur pour l'index glycémique et le taux de cholestérol sanguin et diminuerait le risque de cancer colique et du système digestif.

(1)Makârem al-akhlâq p172 ; (2)Wasâ’il ash-Shî‘at, vol.25 p167-168 – al-Kâfî, vol.6 p357 – Makârem al-Ikhlâq p172 Bihâr, vol.63 p171&178 ; (3)de l’Imam as-Sâdeq(p), Bihâr, vol.63 p171 – Wasâ’il ash-Shî‘at, vol.25 p168 ; (4)al-Kâfî, vol.6 p357 Wasâ’il ash-Shî‘at, vol.25 p168 – Bihâr, vol.63 p176  ; (5)du Prince des croyants(p), al-Kâfî, vol.6 p357 Wasâ’il ash-Shî‘at, vol.25 p168 ; (6)Bihâr, vol.63 p176 ; (7)du Messager de Dieu(s) Mustadrak al-Wasâ’il, vol.16 p401-402  Makârem al-Akhlâq p171 ; (8)du Prince des croyants(p), Bihâr, vol.59 p283 ; (9)de l’Imam as-Sâdeq(p), Wasâ’il ash-Shî‘at, vol.25 p167 – Makârem al-Ikhlâq p172  ; (10)Wasâ’il ash-Shî‘at, vol.25 p168 – Bihâr, vol.63 p178 & vol.59 p283  al-Kâfî, vol.6 p357 ; (11)du Messager de Dieu(s), Wasâ’il ash-Shî‘at, vol.25 p167 – Bihâr, vol.59 p283 –  (12)al-Kâfî, vol.6 p358  ; (13)Mustadrak al-Wasâ’il, vol.16 p401 – Makârem al-Akhlâq p171-172 ; (14)Wasâ’il ash-Shî‘at, vol.25 p168 & Bihâr, vol.59 p283 du Prince des croyants(p) ; (15)du Messager de Dieu(s), Bihâr, vol.63 p177 & al-Kâfî, vol.6 p22 ; (16)Makârem al-Akhlâq p171-172  ; (17)Wasâ’il ash-Shî‘at, vol.25 p169 – Makârem al-Ikhlâq p172

www.lumieres-spirituelles.net     No55  - Dhû al-Hujjeh 1434 – Octobre-Nov.  2013


Articles précédents:

1439 (2017-2018)

1438 (2016-2017)

1437 (2015-2016)

1436 (2014-2015)

1435 (2013-2014)

1434 (2012-2013)

1433 (2011-2012)

1432 (2010-2011)

1431 (2009-2010)

1430 (2008-2009)